Le grand retour : Fanfiction Hawaii 5-0 (2) chapitre 3

Présentation

cahier avec une écriture "shared stories" pour écrire des fanfiction hawaii 5-0

Résumé : Tani ne parle jamais de sa mère. Il doit y avoir une raison mais personne n’a jamais osé demander. Quand cette dernière réapparaît un jour sur son lieu de travail cela réveil de douloureuse blessure pour la jeune femme.

Personnage : Junior et Tani / Sa mère / Ses parents / Quinn / Lou / Dani

Fanfiction Hawaii 5-0

Chapitre 3. Une tempête révélatrice

En automne à Oahu le temps n’était pas si idyllique qu’à l’accoutumé. Le ciel avait été gris mais la journée calme. Pourtant, ce soir-là, dame Nature semblait se déchainer. Il pleuvait et le vent soufflait suffisamment fort pour faire plier certains arbres. Les deux voitures se garèrent côte à côte sur le parking puis le quatuor couru jusqu’à l’entrée du bâtiment.

-Mon Dieu quel temps, ça faisait longtemps que l’on n’avait pas eu une tempête pareille, fit remarquer Natano Reigns en entrant dans le restaurant. Toutes les portes et fenêtres qui menaient habituellement sur une terrasse près de l’océan étaient aujourd’hui fermées. La salle n’était remplie que de quelques habitués.

Les lumières étaient tamisées et une douce musique à consonance typiquement hawaïenne raisonnait entre les murs. Ils furent accueillis par Rick qui entreprit de les mener à leur table puis de leur apporter les menus. Après plusieurs minutes de réflexion les parents de Junior commandèrent.

-Pour nous, tu n’as qu’à mettre la même chose que d’habitude, ajouta le marin en lui rendant ses cartes sans y avoir jeté un œil.

-Est-ce que vous désirez autre chose ? Interrogea l’ami de Magnum. Tous hochèrent négativement.

-Non ça sera tout puisque que tu t’es enfin décidé à inviter Quinn à dîner, murmura la jolie hawaïenne en faisant en sorte que seul lui l’entende. Seulement son partenaire comprit également le sens de ses paroles. Cela le fit immédiatement sourire. Le patron de bar leva les yeux au ciel et partie préparer le repas.

Les quatre compères discutèrent le temps que leurs plats arrivent. L’ambiance était détendue et la conversation légère. Junior était incroyablement heureux de passer un moment si bon moment avec les personnes qui comptait le plus pour lui. Cela le soulageait également de voir Tani se détendre après les deux jours compliqués qu’elle venait de vivre.

À un moment donné, le marin et son père allèrent chercher dessert et café au comptoir laissant les deux femmes seules.

-Maintenant que l’on est entre nous je souhaitais sincèrement vous remercier d’avoir accompagné mon fils à l’audience de libération sur parole et plus généralement d’avoir été là pour lui depuis son retour d’Afghanistan.


-Il n’y a pas de quoi. C’est plus que normal. On est coéquipier. On veille l’un sur l’autre. Il en a fait autant pour moi plus d’une fois, assura Tani le plus naturellement du monde. Au fil de la discussion l’aînée compris rapidement que la relation des deux jeunes gens était encore bien plus étroite qu’elle ne le pensait.

Surtout elle réalisa qu’en plus d’un travail en commun ils partageaient également des valeurs et aussi probablement de nombreuses blessures, comme la perte d’un être aimé.

Madame Reigns priait simplement pour que toute cette douleur les réunisse plutôt que de finir par les détruire. Après tout, elle en connaissait un rayon à ce sujet et même si elle avait fait de son mieux pour survivre à la mort de sa fille tout en aidant son fils la mère était consciente qu’il avait énormément souffert.

De leur côté, les deux hommes en profitèrent également pour discuter. Ils étaient bien plus pudiques que ne devraient l’être un père et son fils mais ils renouaient progressivement le contact et c’était déjà très bon signe. Légèrement curieux et sans douter de l’instinct de sa femme Natano Reigns décida d’aller à la pèche.

-Ta coéquipière m’a l’air d’être une personne très gentille et parfaitement compétente, commença-t-il en observant son garçon.
-Oui, Tani est vraiment géniale. Elle assure au boulot. Je ne pourrais pas rêver meilleure partenaire et c’est vraiment une personne incroyable, expliqua Junior de manière enthousiaste.

-Je vois ça, souffla-t-il avec un léger sourire aux lèvres. Son épouse avait vu juste, encore une fois. Le policier perçu immédiatement ce changement d’expression.
-Quoi ?

-Rien, je pensais juste à une petite chose que ta mère a dite.
-Ça y est je vous vois venir. Nous sommes amis c’est tout … Enfin je pense, avoua le jeune homme après un moment d’hésitation.

-Je sais que je n’ai pas toujours assuré et que ce ne sont pas mes affaires mais si je peux te donner un conseil c’est de ne pas rester dans l’incertitude. Surtout avec votre boulot. Après tout, c’est toujours mieux quand les choses sont bien établis et tu pourrais avoir une bonne surprise.

-D’accord, j’en tiendrais compte, conclut-il en récupérant les commandes avant de retourner à table des pensées plein la tête. Son père avait raison et il le savait mais il y avait beaucoup en jeux. Le repas continua dans la joie et la bonne humeur juste qu’en fin de soirée.

Vers onze heures du soir les quatre compères décidèrent qu’il était temps de rentrer. Dehors la situation avait empiré. La tempête faisait rage.

-Faites attention sur la route les enfants. Il faut être prudent avec un temps pareil, déclara Madame Reigns légèrement inquiète.

-Bien sûr, comme toujours mais vous aussi et prévenez-moi une fois que vous êtes arrivés. Vous aussi vous devez faire attention à vous. Enfin, je raccompagne Tani et je rentre, termina Junior. Sur ces bonnes paroles ils se saluèrent avant de remonter en voiture.

Pendant le trajet les deux amis discutèrent tout en roulant prudemment. Le temps rendait la circulation très difficile et ils mirent deux fois plus de temps qu’habituellement pour se rendre au domicile de la jeune femme. Dès leur arrivée les deux amis se mirent à l’abri. Ils rentrèrent de la maison, trempés jusqu’aux os.

-Mon Dieu, quel temps ! Pesta Tani en enlevant sa veste et ses chaussures.
-Ouais, je sais les tempêtes du pacifique sont vraiment les pires, annonça Junior. Il était parfois intervenu dans des conditions très difficiles avec les Seals mais l’intensité des orages d’Hawaï ne cesserait jamais de l’étonner.

-Est-ce que tu es sûre que c’est prudent de rentrer ? Tu pourrais rester, proposa la policière en le voyant prêt à reprendre la route et sans même se rendre compte de l’ambiguïté de ses propos. Dès qu’elle vit le marin avec ce petit sourire en coin qu’elle aimait tant, la jeune femme comprit son erreur.

-Bah alors partenaire, je ne savais pas que …
-Oh tais-toi … Il fait un temps de chien dehors alors ce n’est pas prudent de conduire. En plus, la chambre de Koa est vide. Tu n’as qu’à dormir là cette nuit, le recadra-t-elle avec les joues légèrement roses. Soudain une énorme bourrasque les fit sursauter.

-Ok, tu as raison. Je vais juste envoyer un message à ma mère pour qu’elle ne s’inquiète pas, concéda l’officier Reigns ne souhaitant vraiment pas prendre de risque inutile. Après tout, un accident est vite arrivé.

Tani sourit une nouvelle fois à cette remarque. Il était vraiment adorable et tellement attentionné avec ces proches. Ces petites attentions la faisaient fondre à chaque fois. Elle était aussi vraiment ravie de constater que la situation s’arrangeait avec sa famille. Après tout, même si cela n’avait pas toujours été simple le jeune homme était chanceux de les avoir et il était plus qu’évident qu’ils s’aimaient tous profondément.

Complètement trempés ils décidèrent qu’il était plus sage de changer de vêtements. La policière se rendit dans sa chambre pour enfiler un short, un pull blanc et attacher ses cheveux en chignon. Son partenaire parti chercher une tenue de sport qu’il gardait dans sa voiture. Une fois au sec le duo s’installa confortablement dans le canapé. Ils discutèrent pendant de longues minutes mais Junior, qui avait immédiatement perçu le changement d’atmosphère, décida de retenter sa chance.

-Je sais que je t’ai dit que je ne remettrais pas le sujet sur le tapis mais à tout hasard est-ce que tu aurais envie de …
-Non vraiment pas. J’apprécie sincèrement mais je n’ai vraiment aucune envie de parler de mes parents. Je sais que vous essayez tous de m’aider et j’apprécie, bien plus que tu ne peux l’imaginer, seulement c’est trop long et difficile. J’ai juste envie d’avancer.

-D’accord, je comprends mais surtout si tu as besoin n’hésite surtout pas. Je suis là pour toi, quoi qu’il arrive. Enfin, je vais te souhaiter une bonne nuit.
-Junes, je sais tout ça ne t’inquiète pas. C’est juste que je ne peux pas … C’est trop … Enfin, je ne peux pas mais merci et bonne nuit à toi aussi, conclut-elle en tournant les talons pour aller se mettre au lit.

Ce soir-là quand ils s’endormirent les deux jeunes gens ne purent s’empêcher de penser que peut-être, l’un comme l’autre, ils n’étaient plus si seuls que ça.

Voilà, c’est tout pour le moment ! J’espère que cela vous a plus et n’hésitez pas à commenter. Surtout, prenez soin de vous !

Remerciement

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, merci pour votre attention et j’espère que la lecture vous à plus. Si vous avez des remarques ou des suggestions rejoignez-nous sur les réseaux sociaux, envoyez un mail à l’adresse indiquée ou contactez-nous à travers le formulaire. C’est avec plaisir que je répondrais à toutes vos questions et que je dialoguerais avec vous dans le but de vous aider mais aussi de m’améliorer.

Abonnez-vous à mes réseaux

Mes réseaux sociaux vous permettront d’avoir accès à des contenus exclusifs, des réductions et bien plus encore. Vous pouvez aussi vous abonnez par email pour tout recevoir dans votre boîte de réception.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :