Je suis amoureuse de toi : Fanfiction Blindspot (4) chapitre 9

Présentation fanfiction Blindspot

je suis amoureuse de toi

Titre : Je suis amoureuse de toi

Résumé : Quelques semaines après avoir avoué ses sentiments à Reade Tasha se sent mal. Cette nuit-là ils ont fait une erreur. Elle ne le regrettait pas, bien au contraire, mais il allait se marier et elle l’avait définitivement perdu. Seulement cette nuit allait avoir de plus grandes conséquences qu’ils ne l’avaient imaginé.

Histoire « Je suis amoureuse de toi »

Chapitre 9 : 20 semaines de grossesse/5 mois

Deux semaines avaient passé depuis l’épisode des cauchemars d’Edgar et heureusement tout était revenu à la normale. Le jeune homme était retourné voir sa psychologue pour finir d’exorciser les démons de son enfance. Sa petite amie l’y avait bien évidement encouragé, sachant à quel point il en avait besoin, particulièrement avec le bébé en route.

Sinon, leur couple allait à merveille. Ils arrivaient désormais à communiquer sans filtre ni mécanisme de défense préexistant. Le jeune couple était plus amoureux que jamais et ils se préparaient paisiblement à la venue de leur futur enfant. Du côté de l’équipe peu de chose avait changé en dehors de l’arrivée définitive d’Allison, Connor et Bethany à New York. L’installation se faisait en douceur et ils étaient tous très heureux d’être en famille. Les quatre parents de la petite fille avait néanmoins été très surpris quand elle leur avait demandé un frère ou une sœur, ce qui avait bien amusée leurs amis.

Aujourd’hui était un jour particulier pour Reade et Zapata étant donné qu’il s’agissait du second rendez-vous chez l’obstétricien. Aujourd’hui ils devraient enfin connaître le sexe de leur futur enfant. Même si la policière était convaincue qu’il s’agissait d’une petite fille ils mourraient d’envie d’avoir la confirmation. Dans tous les cas ils seraient heureux. Comme lors de la première fois le duo se prépara et partira tôt afin de se rendre chez le médecin avant leur travail. Ils étaient dans le cabinet médical à attendre l’arrivée du médecin, tous les deux bien plus détendue que la première fois.


-Natasha, Edgar, je suis plus que ravie de vous revoir. Entrez, que l’on observe ce petit bébé, salua la doctoresse en les faisant entrer dans la salle d’examen. Tasha s’installa directement sur le fauteuil près de l’échographe et souleva son chemisier. Cette fois-ci encore son petit ami s’assit à ses côtés et lui prit tendrement la main. Elle sentit le gel froid sur sa peau puis l’embout de l’appareil. Quelques secondes plus tard ils entendirent les battements du cœur de leur enfant, ce qui porta immédiatement un grand sourire sur leur visage.


-Docteur, est-ce que tout va bien avec le bébé ? Interrogea le directeur adjoint. Malgré leurs intuitions tout ce qui comptait pour eux était la bonne santé de tous.
-Tout va à merveille. Son poids est parfait ainsi que son développement. C’est un bébé fort et en pleine santé que vous avez là. Est-ce que vous souhaitez savoir le sexe ?
-Je ne pourrais jamais attendre quatre mois, c’est certain,
s’exclama la jeune femme en se tournant vers son meilleur ami et l’amour de sa vie. La patience n’avait jamais été son fort mais là elle ne pouvait pas lutter.


-Moi non plus, je meurs d’envie de savoir, affirma-t-il en retour, dans le même état d’esprit.
-D’accord et si je puis me permettre est-ce que vous avez une idée ?
-Nous serons heureux quoi qu’il arrive mais je ne sais pas pourquoi je suis persuadée que c’est une fille. C’est comme si je pouvais le sentir,
avoua Tasha légèrement gênée de tant laisser parler son instinct et tout un tas de superstition d’un autre temps.
-Ce n’est pas idiot au contraire. Beaucoup de future mère arrive à le deviner même si c’est un phénomène que l’on ne peut expliquer scientifiquement. J’ai la joie de vous annoncer que vous avez entièrement raison.


-On va avoir une fille
, murmura le policier ému. Il se mit immédiatement à visualiser une magnifique petite fille aussi belle, forte et têtue que sa mère. En tournant la tête il la vit avec les larmes aux yeux.
-Je suis désolée mais je suis vraiment très heureuse que le bébé aille bien et ravie de connaître le sexe. Avec les hormones pleurer est la seule chose que je sois capable de faire maintenant, prévint l’hispanique en essayant d’essuyer les traces sur son visage. Ses deux interlocuteurs sourirent à cette remarque.


-Ne vous inquiétez pas j’ai vu bien pire. C’est une bonne chose de laisser parler sa joie, rassura le médecin en retournant à son bureau. La future mère se releva et son petit ami s’empressa de l’embrasser amoureusement sous le regard attendrie de l’obstétricienne. Le jeune couple lui posa quelques autres questions puis ils partirent au bureau le sourire aux lèvres. Ils auraient été tout aussi heureux si le bébé avait été un garçon.

Pourtant connaître le sexe leur permettait de visualiser leur enfant mais aussi de faire tout un tas de projet. Cela incluait notamment le choix du prénom. Plus le temps passait plus les choses devenaient concrètes et c’était très excitants.

Pendant tout le trajet ils discutèrent de leur avenir et tous ce qui allait être de près ou de loin lié à leur fille.

Environ un quart d’heure plus tard ils arrivèrent au travail. Le couple n’avait pas prévenu leurs amis du rendez-vous d’aujourd’hui alors en les saluant ils n’annoncèrent pas leur grande nouvelle, souhaitant attendre le déjeuner pour pouvoir discuter tranquillement. Aux environs de midi toute l’équipe partie manger dans un petit restaurant à côté du quartier général. Jane et Kurt était l’un à côté de l’autre.

La jeune tatouée avait Natasha à ses côtés qui elle-même était accompagnée de son petit ami. Les deux informaticiens était assis entre leurs collègues masculins. Ils commencèrent à manger mais Zapata était impatiente d’annoncer leur grande nouvelle. C’était plus qu’évident.


-Est-ce que tu peux me dire pourquoi est-ce que depuis ce matin tu es aussi électrique que Bethany lorsqu’on l’emmène à la fête foraine ? Interrogea Kurt surpris par le comportement inhabituel de sa coéquipière. Il savait parfaitement que les hormones avaient une grande incidence sur le comportement d’une femme enceinte.

Allie en avait été la preuve. Seulement cette fois-ci cela paraissait différent. Le jeune couple échangea un regard signifiant « tu leur dis où je le fais ».


-Ce matin nous sommes allés chez le médecin pour mon second rendez-vous prénatal, annonça la belle brune en posant inconsciemment une main sur son ventre. Tous sourirent à cette remarque, conscient qu’aux vues de leurs expressions tout c’était passé parfaitement.


-C’est génial. Est-ce que vous avez des photos de l’échographie ? Est-ce que vous savez le sexe du bébé ? S’empressèrent de demander leurs deux collègues féminines complètement en adoration devant le petit être grandissant à l’intérieur de leur amie.


-La réponse à vos deux questions est positive, sourit le futur père devant tant d’enthousiasme.
-Arrêtez de nous faire languir ! Est-ce que c’est ce que vous pensiez ou non ? S’empressa de questionner Rich en essayant de paraître plus calme que ses collègues. Tasha sourit puis lança un regard à son partenaire, incapable de résister plus longtemps.


-Oui c’est une fille.  Le médecin a dit qu’elle était en parfaite santé, avec une taille et un poids tout à fait dans les normes. Elle se développe très bien et les battements de cœur sont réguliers, expliqua Tasha aux anges. Elle était passée par tellement d’émotions depuis le jour où elle avait appris qu’elle était enceinte mais désormais sa seule préoccupation concernait la santé de son enfant. Rien ne pouvait la soulager plus que de savoir que sa grossesse se déroulait bien.


-C’est merveilleux. On est tellement content pour vous. Vous allez voir c’est toute une aventure et si cette petite est un parfait mélange de vous deux vous n’allez pas vous ennuyer, félicita Weller en riant, s’imaginant un enfant avec le caractère bien trempé de sa coéquipière, son esprit de compétition, leur amour pour le sport mais aussi leur compassion, bonté, intelligence et leur humour. 

-Ça c’est le moins que l’on puisse dire. Puis il ne faut pas oublier qu’elle va avoir les oncles et tantes les plus géniaux qu’il existe, s’exclama l’informaticienne extatique.
-Oui enfin je te vois venir alors vas-y doucement. On se souvient tous de ta séance de shopping à la naissance de Bethany, rétorqua le directeur adjoint en plaisantant gentiment. Tous se mirent à rire devant cette remarque bonne enfant. Ils savaient parfaitement que leur collègue avait les meilleures intentions du monde. Seulement son goût pour la démesure avait mené à des situations causasses.


-Est-ce que vous avez déjà une idée du prénom ? Interrogea curieusement Jane.
-On a quelques pistes mais sur ce coup-là vous allez devoir patienter. On a décidé que l’on révèlerait le nom à tout le monde au moment de mon accouchement.


-Quoi ?
Commencèrent-ils tous à râler. Même s’ils respectaient parfaitement le choix de leurs amis en tant que bonnes commères qu’ils étaient, ils mourraient tous d’envie de connaître le nom du bébé à venir. Cette réaction fit immédiatement rire les futurs parents. Toute l’équipe continua à discuter pendant un moment puis tout le monde repartit travailler.
 

En fin de journée Zapata chercha à s’éclipser un peu plus tôt que prévue. Depuis le matin elle avait quelques choses en tête et ça l’obsédait. Alors, même si durant ces deux derniers mois la jeune femme avait mis cet évènement de côté elle était désormais consciente que c’était le moment d’y faire face.

C’est ainsi qu’une heure après son départ son petit ami la retrouva devant le Diner où travaillait sa mère. Elle était assise sur un banc en fixant la porte du restaurant. Il s’assit silencieusement à ses côtés.


-Pourquoi est-ce que je ne suis pas surprise que tu m’aies trouvé si facilement ?
-Je te connais bien c’est tout. J’ai su que ça allait te perturber dès que l’on a pris le rendez-vous, particulièrement avec le fait que ça soit une fille.


-Je ne veux pas répéter les vieux schémas familiaux. J’ai envie d’être une bonne mère et je crois que pour ça il faut que j’aille lui parler.


-Tu seras une maman merveilleuse quoi qu’il arrive mais si tu en ressens autant le besoin tu devrais aller la voir. Ne serais ce que pour lui dire ce que tu as sur le cœur. Tu préfères y aller seule ou tu veux que je vienne avec toi ?
-Je dois dire que ça me rassurerait de voir que tu n’es pas loin si jamais ça tourne mal
, répondit la policière en lui souriant amoureusement.

Elle déposa un tendre baiser sur ses lèvres, lui prit la main puis ils partirent en direction du bâtiment. Ils entrèrent puis Edgar alla s’asseoir à une table d’où il pouvait tout observer.

Pendant ce temps Natasha se rendit au comptoir pour appeler sa mère. Quand elle se retourna elle eut vraiment l’air surprise. On ne pouvait pas dire que leur dernière rencontre c’était bien déroulée. Les deux femmes allèrent s’asseoir à une table légèrement à l’écart.


-Je suis contente de te voir. Même si je l’avais amplement méritée je ne pensais pas te revoir après notre dernière rencontre, commença la plus âgée en essayant d’engager la conversation.


-Je ne suis pas là pour renouer le contact ou quoique ce soit dans le genre. Pour être honnête je ne suis pas sûre de savoir pourquoi je suis là. Seulement comme tu peux le voir je vais bientôt avoir un bébé et ça fait un moment que je ressentais le besoin de mettre les choses à plat.


-Je comprends et je ferais tout ce que tu veux. Je sais que je vous ai fait énormément de mal à toi et tes frères mais ça fait bientôt trois ans que je n’ai pris aucune drogue. Je regrette vraiment la personne que j’étais à l’époque.


-Sincèrement, est-ce que tu es consciente d’avoir été une mère déplorable ? Je ne te demande pas ça pour t’accabler plus que nécessaire. J’ai juste besoin de savoir. Je vais bientôt être mère à mon tour et je dois dire qu’avec grand-mère comme seul modèle féminin valide j’ai quelques difficultés à savoir comment me comporter.


-Je le sais parfaitement et la colère que tu ressens pour moi est légitime. Je ne t’en voudrais pas si tu faisais ça pour me faire souffrir. Vous méritiez tellement mieux tous les trois. Tu lui ressembles beaucoup tu sais et c’est pour ça que même si l’on ne s’est pas vu depuis vingt ans je sais que tu seras une très bonne mère. Tu étais, es et sera toujours une bien meilleure personne que je ne l’ai jamais été. Déjà à l’époque tu prenais soin de tes frères mieux que je ne l’ai jamais fait. Je suis consciente de ne pas avoir la légitimité de te demander ça mais est-ce que tout se passe bien avec ta grossesse ?


-J’ai eu ma deuxième échographie ce matin. Tout va très bien et c’est une fille
, répondit Natasha ne sachant pas vraiment comment se comporter face à la version sobre de sa mère.
-Ta grand-mère serait tellement fière de toi.


-J’aimerais qu’elle soit encore là. Le plus triste c’est qu’elle est morte en pensant que tu nous avais détruits. Elle n’a jamais compris que tu aies fait passer la drogue avant ta famille. Si je n’étais pas tombé sur toi après mon premier rendez-vous est-ce qu’à un moment donné tu aurais essayé de reprendre contact avec nous ?


-Je ne pense pas. Je sais très bien que je ne vous mérite pas et c’est probablement lâche de ma part mais je savais que vous revoir me confronterez à toutes mes erreurs.


-Oui c’est lâche, jamais je ne ferais ça à mon bébé. Tu n’as pas la moindre idée de l’enfer que j’ai vécu en dix ans. J’étais seule à un point inimaginable. Une chose est sûre c’est que quoiqu’il arrive ma fille aura toujours ses deux parents pour l’épauler et la rassurer.


-Je n’en doute pas. J’imagine qu’il s’agit du jeune homme trois tables plus loin qui était en train de nous fixer de manière très insistante depuis le début de cette conversation. Il veille sur toi c’est une bonne chose.


-C’est un homme merveilleux et il fera un père extraordinaire. Ce qui m’amène au plus important motif de ma venue. J’ai besoin de connaître le nom de mon père biologique, de savoir qui il est. Tant pis si c’est un toxicomane ou un ivrogne bon à rien comme pour Luke et Javier. Je ne peux plus éviter cette question plus longtemps.


-Je n’ai aucune idée de ce qu’il est devenu mais à l’époque c’était un homme bien. Il n’a jamais su que j’étais enceinte. Son nom est Michael Vincent O’ Connor. Il vient d’une bonne famille et faisait l’école de médecine. Maintenant que j’y pense j’aurais vraiment mieux fait de le laisser faire partie de ta vie. Tu aurais probablement été bien plus heureuse avec lui.


-Je te remercie d’avoir été honnête mais maintenant que j’ai les réponses à mes questions je vais rentrer chez moi.
-Est-ce que tu crois qu’il serait possible que l’on se revoie ? J’aimerais essayer de me faire pardonner pour …

-Je t’arrête tout de suite ce n’est pas pour ça que je suis venue. En plus, je n’en suis pas là du tout. Je ne sais pas si je pourrais un jour te pardonner et je n’ai aucune envie que l’on essaye de faire amie-amie comme si rien ne s’était passé. Peut-être qu’un jour cela sera différent mais aujourd’hui ce n’est pas le cas, conclut la jeune femme de manière ferme. Elle attendit quelques secondes puis se leva de la banquette.

 Zapata rejoint son petit ami, se blotti dans ses bras puis ils rentrèrent à l’appartement de la futur mère. Ils s’installèrent dans le canapé et restèrent enlacés un bon moment. Tasha lui raconta la conversation en détail.


-Qu’est-ce que tu comptes faire ? Interrogea le directeur adjoint préoccupé. Il était vraiment inquiet que cette situation ait des répercussions négatives sur son état d’esprit. Néanmoins Reade avait conscience qu’elle en avait besoin pour avancer.


-Je ne sais pas. D’après ce qu’elle m’a dit c’était un homme bien qui n’avait pas connaissance de mon existence. Je sais qu’il faut que je méfie je n’arrête pas de me dire que je pourrais possiblement être agréablement surprise. Enfin même si elle ne m’a pas menti et que je décide d’aller le rencontre ; je risque de perturber sa vie pour toujours.


-C’est vrai enfin ça ne veut pas dire que c’est une mauvaise chose. Peu importe à quel point la situation était compliquée il y a quelques mois je ne regrette pas que tu m’aies parlé de ta grossesse et ce n’est pas seulement parce que je suis fou amoureux de toi. La seule question qui compte vraiment c’est « est-ce que tu veux apprendre à connaître ton père ? »
Demanda le policier de manière rhétorique. Elle plongea ses yeux dans les siens et hocha la tête, consciente qu’il connaissait déjà la réponse.


-Je dois faire un débriefing avec Keaton demain matin je pense lui demander de faire quelques recherches. Je sais que tu pourrais le faire ou Patterson et Rich. Même moi je pourrais le faire seulement je veux quelqu’un d’extérieur. Comme ça, à moins qu’il trouve quoi que ce soit de vraiment significatif je ne saurais rien.


-J’ai confiance en ton instinct alors si tu crois que c’est la meilleure chose à faire il faut que tu fonces. Tu mérites plus que n’importe qui de savoir ce que ça fait d’avoir un parent qui tient à toi,
assura Reade néanmoins inquiet.

Tout pouvait arriver. Sa petite amie pouvait très bien rencontrer un homme bien et trouver un père mais si le contraire se produisait il avait peur qu’elle soit blessée.


-Mon cœur tu sais que tu es adorable quand tu t’inquiètes. Quoiqu’il arrive tout ira bien tant que je vous ai tous les deux, s’exclama Tasha avec tendresse tout à fait capable de percevoir son angoisse. Même si elle aussi craignait que la situation tourne mal elle savait que tout finirait par aller bien. Elle était habituée à ne pas avoir de père et contrairement à son enfance elle n’était plus seule.

Sa petite fille et son petit ami étaient tout ce qui comptait. Ils continuèrent à parler pendant un long moment puis le reste de la soirée se déroula paisiblement.

Le lendemain matin la policière retrouva Jack Keaton dans une planque de la CIA pour leur débriefing mensuel. Les deux agents discutèrent un moment d’une grande quantité de sujet lié à la coopération entre leurs deux agences puis ils se posèrent pour boire un café.
-Alors c’est une petite fille, sourit le directeur adjoint face à sa subordonnée. Cela lui rappelait la période où lui et sa femme attendait leur enfant.


-Je ne veux même pas savoir comment tu as fait pour l’apprendre, se moqua-t-elle connaissant sa conception particulière du respect de la vie privée.


-Être parent c’est incroyable tu verras. Toutes tes priorités vont changer et même si ça peut être étrange pour des accros du boulot comme nous c’est une très bonne chose. En tout cas vous allez être des parents géniaux. Vous avez tous les deux faits du chemin depuis que l’on s’est vu il y a trois mois.


-Tu n’imagines pas à quel point tu as raison. D’ailleurs j’aurais besoin d’un service. Il y a deux mois j’ai retrouvé ma mère et elle m’a donné le nom de mon père biologique. Je n’ai pas envie de me lancer dans quoi que ce soit sans savoir à qui j’ai affaire. En plus, c’est une ex-drogué mythomane alors je me méfie. Seulement si jamais cet homme est vraiment mon père et quelqu’un de bien je ne veux pas …

-Avoir joué les psychopathes paranos. J’avoue que pour démarrer une relation ce n’est pas ce qu’il y a de mieux. Envoie-moi tout ce que tu sais. Je ferais des recherches et je te préviendrais si je trouve quoi que ce soit. Sinon tu ne sauras et la décision de rentrer en contact avec lui ou non te reviendra.


-Merci, j’apprécie,
conclut la jeune femme reconnaissante. Ils continuèrent à discuter pendant un long moment à propos du travail, du bébé, de la famille Keaton et de tout ce qu’il s’était passé de dingue. Les deux agents secrets avaient développé une relation particulière ces dernières années. Le directeur adjoint se comportait de manière paternaliste avec sa subordonnée.

Malgré tous ses efforts il n’avait jamais pu être totalement présent pour sa fille et la brune avait toujours était à la recherche de repères, d’un mentor, un modèle à suivre. Jack n’était pas parfait loin de là mais elle souhaitait également tirer profit de ses erreurs passés. En fin de matinée Natasha rentra au QG du FBI.

Depuis qu’elle avait découvert sa grossesse la belle brune naviguait dans l’inconnu de bien des manières mais pour la première fois cela ne lui faisait pas peur. Quoiqu’il arrive elle ne serait plus jamais seule. Désormais elle avait une famille.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :