Je suis amoureuse de toi : Fanfiction Blindspot (4) chapitre 18

Présentation fanfiction Blindspot

je suis amoureuse de toi

Titre : Je suis amoureuse de toi

Résumé : Quelques semaines après avoir avoué ses sentiments à Reade Tasha se sent mal. Cette nuit-là ils ont fait une erreur. Elle ne le regrettait pas, bien au contraire, mais il allait se marier et elle l’avait définitivement perdu. Seulement cette nuit allait avoir de plus grandes conséquences qu’ils ne l’avaient imaginé.

Histoire « Je suis amoureuse de toi »

Chapitre 18 : Les visites

Le lendemain matin, Natasha émergea difficilement après une nuit d’environ six heures. Rose avait eu quelques difficultés à s’endormir mais elle ne s’était que très peu réveillé en pleine nuit et Edgar avait pris le relais quand ça avait été le cas. Après tout, la journée d’hier avait été très éprouvantes pour son corps et le jeune homme considérait sans mal que c’était son rôle de l’aider à récupérer.

Quand elle ouvrit les yeux ce matin-là, la jeune maman se sentait déjà mieux, le repos lui avait fait le plus grand bien même si elle mettrait sans doute un moment avant de retrouver toutes ses forces. En tournant la tête elle put observer son petit ami, le dos tourné, penché au-dessus du berceau en train de parler à leur fille.

-Salut ma princesse ! Tu as fait une bonne nuit. Je n’arrive pas à croire que je peux enfin te parler et te tenir dans tes bras. On a attendu ce moment depuis longtemps avec ta maman et même lorsque l’on n’était pas encore ensemble il m’arrivait souvent d’imaginer notre famille.

Je sais que dans quelques années tu apprendras toute la vérité sur ce qu’il s’est passé entre nous mais tu peux être certaine d’une chose c’est qu’il n’y a pas une seule journée depuis le jour où je l’ai rencontré où je n’ai pas aimé ta mère, même quand j’étais trop idiot pour m’en rendre compte.

Une chose est sûre c’est que pour rien au monde je n’échangerais ma place aujourd’hui et même si je risque de faire des erreurs je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour être la personne que vous méritez toutes les deux, avoua le jeune père en prenant Rose dans ses bras.

Zapata était très émue d’entendre ses paroles. Sa vie avait tellement changé en neuf mois que s’en était dingue et malgré tous les sentiments qui l’animaient (fatigue, incertitude, manque de confiance en soi) la jeune était profondément heureuse.

Pour la première fois depuis une éternité elle ne craignait pas l’avenir et surtout, elle ne se sentait plus seule. Quand son petit ami se retourna il put remarquer qu’elle était réveillée et sourit.

-Bonjour, murmura la policière en souriant pendant qu’il s’approcha d’elle, le bébé toujours dans ses bras.
-Bonjour marmotte, est-ce que tu es réveillée depuis longtemps ? Interrogea le directeur adjoint en déposant un tendre baiser sur ses lèvres.


-Non, mais j’avais envie d’admirer un peu la vue. Tu sais, je me sens mal que tu ne m’ait pas réveillé cette nuit quand le bébé à pleurer. Surtout, que tu as passé la nuit sur ce fauteuil absolument inconfortable, avoua la brune pendant qu’il s’asseyait sur le bord de son lit en lui mettant le bébé dans les bras.

Mon cœur, tu viens d’accoucher. Tu as beau être coriace, tu as aussi besoin de repos. Il n’y a pas de raison de culpabiliser.  Après tout, c’est toi qui a fait tous le travail hier.
-J’avoue que dormir fais du bien. Et toi ma chérie, j’espère que tu as bien dormis et que tu n’as pas trop embêté to papa,
concéda la jeune femme en caressant le visage de sa fille avec amour.

Ils restèrent dans cette position quelques minutes avant que la petite ne se mette à pleurer. Comprenant qu’elle devait avoir faim, Zapata décida comme prévu d’essayer de l’allaiter. La manœuvre prit quelques minutes, le temps pour mère et enfant de s’adapter, puis tout se déroula parfaitement. Ce fut un moment aussi étrange qu’intense pour la jeune mère qui devait s’adapter à ce nouveau rôle.

Environ une dizaine de minutes plus tard, la petite fille eut terminé de manger. Le couple discuta un petit moment avant d’entendre toquer à la porte vers dix heure du matin.
-Entrez, cria le directeur adjoint en tournant la tête. Il put observer ses beaux-parents rentrer dans la pièce.


Salut, je commence ma garde dans une petite heure et nous voulions voir comme vous alliez. Est-ce que l’on dérange ? Interrogea le père de Tasha en chuchotant, ne souhaitant pas déranger le bébé.


-Non, absolument pas. Je suis ravie de vous voir, sourit sa fille. Les deux nouveaux arrivant saluèrent les parents puis s’assirent et commencèrent à discuter tranquillement.
-Elle est sublime, je dois dire que vous avez fait un sacré travail, s’extasia sa belle-mère en adoration devant le bébé.


-C’est à Tash’ que revient tous le mérité sur ce coup … Est-ce que vous voulez la prendre ? Demanda Edgar. La blonde hocha la tête et prix la petite fille dans ses bras sous le regard attendrie de son mari. Le policier retourna s’asseoir près de sa partenaire et passa un bras autour de ses épaules.


-Pour être honnête j’ai encore du mal à réaliser tout ce qu’il s’est passé. Il y a un an je ne savais pas que j’avais un enfant et aujourd’hui non seulement j’ai une fille mais je suis aussi grand-père. C’est surréaliste.


-Je crois que l’on est deux dans cette situation. Il faut dire que nos vies à tous à beaucoup changé en vraiment très peu de temps mais en ce qui me concerne je ne voudrais pas que les choses soient différentes,
avoua la jeune femme en se blottissant un peu plus dans les bras de son petit ami. Tous sourirent à cette remarque.

-Je pensais, si tu veux je peux demander aux infirmières d’installer un lit de camp pour cette nuit. Cela sera plus confortable que ce vieux fauteuil, proposa le médecin, après un certain temps, quand il appris que son beau-fils avait passé toute la nuit ici.

-Merci, ça serait vraiment génial … Chérie, je commence à avoir faim et comme tu n’as pas mangé non plus je pensais aller au coffee shop en bas pour nous chercher de quoi petit-déjeuner.


-Super idée, je meure de faim,
accepta Zapata affamée et peu convaincue par la nourriture de l’hôpital. Les trois adultes continuèrent à discuter de tout et rien pendant une quinzaine de minutes jusqu’à ce que le policier revienne avec la nourriture.

Ils mangèrent puis peu de temps après Mickael et Elizabeth partirent pour laisser les jeunes parents se reposer, sans manquer d’embrasser le bébé.

Dans le courant de l’après-midi, après avoir prévenu par un coup de téléphone, Jane, Kurt Avery, Allie, Connor et Bethany passèrent rendre visite à la nouvelle petite famille

-Toc, toc, entendirent les deux adultes avant de voir une petite tête blonde d’environ quatre ans passer dans l’entrebâillement de la porte.

-Entrez, mademoiselle, sourit Natasha avant de voir toute la tribu qui suivait l’enfant. Tous se saluèrent amicalement avant de s’asseoir dans les chaises à disposition pour converser.

-Elle est superbe. Quand je pense que vous avez un bébé. Si l’on m’avait dit ça il y a dix ans quand on s’est rencontré je n’y aurait pas cru, sourit Kurt en observant tendrement le nourrisson lové dans les bras de son amie.


-Ah oui et à quoi est-ce que tu ne t’attendais pas : notre enfant, le fait que tu en ais un avec Allie pour finir avec Jane, le côté amnésique, les tatouages ou encore les nombreuses conspirations et attaques terroristes en tout genre, se moqua gentiment Reade devant l’ironie de la situation.


-Il ne faut pas oublier la fille adolescente surprise. Vous savez, dis comme ça, on se croirait dans une série des années 80 du genre des feux de l’amour mixé avec l’agence tout risque, fit remarquer Avery ce qui fit immédiatement rire tout le monde.

-Maman, est-ce que je peux donner mon cadeau maintenant ? Demanda la petite fille impatiente avec un paquet emballé de papier cadeau dans les mains.

-Bien sûr mon cœur.
-C’est un cadeau pour Rose mais aussi pour vous enfin, un peu pour tout le monde. Avery m’a aidé un petit peu aussi,
expliqua la blondinette en tendant le présent. Edgar le pris pour l’ouvrir sous le regard de Tasha qui avait leur fille dans les bras.

-J’ai juste filé un coup de main pour la logistique. C’était entièrement son idée.

Après quelques secondes ils purent tous observer un joli cahier savamment décoré avec de petites fleurs et des cœurs « Rose » était écrit en plein milieu. En le feuilletant les jeunes parents purent observer tout un tas de photos de leurs familles avec des textes comme illustration.


-C’est un album avec plein d’histoire comme la façon dont vous vous êtes rencontrés et pleins d’autres. J’ai demandé à tout le monde de me raconter des anecdotes et comme ça quand elle sera plus grandes Rose pourra le lire et elle apprendra plein de choses sur sa famille et l’équipe, expliqua Bethany timidement. Tous les adultes de la pièce se regardèrent émus.


-Tu sais quoi, on a reçu un tas de cadeau vraiment géniaux mais celui-ci c’est définitivement mon préféré, avoua Zapata attendrie. Cette remarque ravie la fillette instantannément. Ils observèrent le cadeau plusieurs minutes en papotant.


-Tant qu’on est aux annonces. Tash’ et moi en avons énormément discuté et … Kurt, si tu le veux bien nous aimerions que tu sois le parrain de Rose, annonce Reade en observant son ami.


-J’en serais sincèrement honoré, accepta le père de famille. Il prit le bébé dans ses bras et sourit, sa propre fille juste à côté de lui. Après autorisation elle se pencha pour déposer un baiser sur la tête du nourrisson. Ils continuèrent tous à discuter pendant un long moment avant de laisser la petite famille se reposer

Le lendemain matin vers dix heure, après une courte nuit, les jeunes parents reçurent la visite de Rich, Patterson, Conrad, Boston ainsi que Bill Nye le père de l’informaticienne qui était en ville. La fine équipe arriva tout sourire et les bras chargés de cadeaux. Ils discutèrent avec joie pendant un long moment, la jolie blonde avec Rose dans les bras.


-Bon sang, je n’arrive pas à croire que vous ayez fait ce petit ange. Vous avez mis du temps à vous décider mais on peut dire que vous ne faites pas les choses à moitié, fit-elle remarquée en faisant rire l’assemblée.


-C’est sûr. C’est dingue tous les souvenirs que cela me rappelle. Toi et tes frères étaient tout aussi mignons quand vous étiez bébés mais beaucoup moins calmes je dois dire, annonça son père attendri.

-Je ne suis même pas étonné. Te connaissant tu devais faire des équations et expériences scientifiques avant même d’apprendre à marcher, blagua Edgar. À cette seconde salve de rire la petite fille se mit à se tortiller.
-Oh en voilà une qui est réveillée. Tu veux peut-être la récupérer ?

-Je trouve qu’elle a l’air confortablement installé dans les bras de sa marraine … Mais après c’est toi qui décide, déclara Tasha impatiente d’observer la réaction de sa meilleure amie. L’informaticienne releva immédiatement la tête avec un léger sourire sur les lèvres.


-Mon dieu, évidemment que j’accepte. Ça sera même avec joie, annonça Patterson sans hésitation. Elle et Zapata avait eu quelques moments compliqués mais finalement, elle avait été et sera toujours sa meilleure amie. Ils étaient tous une famille, une famille qui venait de s’agrandir, et c’est l’unique chose qui comptait. Le petit groupe resta pendant encore une petite heure à discuter joyeusement avant de devoir se rendre à leurs travail respectifs.

En milieu d’après-midi, un petit moment avec que mère et fille sortent de l’hôpital, se fut au tours des parents de Reade et des frères de Zapata de débarquer. Ils étaient venus pour raccompagner la petite famille chez eux ainsi que les nombreux cadeaux qu’ils avaient reçus.
-Mon dieu je ne sais même pas comment nous allons faire pour tout rentrer dans l’appartement. Finalement, je commence à croire qu’Allie ne blaguait pas quand elle parlait de tous ce qu’il fallait pour s’occuper d’un bébé, s’étonna la jeune père.


-Votre amie n’a pas menti mais si cela peut vous rassurer cela diminue avec le temps. J’ai préparé quelques plats que vous pourrez mettre dans votre congélateur. Comme ça vous n’aurez pas besoin de perdre du temps à cuisiner ou à faire les courses dans les prochains jours, annonça la maman d’Edgar en finissant de mettre des body pour bébé dans un sac.


-Il ne fallait pas. C’est vraiment gentil mais, commença Natasha qui était assise dans le fauteuil avec sa fille dans ses bras. Son petit ami et sa belle-mère était en train d’emballer les affaires et ses frères les transportaient dans la voiture.


-S’il te plaît, pas de mais. Je suis passée par là et je peux vous garantir que vous allez être vraiment très occupés durant les prochaines semaines, suffisamment pour profiter d’un peu d’aide sans culpabiliser, rétorqua automatiquement l’aîné. Elle prit sa petite fille dans ses bras pendant que la policière en profita pour aller se changer. Environ quinze minutes plus tard tous était prêt à partir.

-Sœurette, la voiture est pleine. Nous, on va y aller pour vous laisser rentrer tranquillement et je t’appelle d’ici un jour ou deux, annonça son plus jeune frère en remontant dans chambre.
-Pas de soucis et merci pour le coup de main.


-C’était avec plaisir et pour rien au monde nous aurions attendue plus longtemps pour voir votre petite crevette. Grand-mère serait vraiment fière,
souffla le second en se penchant sur le berceau. Après quelques courtes minutes de discussion, chacun rejoint sa propre voiture. En mettant Rose dans le siège auto, Edgar fit une pose et sourit.

 
-Mon cœur, est-ce que tout va bien ?
-Oui, très bien, c’est juste … Tu arrives à y croire … Nous rentrons dans notre maison avec notre bébé,
interrogea le directeur adjoint ému.
-C’est vrai que c’est dingue quand on pense à tout le chemin parcouru mais je ne voudrais certainement pas que quoique ce soit change.
-Moi non plus, allez, rentrons à la maison,
conclut le brun en déposant un tendre baiser sur ses lèvres juste avant de démarrer la voiture en direction d’une nouvelle vie qui ne faisait que commencer.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :