Je suis amoureuse de toi : Fanfiction Blindspot (4) chapitre 11

Présentation fanfiction Blindspot

je suis amoureuse de toi

Titre : Je suis amoureuse de toi

Résumé : Quelques semaines après avoir avoué ses sentiments à Reade Tasha se sent mal. Cette nuit-là ils ont fait une erreur. Elle ne le regrettait pas, bien au contraire, mais il allait se marier et elle l’avait définitivement perdu. Seulement cette nuit allait avoir de plus grandes conséquences qu’ils ne l’avaient imaginé.

Histoire « Je suis amoureuse de toi »

Chapitre 11 : 24 semaines de grossesse/6 mois

Cela faisait deux semaines que Tasha avait rencontré son père biologique et que les futurs parents avaient décidé d’emménager ensemble. La jeune femme avait passé plusieurs moments privilégiés avec son père. Ils apprenaient à se connaître progressivement et tout se passait à merveille. Le médecin avait rencontré le petit ami de sa fille la semaine précédente lors d’un diner et le repas s’était passé à merveille. Les deux hommes s’étaient découverts de nombreux atomes crochus. Edgar était ravi de constater qu’il comptait faire partie de la vie. L’amour de sa vie avait gagné un père et la voir heureuse était tout ce qu’il souhaitait.

De son côté Mickaël avait été rassuré de constater que sa fille était en couple avec un homme bien. Même s’il savait que son enfance malheureuse n’était pas de sa faute une pointe de culpabilité lui alourdissait le cœur dès qu’il y pensait. Dans le même temps les deux policiers avaient pu trouver l’appartement de leur rêve dans lequel ils pourraient emménager aussi rapidement qu’ils le souhaitaient. Tout avait ainsi été planifié pour que le couple puisse construire son foyer avant l’arrivée de leur enfant.

Pour le reste de l’équipe il n’y avait rien de nouveau. Jane et Kurt filait le parfait amour même si les petits jeux de Roman mettaient parfois l’équilibre du couple à rude épreuve. Rich et Boston faisaient de leur mieux pour bâtir une relation durable. Quant à Patterson elle s’était enfin décidé à s’ouvrir aux autres en s’inscrivant sur un site de rencontre.

Aujourd’hui était un jour spécial car Zapata allait rencontrer la femme de son père. L’ancienne avocate, maintenant à la tête d’une association caritative, revenait d’un voyage d’affaire et elle mourrait d’envie de rencontrer sa belle-fille. Le couple avait décidé qu’Edgar l’accompagnerait lors de cette rencontre, bien moins formelle et émotionnellement perturbante que celle ayant eu lieu deux semaines plus tôt. Ainsi, ils se réuniraient pour le déjeuner dans un restaurant du centre-ville.

Étrangement la jolie brune ressentait une légère appréhension face à l’épouse du médecin. Après tout elle n’avait jamais vraiment de modèle féminin digne de ce nom dans sa vie. Cette femme semblait être tout ce qu’elle n’avait jamais eu l’impression d’être : équilibrée, douce et attentive, maternelle. C’était une bonne cuisinière qui paraissait avoir tout pour être mère sans jamais avoir l’occasion de le devenir alors qu’elle-même avait des doutes concernant ses propres capacités. Ce midi-là, ils arrivèrent à destination main dans la main. Un serveur les amena à leur table où était déjà présent le second couple. L’hispanique pu alors découvrir une femme blonde d’une cinquantaine d’années à l’air sympathique. Elle portait un tailleur bordeaux et dégageait une élégance naturelle sans pour autant sembler guindée. En les voyant arriver la plus âgée des deux se dirigea immédiatement vers le couple.


-Edgar, Natasha, je suis tellement contente de vous rencontrer. Mon mari m’a tellement parlé de vous que j’ai l’impression que l’on se connaît déjà, salua-t-elle en les étreignant chaleureusement. Les deux coéquipiers s’assirent en échangeant un regard attendri.
-J’ai beaucoup également beaucoup entendu parler de toi. Je suis très heureuse que l’on puisse enfin se voir, confirma la future mère. Le quatuor à discuter de banalités pendant quelques minutes puis commandèrent à manger.


-Est-ce que tu es allergique ? Interrogea Mickael après que sa fille eut demandé à ce que l’on retire les poivrons de sa pizza.
-Absolument pas mais la petite ne doit pas aimer ça parce que je n’ai pas pu en avaler et garder mon repas depuis le début de ma grossesse.
-La dernière fois c’était même plutôt moche,
grimaça Reade devant le souvenir des nausées de sa petite amie.


-Ouf c’est dommage, enfin tant que tout va bien c’est le principal. Sinon est-ce que vous avez trouvé un nom ? Demanda curieusement Hannah.
-C’est le cas mais on s’est mis d’accord pour que ça reste un secret jusqu’à l’accouchement, annonça le directeur adjoint.
-Ce qui rend nos amis complètement dingues. D’ailleurs je ne t’ai pas dit mais je crois que Patterson a mis au point un de ses algorithme pour déterminer quel nom on a le plus de probabilité de donner au bébé, ajouta la brune.


-Ça ne m’étonne même pas. Après tout, avec Rich ils inventent tout et rien dès qu’ils trouvent une excuse, de vrais geeks.
-Il n’y a rien de mal à aimer avoir quelques jouets.
-Tu dis ça parce que tu te comportes comme un enfant à chaque fois que l’hôpital achète un nouveau robot. Tu devrais le voir, ça fait vingt ans et il ne s’en lasse pas,
se moqua-t-elle gentiment en lui énonçant sa dernière phrase à voix basse de manière complice.

Cela fit immédiatement sourire Zapata. Son petit ami se mit doucement à rire, sachant que sa partenaire avait elle-même un penchant pour les nouvelles technologies. Ils continuèrent à parler de tous et rien pendant un très long moment puis les deux femmes partirent se rafraîchir laissant seuls leurs compagnons respectifs. 
-Ça s’est plutôt bien passé. Je trouve qu’elles ont l’air de bien s’entendre, fit remarquer le médecin en les regardant partir.
-Oui, c’est certain. Vous savez, Tasha ne l’admettra jamais mais elle appréhendait cette rencontre, comme toute les autres d’ailleurs.

-Vraiment mais pourquoi ?

-En fait, je pense qu’elle a peur de ne pas être à la hauteur. Je sais que ça peut paraître dingue mais depuis près de dix ans que je la connais elle n’a jamais parlé de sa famille et elle fait toujours tout seule. C’est vrai que maintenant les choses ont changé que ça soit entre nous deux ou avec l’équipe mais ça nous a pris du temps avant d’en arriver là. Finalement, je pense que ça compte beaucoup pour elle de vous avoir dans sa vie et qu’elle a peur de tout gâcher.


-Pourtant je ne vais nulle part. Si je lui ai dit que je voulais faire partie de sa vie c’était parce que je le pensais. Elle m’a dit avoir vécu des choses difficiles avant d’être placé sous la garde de sa grand-mère. J’imagine que je n’avais pas réalisé à quel point ça l’avait marqué. Elle n’en parle pas énormément.


-Je n’ai pas beaucoup d’informations sur ce sujet et je ne pense pas que l’on en aura un jour. Tout ce que je voulais dire plus tôt c’est que vous comptez pour elle. Tasha prend la famille très au sérieux et tout ce que je souhaite c’est la voir heureuse.
-Je sais que je ne suis père que depuis quinze jours mais ça me paraît être une excellente chose. Ce qui est sûre c’est qu’actuellement elle a vraiment l’air épanouie
, termina Mickaël en souriant à son interlocuteur. Il n’avait jamais énormément dialogué avec le petit ami de sa fille en privé mais il était plus qu’évident qu’il ferait tout pour le bonheur de Natasha. Cela le soulageait profondément.

De leurs côtés les deux femmes étaient en train de faire connaissances seules à seules. Au début elles discutèrent de banalités pour détendre l’atmosphère.
-J’ai entendu dire que vous aviez enfin pu trouver un nouvel appartement et que vous emménagiez la semaine prochaine. C’est une excellente nouvelle.
-Oui, heureusement Edgar avait un ami dans l’immobilier qui nous a trouvé un parfait petit duplex moderne en centre-ville. Il y a trois chambres, deux salles de bain, une grande terrasse et tout est très lumineux. Le quartier est génial avec un parc et de très bonnes écoles.


-Effectivement cela paraît être l’endroit idéal pour élever un enfant. Je dois dire que je suis vraiment ravie que l’on se soit rencontré. J’ai été sous le choc quand on a appris la nouvelle. En particulier car on n’a jamais réussi à avoir un bébé mais je sais à quel point faire partie de ta vie compte pour Mickaël et je ne sais pas quelles sont tes relations avec ta mère à l’heure actuelle. Seulement j’aimerais beaucoup que l’on soit, je ne sais pas, amies ou quelques choses comme ça. Après tout, tu es techniquement ma belle-fille et je sais que si nous avions eu connaissances de ton existence quand tu étais enfant on aurait tout fait pour former une famille bien plus tôt. En tout cas j’aimerais que l’on essaye désormais d’en devenir une
, annonça Hannah avec émotion. L’ancienne avocate avait toujours rêvé d’avoir une fille et même si elle avait eu des difficultés à encaisser la nouvelle elle nourrissait désormais l’envie de nouer une vraie relation avec la jeune femme.


-Si l’on joue la carte de l’honnêteté je dois avouer que mes relations avec ma mère ont été déplorables pendant mon enfance et inexistantes par la suite. Avoir une famille je n’ai vraiment su ce que ça faisait jusqu’à ce que je tombe enceinte et même maintenant je ne suis pas certaine de savoir quoi faire ou comment être une bonne mère. Il se trouve qu’en ce moment je ne fais que sortir de ma zone de confort. Une chose est sûre c’est que peu importe à quel point tout ça me paraît étrange quand j’imagine ma vie d’ici quelques années, enfin la version dans laquelle je suis heureuse, j’ai une famille autour de moi, une belle et grande famille heureuse. Le pire c’est qu’il y a un an je ne me serais jamais autorisé à rêver de cette manière, avoua Natasha avec franchise.


-C’est un très beau rêve qui se réalisera j’en suis certaine. En tout cas Edgar m’a l’air d’être un homme très bien, qui fera visiblement un très bon père et surtout qui a l’air complètement dingue de toi. Ce qui m’a l’air totalement réciproque, fit remarquer l’ancienne avocate avec un sourire joueur. Cela fit rire la future mère immédiatement.


-C’est vrai que l’on est vraiment très amoureux. Enfin ça nous a pris du temps avant d’en arriver là. J’ai mis du temps avant d’être capable de me montrer vulnérable et de son côté … Enfin, disons qu’on n’a pas toujours été très doué pour communiquer mais la vérité c’est que depuis que l’on s’est rencontré il y a presque dix ans personne ne m’avait jamais fait me sentir autant en sécurité et aimé, continua la policière surprise de n’avoir aucune difficulté à se confier à son interlocutrice. Elles continuèrent à dialoguer un long moment avant d’aller retrouver leurs conjoints respectifs. Le reste de la journée se déroula dans la bonne humeur. Plus aucune crainte ni angoisse ne prenait place dans les discussions.

Une semaine plus tard il était temps pour les futurs parents d’emménager dans leur nouvel appartement. Ils avaient tous les deux, dans la semaine précédente, débarrassé leurs appartements et mis les affaires qu’ils gardaient dans un box de stockage. Cela faisait deux jours qu’ils dormaient à l’hôtel et ils allaient aujourd’hui enfin pouvoir passer leurs premiers moments chez eux.

De plus, le couple s’était rendu dans un magasin de matériel pour bébé et ils avaient commandé les principaux meubles de la chambre de leur fille qui seraient livré le jour même. Le père de Tasha, sa femme, les parents d’Edgar, toute l’équipe ainsi qu’Afreen, les frères de Zapata et les anciens frères d’armes d’Edgar étaient tous venus les aider à aménager l’endroit. Il était environ dix heures du matin et ils étaient tous au travail depuis une bonne heure. Les déménageurs montaient les gros meubles pendant que les autres s’occupaient des cartons et du mobilier moins imposant. Ils étaient actuellement dans la pièce principale qui réunissait le salon/salle à manger et une cuisine ouverte. Le tout était lumineux et très spacieux.


-Reade, je suis enceinte et non pas malade. Je sais qu’il faut que j’y aille doucement mais je peux quand même porter une pile de cousins, maugréa-t-elle gentiment en prenant les cousins du canapé des mains de son petit ami.
-Bien sûr mais je te connais suffisamment pour savoir qu’obstinée comme tu es tu ne te contenteras jamais de ça, répondit-il en déposant un léger baiser sur ses lèvres.
-Il a raison, intervint Allison en entrant dans la pièce avec sa fille dans une main et un énorme sac dans l’autre.


-Comme si je ne le savais pas, murmura-t-elle à son amie de manière complice.
-Je sais que ce n’est pas simple mais je serais toi j’en profiterais parce que d’ici trois mois et pour les deux prochaines années tu auras atteint un état de fatigue peu commun.
-D’accord mais je fais quoi dans ce cas-là.
-Moi je sais ce qu’on pourrait faire. J’ai apporté plein de truc pour s’amuser et de quoi grignoter alors on peut s’asseoir et comme ça tu pourras tout diriger depuis le canapé,
intervint Bethany en déposant ses affaires sur la table basse.


-Hum, donner des ordres et manger. J’aime assez la façon de penser de ta fille.
-Ne m’en parle pas. Cette petite ira loin,
conclut la Marshall en souriant. La future mère et l’enfant partirent s’asseoir sur le canapé et tous continuèrent à déballer les cartons qui arrivaient progressivement. Tout se déroulait sans accro et dans une bonne ambiance. Les proches du jeune couple apprenaient à faire connaissance, ravis d’aider leurs amis dans le même temps.

Au bout d’un moment Tasha s’aventura à poser une question à la petite blonde à ses côtés, intriguée par ses créations.
-Dis-moi qu’est-ce que tu es en train de fabriquer ?
-Je suis désolée mais je ne peux pas le dire. C’est un projet secret, une surprise pour le bébé quand elle sera née,
expliqua la fillette. Tous sourirent attendris par cette remarque.
-On a essayé de lui faire dire ce que c’était mais ça fait déjà deux semaines et rien n’est sorti, continua Kurt à l’attention de sa collègue.


-Il faut croire qu’elle a hérité de l’obstination de ses parents cette enfant, ajouta Rich amusé.
-C’est adorable. Je suis sûre que ça sera très réussi, s’émeut Edgar en s’approchant pour observer son travail.
-Est-ce que je peux prendre des photos de tout le monde pour les ajouter à mon cadeau ? Interrogea-t-elle timidement. Tous acceptèrent avec joie devant la frimousse adorable de Bethany et son attention particulièrement touchante.
-Finalement vous avez trouvé quelles couleurs mettre dans la chambre du bébé ? Questionna Patterson curieuse.
-Oui, on va mélanger du gris et du jaune comme ça ce n’est pas trop connoté et on pourra décorer comme on le souhaite. Cela impliquera probablement une grande quantité d’animaux, raconta le policier.


-Quoi ? Pas même quelques objets rappelant le sport comme un ballon ou un panier de basket miniature, se moqua gentiment Tom, un camarade de l’armée du futur père, ayant une parfaite connaissance de la passion de son ami. Il avait également entendu parler de la réciprocité de ce passe-temps chez sa petite amie. Leurs deux autres compagnons, Conrad et Devon, se mirent immédiatement à rire.


-Non, pas pour l’instant, même s’il est extrêmement improbable que cette petite n’aime pas le sport ça viendra avec le temps. Elle aura tout le temps de choisir comment décorer sa chambre. Tous les enfants aiment les animaux, répondit Natasha en leur souriant, ravie d’avoir pu rencontrer les amis de longues dates de son amant.
-Les animaux c’est cool et très mignon. Dans le Colorado on allait souvent dans une ferme pour en voir.


-Tu as raison tout le monde aiment les animaux, les adultes aussi. Kurt était comme un gamin pendant ses visites,
confia Jane à ses collègues féminines. La fine équipe continua à discuter et déballer pendant le reste de la journée. En fin d’après-midi tout était quasiment rangé. Ils n’auraient qu’à décorer à leurs goûts pour en faire un parfait petit nid. Chacun pu effectivement constaté que l’appartement était parfait pour le jeune couple : spacieux, moderne et lumineux mais aussi chaleureux.

Pour remercier leurs amis et leurs familles le couple les invita à dîner. Pizzas et bières étaient aux rendez-vous dans une ambiance de camaraderie. Les frères de l’hispanique avaient été dans l’obligation de rentrer chez eux pour rejoindre leurs familles. D’un côté les quatre grands-parents en devenir apprenaient à faire connaissance. Edgar, ses amis de l’armée, Kurt et Connor étaient en train de parler du bébé à venir et des quelques appréhensions du futur père. Afreen, Patterson, Rich et Boston déblatéraient sur tout un tas de sujet scientifique auxquels les autres ne comprenaient rien. Bethany s’était endormie comme une masse devant les dessins animés après avoir passé la journée à papillonner pour aider les adultes, discuter avec eux et poser tout un tas de questions. En résumé, ils discutaient tous parfois en petit groupe, souvent tous ensemble. À un moment donné Jane, Tasha et Allison se retrouvèrent dans la cuisine.


-Dis-moi Tash’ qui est exactement le blond plutôt mignon qui a l’air d’être comme un frère pour Reade ? Interrogea la Marshall curieuse.
-Il s’appelle Conrad et ils étaient en Afghanistan ensemble. Il y était en tant que médecin militaire il me semble. Je crois qu’il est urgentiste dans un hôpital en ville aujourd’hui. Pourquoi ?


-Regardez en direction de la terrasse. J’ai l’impression que ça à l’air de coller avec Patterson. Déjà tout à l’heure ils avaient l’air de bien s’amuser en déballant la vaisselle,
expliqua la brune. Elles tournèrent toutes la tête dans la direction indiquée puis se mirent à sourire. Leur amie était en train de discuter avec le jeune homme. Elle riait et souriait comme elle ne l’avait pas fait depuis une éternité. Ils étaient à moins d’un mètre l’un de l’autre et la blonde remis timidement une mèche de cheveux derrière son oreille.


-Mon Dieu mais regardez-moi ça. On dirait qu’il y en a une qui est prête à remonter en piste. Ça fait plaisir à voir en tout cas, fit remarquer Jane avec le sourire. Patterson avait beaucoup souffert à la mort de David et après la trahison de Borden. Cela les rendait heureuses de la voir sourire et surtout prête à s’ouvrir de nouveau à l’amour, peu importe qu’il s’agisse d’une de leur connaissance ou non. Tous ce qui comptait était qu’elle trouve enfin le bonheur.


-Reade, mon cœur, est-ce que tu peux venir deux minutes s’il te plaît ? Appela Zapata avec une idée derrière la tête. Ses amies ne purent s’empêcher de sourire, comprenant parfaitement où elle voulait en venir. Son petit ami arriva quelques minutes plus tard et observa le trio intrigué.
-Ton ami médecin, est-ce qu’il est célibataire ? Interrogea la jeune tatouée de but en blanc.


-Surtout, est-ce que c’est quelqu’un de sérieux avec les femmes ? Continua la future mère soucieuse du bien-être de sa meilleure amie. Au début le jeune homme ne comprit pas l’objectif de ses questions mais quand il tourna la tête pour suivre leurs regards le directeur adjoint comprit immédiatement ce qu’elles avaient en tête. Cela le fit sourire car il savait parfaitement de quoi ses collègues étaient capables quand elles se comportaient ainsi.
-Les filles, sérieusement ils ne font que discuter. Vous savez qu’il y a de grandes probabilités que ça ne soit rien de plus que ça.


-Chérie je connais Patterson sur le bout des doigts et je peux t’assurer que ce sourire signifie qu’il y a quelque chose à exploiter, enfin de son côté.
-Je vois. Pour répondre à vos questions Conrad est quelqu’un de bien. Je le connais depuis toujours et j’ai une totale confiance en lui alors Patterson n’a rien à craindre. Quant à ce qui est de savoir si elle lui plaît je ne me mêlerais pas de ce qui ne me regarde pas mais si c’est le cas je pense qu’il m’en parlera. En attendant quoi que vous ayez en tête, je vous en prie, allez-y en douceur.


-Voyons, tu nous connais,
rétorqua immédiatement la mère de Bethany.
-Oui justement, conclut l’afro américain en souriant malicieusement. Il déposa un baiser sur les lèvres de sa petite amie puis partit rejoindre ses parents. La soirée repris son cours dans la même ambiance joyeuse et pleine d’entrain face à tous ce que l’avenir avait en réserve. Vers la fin de la soirée Hannah se pencha vers la fille de son mari et lui murmura des paroles qui lui firent chaud au cœur.
-Finalement ce joli rêve dont on a parlé est devenu la réalité bien plus tôt que prévu.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :