Famille de cœur : Fanfiction The Rookie (1) chapitre 5

Présentation

fanfiction the rookie

Titre : Famille de cœur

Résumé : Situé pendant la saison 4. C’est l’anniversaire de Lucy mais la jeune femme est très silencieuse et triste. Ces amis font tout pour comprendre la raison de son humeur et l’aider du mieux qu’ils le peuvent (Tim plus que les autres).

Personnages : Lucy Chen et Tim Bradford

Fanfiction The Rookie

Chapitre 5. Une nuit très intense

La soirée s’était déroulée dans la joie et la bonne humeur. Ils avaient ri, mangé et dansé jusque tard dans la nuit. Lucy était au comble du bonheur, se sentant chanceuse, car malgré tout ce qu’ils avaient vécus ces derniers mois, elle avait des amis merveilleux. La jeune femme était bien loin de son état d’esprit du matin même. Une chose était sûre, sa famille biologique avait beau l’avoir abandonné, elle avait trouvé une vraie famille dans ses collègues.

Vers deux heures du matin, les invités partirent un à un, épuisés après cette longue journée. Souhaitant donner un petit coup de pouce à leurs amis avant leur départ, Nyla et Angela décidèrent d’aller les motiver en toute discrétion.

-Je sais que l’on a dit que l’on n’insisterait pas, mais c’est le moment de tenter ta chance. Ce sont probablement les hormones de grossesses qui me font dire ça, mais vous méritez tous les deux d’être heureux. En plus, il est plus qu’évident que vous être fait l’un pour l’autre, exposa le lieutenant Harper pendant que leurs deux collègues étaient partis cherchés les vestes. 

-Je ne sais pas Nyla. Je ne veux pas tout gâcher. Ce que l’on a déjà est tellement génial, expliqua-t-elle discrètement, hésitante. Malgré ses peurs, Chen devait avouer que l’évolution de leur relation ces dernières semaines et le soutien de leurs amis lui donnaient de l’espoir. 

-Je comprends, mais n’oublie pas que tu pourrais avoir encore mieux, conclut-elle pour essayer de la convaincre.

Dans le même temps, la jeune mère entreprit d’ouvrir les yeux à son meilleur ami. 

-Tim, je sais qu’après Isabel tu as abandonné l’idée de retrouver le grand amour et de fonder une famille. Seulement, depuis que Lucy est entrée dans ta vie, je t’ai vu reprendre goût à la vie d’une manière inespérée et je ne veux pas que tu te prives d’une si belle histoire. Vous pourriez être vraiment bien tous les deux.

 -Elle mérite mieux qu’un officier de police, presque quarantenaire et incapable de communiquer Angela. Lucy est merveilleuse et je… 

-Tu l’es aussi. Enfin, je sais que tu n’es pas toujours très fort pour analyser le comportement de la gent féminine, mais je peux t’assurer que cette femme est complètement folle de toi. Vous allez vous retrouver seuls alors soit le Tim romantique et adorable que je sais que tu peux être et fais là tomber à la renverse. 

-D’accord, chuchota-t-il en baissant la tête, légèrement gênée. Les deux amis ressortirent de la chambre avec toutes les vestes du groupe, puis tous repartirent, laissant les deux collègues seuls.

Quand, ils se retrouvèrent en tête-à-tête, la jeune femme entreprit de ranger. Elle commença par mettre la vaisselle en carton dans des sacs-poubelles et les restes de nourriture au réfrigérateur.

-Laisse ça, ce n’est pas à toi de le faire. Je vais m’en occuper, souffla-t-il avec un léger sourire à l’idée de la voir si à l’aise dans sa maison. C’était définitivement une chose à laquelle il pourrait s’habituer. 

-Quoi ? Non, je vais t’aider. Tu ne vas t’occuper de ça tout seul. Ça me fait plaisir et je ne suis pas vraiment fatigué alors autant me rendre utile, insista la policière, souhaitant prolonger ce moment à deux par tous les moyens. Il hocha la tête, conscient qu’elle était plus obstinée que lui et ils nettoyèrent rapidement la cuisine et le salon avant de finir par passer au jardin. Le tout fut réglé en une bonne demi-heure sur fond de conversations légères et franche rigolades.

Quand elle partit momentanément dans le salon, le sergent se dit que c’était le bon moment. Il sortit son téléphone et le brancha à une enceinte. Quand la belle brune revint, elle put entendre de la musique retentir, l’une de ses chansons préférées. 

-Qu’est-ce que… ? 

-Si je me souviens bien tu me dois une danse ou c’est moi qui t’en dois une, je ne suis plus très sûr, énonça-t-il timidement. Tim était habituellement un homme ayant une grande confiance en lui, mais Lucy avait le don, de l’apaiser tout en le faisant se sentir extrêmement vulnérable. 

-Je… Oui… Avec plaisir, murmura-t-elle en bégayant. Elle sentant le rouge lui monter aux joues. Les battements de son cœur s’accéléraient de manière substantielle. Il essayait de s’ouvrir à elle. C’était plus qu’évident et la brune était incroyablement touchée, car ce n’était pas une chose facile pour lui. Cet élan de tendresse et de romantisme la faisait fondre.

Il s’approcha d’elle, lui prit la main doucement et l’amena vers lui. Sans réfléchir, la jeune femme noua ses bras autours de sa nuque et posa sa tête sur sa poitrine. Le policier plaça ses mains au creux de son dos puis nicha son nez dans ses cheveux pour profiter de leur parfum envoutant.

Ils étaient extrêmement proches l’un de l’autre. Les seules fois où si peu d’espace séparait leurs deux corps s’étaient lorsqu’il l’avait sauvé après son kidnapping et après la mort de Jackson. Lucy ferma les yeux pour profiter de la magie du moment. Ils tournoyèrent ainsi pendant plusieurs chansons, sans aucune envie de se séparer.

Au bout d’un moment, enhardi par leur proximité et l’air paisible qu’elle arborait dans ses bras, il déposa un baiser sur son front. La jeune femme releva la tête pour plonger ses yeux dans les siens et elle fut instantanément happée par ce qu’elle vit. Personne ne l’avait jamais admiré avec autant de respect, d’adoration, de désir, mais aussi d’amour. Le policier leva une main pour lui caresser le visage. 

-Lucy, je ne veux pas que tu penses que… Bon sang, je ne suis vraiment pas doué pour ça. La communication verbale, ce n’est vraiment pas mon truc, bégaya le sergent Bradford, terrifié à l’idée qu’elle le rejette. La brune comprit instantanément le trouble qui l’animait. Son regard s’adoucit encore plus à cette constatation. Elle aimerait tellement pouvoir effacer toute cette douleur de son passé. 

-Ce n’est pas grave. Tu n’as qu’à me le montrer, sourit l’officier Chen timidement. Elle était étourdie par l’intensité du moment. Elle avait attendu ça depuis si longtemps. La vérité était que Tim avait fait chavirer son cœur depuis une éternité.

Il la regarda quelques secondes pour lui laisser le temps de faire marche arrière, mais en constatant que le même désir brulait dans ses yeux, le blond décida qu’il était temps d’arrêter de fuir. Avec une infinie douceur, il laissa ses doigts se balader sur son visage. La jeune femme ferma les yeux et sourit. 

Toujours avec beaucoup de tendresse, il passa sa main sur sa nuque et entremêla ses doigts dans ses cheveux puis pencha délicatement son visage vers le sien. Il s’arrêta à quelques millimètres de ses lèvres pendant un moment. 

-Pour l’amour du ciel arrête de réfléchir. Je crois que l’on a attendue bien assez longtemps, souffla-t-elle, incapable d’attendre plus longtemps. Cela le fit sourire, mais il ne s’attarda pas devant cette adorable impatience.

Le policier franchit l’espace qui les séparait et posa ses lèvres sur les siennes. D’emblée ils furent transportés dans un monde de douceur et de sensualité, comme s’ils faisaient cela depuis des années. Quelques secondes après le début de ce tendre baiser, la passion prit le dessus. Quand elle sentit son désir d’approfondir leur étreinte Lucy entrouvrit les lèvres, plus que ravie de céder à cette demande. 

Leurs langues s’entremêlaient dans un balai sensuel, se cherchaient, tournoyant avec une synchronisation parfaite. Leurs mains se baladaient, découvraient les corps si souvent désirés.

La jolie brune ne pouvait rien faire d’autre qu’apprécier le sentiment de plénitude qui la transportait, elle n’était plus capable de penser de manière cohérente depuis qu’elle avait senti les lèvres de Tim sur les siennes et ses mains sur sa peau. Elle s’était toujours doutée qu’embrasser son supérieur serait un moment fort. Après tout, c’était un homme très séduisant, qui s’appliquait dans tous ce qu’il faisait et pour qui elle avait de l’attirance. Seulement, jamais elle n’aurait imaginé que cela serait à ce point. Un simple baiser ne l’avait jamais autant fait chavirer.

Le jeune homme, quant à lui, avait placé ses mains dans le dos de sa partenaire les laissant voyager au gré des gémissements de la jeune femme. Parfois il les remontait sur sa nuque et son dos, profitant de la douceur de sa peau et de la senteur de ses cheveux. À d’autres moments il les descendait vers sa taille et ses fesses. 

Pendant un moment, il avait craint qu’une telle proximité physique puisse être gênante pour l’un comme pour l’autre. Après tout, en dehors de l’étreinte qu’ils avaient partagé après son enlèvement puis après la mort de Jackson, ils n’avaient jamais été prompt au contact physique. Cependant, il devait admettre que rien n’avait jamais semblée plus naturel que d’embrasser l’adorable, la brillante et lumineuse Lucy Chen.

Au bout d’un moment, les deux jeunes gens durent se séparer afin de reprendre leurs souffles. -Ça fait un très long moment que j’en avais envie, avoua Bradford, légèrement essoufflé. 

-Oui, moi aussi, rétorqua-t-elle immédiatement. La brune fit remonter ses mains de son torse vers sa nuque amoureusement. En voyant le désir qui brulait dans ses yeux, les dernières insécurités du policier furent immédiatement balayées. 

Dans le but de lui montrer que tout cela n’était pas que physique, il s’assura de lui faire passer toute la tendresse et l’amour qu’il avait pour elle. Il baissa la tête et déposa un léger baiser sur sa joue, tout aussi doucement il se dirigea vers son oreille pour lui mordiller le lobe puis vers sa nuque et son épaule. La respiration de sa collègue s’accéléra immédiatement tant elle était incapable de rester impassible. Il n’y avait plus aucun doute sur l’issu de cette soirée.

Tout en continuant à s’embrasser langoureusement, les deux amants se déplacèrent à l’intérieur de la maison. L’opération prit plus de temps que nécessaire tant ils ne pouvaient pas se séparer mais une fois arrivée dans la chambre, Lucy ne portait plus que ses sous-vêtements. 

Tim, quant à lui, avait la chemise grande ouverte. Ils continuèrent leur étreinte pendant une ou deux minutes. La belle brune avait placé les mains sur son torse, profitant de ce corps si athlétique qui l’avait tant fait fantasmer. Le policier explorait chaque recoin de son corps avec ses mains, sa bouche et sa langue, la rendant un peu plus folle à chaque caresse. 

-Tiiiimmm, je ne vais pas pouvoir … je, gémit-elle, incapable de former une phrase cohérente. Cela faisait un long moment qu’elle n’avait pas été avec un homme, particulièrement quelqu’un avec qui elle se sentait autant en confiance et en sécurité. 

Le plaisir ressentit était incomparable. Conscient de l’effet qu’il avait sur elle, le jeune homme décida qu’elle avait assez attendu. Il descendit vers son bas ventre et après avoir enlevé les derniers remparts qui séparaient leurs deux corps il posa ses lèvres sur son intimité. Pendant plusieurs minutes, à l’aide de ses doigts et sa langue il explora chacun de ses points sensibles pour lui donner le plus de plaisir possible. 

À peine quelques minutes plus tard, la jeune femme était au bord de la jouissance. Son amant s’en rendit compte et redoubla d’ardeur ce qui la fit immédiatement craquer. Lucy fut balayée par un orgasme tellement intense qu’elle en perdit le contrôle de son propre corps. Quand la jeune femme redescendit de son nuage, plusieurs minutes plus tard, elle se tourna vers son ami pour l’embrasser, un air béat sur le visage. 

-Waouh, souffla-t-elle lorsqu’ils se séparèrent. 

-Je suis ravi d’avoir pu me rendre utile, la taquina-t-il en lui rendant son baiser. Il approfondit une nouvelle fois l’étreinte en caressant son corps si désirable. 

-Ne crâne pas trop non plus, rétorqua la policière, joueuse, en sentant ses muscles se détendre une nouvelle fois. 

-C’est loin d’être le cas et je peux faire encore mieux, conclut-il en se penchant vers elle pour l’embrasser avec une passion dévorante. Ils reprirent leur étreinte et incapable de tenir plus longtemps Tim décida qu’ils avaient assez attendu. Il se plaça au-dessus d’elle et après avoir demandé son accord silencieux, il la pénétra doucement. 

Le jeune homme lui laissa le temps de s’habituer à sa présence puis commença à faire des vas et viens tout en continuant à l’embrasser avec amour. Aucun d’eux deux ne savaient qu’être avec quelqu’un pouvait être si naturel et plaisant. Être ensemble était d’une simplicité et d’une intensité désarmante. 

Rapidement, le plaisir prit le dessus sur tout le reste et leurs cris de plaisir purent se faire entendre dans toutes la maison. Quand il se sentit à deux doigts de perdre le contrôle, Tim passa une main entre leurs deux corps pour caresser son clitoris à l’aide de son indexe. Cela la fit vriller immédiatement et ils montèrent au septième ciel dans une synchronisation parfaite.

Les deux amants firent l’amour pendant une bonne partie de la nuit, incapable de se lasser du corps de l’autre puis ils finirent par s’endormir, étourdis par le plaisir et l’intensité du moment qu’ils venaient de vivre.

Voilà, c’est tout pour le moment ! J’espère que cela vous a plus et n’hésitez pas à commenter. Surtout, prenez soin de vous !

Remerciement

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, merci pour votre attention et j’espère que la lecture vous à plus. Si vous avez des remarques ou des suggestions rejoignez-nous sur les réseaux sociaux, envoyez un mail à l’adresse indiquée ou contactez-nous à travers le formulaire. C’est avec plaisir que je répondrais à toutes vos questions et que je dialoguerais avec vous dans le but de vous aider mais aussi de m’améliorer.

Abonnez-vous à mes réseaux

Mes réseaux sociaux vous permettront d’avoir accès à des contenus exclusifs, des réductions et bien plus encore. Vous pouvez aussi vous abonnez par email pour tout recevoir dans votre boîte de réception.

Voilà, c’est tout pour le moment ! J’espère que cela vous a plus et n’hésitez pas à commenter. Surtout, prenez soin de vous !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :