Je suis amoureuse de toi : Fanfiction Blindspot (4) chapitre 8

Présentation fanfiction Blindspot

je suis amoureuse de toi

Titre : Je suis amoureuse de toi

Résumé : Quelques semaines après avoir avoué ses sentiments à Reade Tasha se sent mal. Cette nuit-là ils ont fait une erreur. Elle ne le regrettait pas, bien au contraire, mais il allait se marier et elle l’avait définitivement perdu. Seulement cette nuit allait avoir de plus grandes conséquences qu’ils ne l’avaient imaginé.

Histoire « Je suis amoureuse de toi »

Chapitre 8 : 18 semaines de grossesse

Cela faisait deux semaines qu’avait eu lieu l’anniversaire de Natasha et la future mère était toujours sur un nuage. Edgar et elle filaient le parfait amour et tous les conflits précédemment intervenus dans l’équipe étaient désormais résolus. Ainsi la jeune femme était plus que ravie que sa famille de cœur soit désormais en paix alors qu’elle-même était en train d’en fonder une.

D’un point de vue personnel les deux coéquipiers étaient plus amoureux que jamais. Ils avaient trouvé leur équilibre, avançant dans une osmose parfaite. Ils passaient désormais toutes leurs nuits ensemble car aucun d’eux n’avait envie de se séparer s’ils n’y étaient pas obligés, même pour quelques heures. La grossesse se déroulait à merveille. Elle pouvait sentir le bébé bouger de plus en plus souvent.

En général c’était par période d’une ou deux heures dans la journée. Pour le reste en dehors de quelques envies étranges, des montées d’hormones (pas toujours désagréables) et des vêtements de plus en plus petit rien n’avait changé. D’un point de vue professionnel ils avaient tous beaucoup de travail évidemment mais rien d’insurmontable pour notre équipe de choc.

Ce matin-là Zapata était dans sa salle de bain en train de se préparer tranquillement. Elle venait d’enfiler un tailleur pantalon crème fluide et un débardeur blanc. Ses cheveux étaient lisses et elle avait accessoirisé sa tenue avec une montre et son pendentif qu’elle n’enlevait que pour dormir. La brune commença à se maquiller quand elle aperçut le reflet de Reade dans le miroir.

C’était une belle journée et à moins que Patterson ne décode un des nouveaux tatouages elle devrait être calme. Néanmoins elle avait un mauvais pressentiment car depuis le réveil son petit ami semblait étrange. Il paraissait pensif, triste et légèrement sur les nerfs. Tasha avait une petite idée de ce qui pouvait le perturber à ce point mais ne souhaitait pas de réveiller des souvenirs douloureux s’il n’était pas prêt. La brune garda un œil sur lui toute la journée et bien qu’il fît tout pour maintenir les apparences elle le connaissait par cœur. Il était en train de ressasser le passé c’était évident.

Visiblement ce n’était pas la partie la plus heureuse. Quoiqu’il arrive l’hispanique se promit donc d’essayer d’aborder le sujet en fin de journée. Leurs amis remarquèrent également le changement seulement ils n’avaient aucune idée de ce qui avait pu le causer. Tout allait bien, il n’y avait aucune raison apparente à ce mal être. Elle du donc s’empresser de les rassurer sans pour autant leur révéler son secret.

Après une journée relativement calme chacun repris le chemin de sa maison. En rentrant à l’appartement du jeune homme le soir même l’hispanique put le voir abandonner son armure dès qu’ils eurent passé la porte. Natasha enleva son manteau, ses chaussures et posa son sac. Elle attendit qu’il en fasse de même puis vint immédiatement se blottir contre lui.


-Je sais que c’est difficile mais je suis là et je ne vais nulle part, lui murmura-t-elle à l’oreille avant de déposer un tendre baiser sur sa joue. Il se relaxa à son contact.
-Je sais mais ne t’inquiète pas ça va aller, répondit le jeune homme en passant ses bras autours de sa taille. Ils restèrent dans cette position un long moment avant que la policière ne se rende dans la cuisine pour préparer le dîner. Ils mangèrent tranquillement en discutant de banalités » puis allèrent se coucher.

Les deux amoureux s’endormirent tendrement enlacés en essayant d’oublier cette journée particulière. Cependant vers deux heures du matin Zapata se réveilla. Elle mit quelques secondes avant de comprendre que c’étaient les mouvements de son partenaire qui l’avait réveillé. Elle se tourna vers lui et pu observer son visage plein de tension. Il devenait de plus en plus agité. La brune comprit qu’il devait faire un cauchemar alors elle décida de le réveiller.

Avec délicatesse elle s’assit dans le lit, se tourna vers lui et plaça les mains de part et d’autre de son visage. L’hispanique murmura son prénom plusieurs fois en le secouant avec de plus en plus d’énergie. Après un peu plus d’une minute il se réveilla en sursaut.


-Hé, mon amour tout va bien, c’est moi. Tu es en sécurité. Tout va très bien, répéta plusieurs fois la belle brune calmement. Elle lui caressa tendrement le visage en lui murmurant des mots tendres pour l’aider à se calmer. Progressivement elle sentit son rythme cardiaque revenir à la normale. Il se redressa et mit sa tête dans ses mains. La jeune femme passa un bras autour de ses épaules et blottie son visage au creux de son cou. Le couple resta dans cette position un moment. Edgar respirait de manière erratique et la tension dans ses épaules était terrifiante.


-Je suis désolé de t’avoir réveillé. Ça va aller maintenant tu peux te rendormir. Le bébé et toi vous avez besoin de repos, souffla le jeune homme la voix enrouée. Il se sentait coupable de faire peser son angoisse sur elle, même s’il savait qu’elle serait prête à tout pour l’aider.
-Premièrement je suis enceinte et non pas en sucre. Ensuite c’est hors de question que je te laisse dans cet état. Tu ne vas pas bien du tout et c’est normal. S’il te plaît parle-moi.


-Ce ne sont que quelques vieux souvenirs je peux gérer.
-Je n’en doute pas mais tu n’as pas à faire ça seul. Edgar, je sais parfaitement quel jour on est. Aujourd’hui ça fera exactement trois ans depuis la mort de Jones.
-Tu t’en souviens. Pourquoi est-ce que ça m’étonne ?
Rétorqua le policier de manière rhétorique. Il avait beau avoir fait beaucoup d’effort cette période de sa vie le hantait encore.


-Est-ce que c’est la première fois que ça arrive ? Interrogea Zapata avec délicatesse sans répondre à sa première remarque.
-Non ça revient tous les ans à la même période. Enfin, en général j’arrive assez bien à gérer. Surtout depuis que j’ai vu le docteur Sun. La première fois je ne savais pas trop quoi faire alors je n’en ai parlé à personne et la seconde c’était juste après ton départ.
-Je sais que les choses sont loin d’être simples mais tu n’as pas à avoir peur de m’en parlé. Je veille sur toi et tu veilles sur moi. C’est comme ça que l’on fonctionne.


-Je n’en ai jamais douté pendant une seconde. C’est juste qu’à chaque fois que je ferme les yeux j’ai ces flashbacks qui n’arrêtent pas d’aller et venir. En plus, cette année avec le bébé qui arrive, je n’arrête pas de …


-Oh non ne vas pas sur ce terrain. Je ne peux qu’imaginer ce que tu as en tête mais tu ne peux pas faire ça. Moi non plus je ne supporterais pas que quoi que ce soit de mal arrive à notre enfant mais si tu te mets à toujours penser au pire tu n’arrêteras jamais parce que l’on sait tous les deux à quel point ce monde peut être horrible et dangereux. Nous allons tout faire pour protéger cet enfant et on va l’aimer infiniment fort. C’est tous ce que tu dois garder à l’esprit. Jones et toutes les horreurs qu’il t’a faites ne sont que des souvenirs. Il faut que tu te concentres sur le présent et notre avenir. Je ne sais pas pour toi mais j’ai le sentiment qu’il va être radieux.


-Je sais ne t’inquiète pas. C’est l’histoire de deux ou trois jours et ça va passer. Tant que je vous ai tous les deux, rien d’autre n’a d’importance,
rassura le jeune homme en plongeant ses yeux dans les siens. Il pourrait affronter toute la noirceur du monde s’il l’avait à ses côtés. Quand elle vit qu’il commençait à revenir à lui Tasha tenta une approche pour l’aider à se détendre. La brune lui fit signe de se recoucher, de poser sa tête sur sa poitrine et ses mains sur son ventre.


-Ferme les yeux et essaye de te détendre. Maintenant tu vas te projeter quelques mois dans le futur pour imaginer un adorable petit bébé blotti dans tes bras. Il te sourit, gigote et tente même d’attraper ton doigt. Quelques mois plus tard tu vas te représenter ce même enfant en train de nous appeler papa et maman. Concentre-toi sur ces images et le bébé qui est en train de bouger. Est-ce que ça t’aide ?


-Oui beaucoup, ce sont des images très agréables. Est-ce que tu peux continuer ?
Questionna le policier d’une voix plus détendue.
-Évidemment, d’ici quelques années notre bébé ira à l’école. Il fera des bêtises probablement apprises par Rich et Patterson. Nous pourrons avoir des conversations avec lui, l’emmener voir du sport. Peut-être même que tu pourras nous apprendre à cuisiner à tous les deux. Nous pourrons faire des repas de famille avec l’équipe et tes parents. Il se liguera avec Bethany et les autres futurs minis Weller pour nous faire tourner en bourrique. On sera très heureux rien qu’à l’idée de l’emmener au parc ou de faire un jeu de société. Nous serons aussi probablement très gênés quand en grandissant il nous demandera comment est-ce qu’on fait les bébés ou s’il peut avoir des frères et sœurs, sourit l’hispanique en sentant son cœur se gonfler face à la représentation d’image si joyeuse.


-Seulement si on n’en a pas déjà fait un ou deux en plus, plaisanta Reade bien plus paisible.
-Une chose à la fois Casanova, rétorqua Zapata sur le même ton joueur bien que l’idée ne lui déplût pas. Ils se mirent à rire doucement puis le jeune homme déposa un léger baiser sur ses lèvres.
-Je t’aime.
-Moi aussi je t’aime. Est-ce que ça va aller si on essaie de se rendormir ?
-Je pense que oui. Après tout, j’ai quelques belles images en tête,
conclut Edgar en lui souriant tendrement. Le jeune homme réalisa que garder tous ses sentiments à l’intérieur n’avait fait qu’empirer les choses, c’était un vrai cercle vicieux. Tasha le faisait se sentir paisible et en sécurité. Le passé n’avait plus aucune importance. La famille qu’ils étaient en train de créer était tous ce qui comptait désormais. Amoureusement enlacés ils continuèrent à discuter de chose positive jusqu’à tomber de sommeil.

Le lendemain matin le directeur adjoint émergea assez tôt mais bien plus reposé qu’il ne l’aurait pensé. En baissant les yeux il les fit reposer sur la femme magnifique blottie dans ses bras. Elle était son monde et il était certain de vouloir passer le reste de sa vie avec elle. Tendrement il lui caressa le dos pour la réveiller. Quand il l’a vit ouvrir ses envoutants yeux bruns pour s’étirer et poser la main sur son ventre le jeune homme sentit son cœur fondre.
-Bonjour marmotte.
-Salut, toi, comment ça va aujourd’hui ?
Souffla la brune en se relevant pour l’embrasser.
-Bien mieux grâce à toi. Prends ton temps je vais aller préparer le petit déjeuné, répondit le brun en lui souriant. Il se leva puis partit préparer le repas. Le jeune couple se prépara dans la bonne humeur puis parti travailler.

La matinée se déroula sans encombre malgré l’arrivée d’une nouvelle affaire. À l’heure du déjeuner le policier vit sa petite amie émerger dans son bureau.
-Est-ce que tout va bien ? Je croyais que tu mangeais avec les filles.


-J’y vais mais avant il fallait que je te parle. Jane et Kurt sortent ce soir. Allie et Connor repartent en urgence pour le Colorado finaliser les détails de leur déménagement. Il n’y avait donc personne pour garder Bethany alors je nous ai proposé. Je sais que l’on aurait dû en parler mais c’est sorti tout seul. En plus je me disais que ça pourrait nous faire un bon entraînement.
-Tu as très bien fait. Bethany est adorable et c’est vrai que ça ne nous fera pas de mal de pratiquer un peu. J’ai un déjeuner professionnel qui risque d’être super ennuyeux mais on en reparle tout à l’heure.


-Absolument, il faut aussi que j’y aille. Essaye de passer un bon moment,
conseilla la jolie brune en l’embrassant sur la joue avant de quitter la pièce. Le reste de la journée se déroula sans encombre. Ils continuèrent de travailler sur la nouvelle affaire tout en tentant de localiser Roman.

Sans nouvelle piste en fin de journée chacun rentra chez soi. Rich partit rejoindre Boston sans le mentionner à son équipe. Patterson alla dîner avec une amie informaticienne. Kurt et Jane sortirent dîner en amoureux pour leur anniversaire de mariage. Quant à Edgar et Natasha ils rentrèrent à l’appartement du jeune homme prêt à accueillir une petite pile électrique blonde d’environ quatre ans. Vers dix-neuf heures ce soir-là, leurs deux amis déposèrent l’enfant ainsi qu’un énorme sac d’affaire destiné à l’occuper.


-Dis-moi tu es au courant que ta fille ne reste qu’une nuit ? Se moqua gentiment l’hispanique.
-Tu peux rigoler mais tu comprendras d’ici quelques mois. C’est encore pire avec les bébés, rétorqua Allison avec un air malicieux. La brune embrassa sa fille sur la joue puis partie après avoir salué ses interlocuteurs. Pendant près d’une demi-heure le jeune couple joua et papota avec l’enfant. Ils étaient éblouis de voir que le petit bébé qu’ils avaient bercé il n’y a pas si longtemps était aujourd’hui une petite fille curieuse, drôle, intelligente et profondément gentille.

Quelque temps après son arrivée Tasha alla aider Bethany à se laver pendant que Reade préparait le repas.
-Est-ce que tu pourrais me faire une tresse pour que mes cheveux ils fassent de jolie boucles demain matin ? Demanda la blonde après avoir pris une douche et s’être mit en pyjama.


-Bien sûr avec plaisir. Dis-moi tu m’as l’air plutôt contente de venir habiter à New York. Ça ne te fait pas bizarre de quitter tes copains et tes grands-parents, interrogea la brune sincèrement intéressé par son bien être, en s’asseyant le dos contre la baignoire. Elle l’installa entre ses jambes puis prit une brosse et un élastique pour cheveux.
-Au début si mais maman et Connor m’ont promis qu’on irait les voir souvent. En plus je vais pouvoir voir papa et Jane tous le temps et ça c’est trop génial. Maman m’a aussi promis que je me ferais plein de nouveaux copains à l’école. Elle va même m’inscrire pour faire de la danse.


-En tout cas je peux te dire que ton père est tout aussi heureux de pouvoir passer plus de temps avec toi.
-Je sais il me l’a dit plein de fois. Là ce soir il est avec Jane parce que ça fait exactement deux ans qu’ils sont mariés. Edgar et toi est-ce que vous êtes mariés ?
Demanda curieusement la petite fille.


-Non on ne l’est pas, répondit l’hispanique en souriant.
-Mais pourtant vous allez avoir un bébé. Je veux dire, je sais que tous les parents ne sont pas mariés comme papa et maman. Il faut être amoureux mais vous êtes amoureux contrairement à eux, continua Bethany avec une simplicité enfantine. La future mère ricana devant une honnêteté si percutante. Ce qu’elles ne savaient pas s’était que le jeune homme était derrière la porte de la salle de bain. Il allait frapper pour annoncer que le dîner était prêt quand il avait entendu la phrase de la petite. Le brun s’arrêta immédiatement.


-Oui c’est vrai que l’on est très amoureux. Seulement nous ne sommes pas un couple depuis très longtemps. Même si l’on est très heureux d’avoir un enfant c’était une surprise pour nous deux. En plus, tu es un peu jeune pour le réaliser mais tu n’es pas obligé d’être marié pour être certain que quelqu’un t’aime très fort. Est-ce que tu as encore beaucoup de questions si indiscrète ? Questionna la jeune femme plus amusée que gênée.
-En effet, j’ai bien compris ce que tu m’as expliqué mais j’en ai une dernière. Si jamais il te demandait en mariage est-ce que tu dirais oui ?
-Bien sûr que oui, comme je te l’ai dit nous sommes amoureux. Enfin ce n’est pas à l’ordre du jour et ça serait complètement dingue.  Tous ce qui compte c’est notre bébé. Je te trouve bien curieuse et bien maligne pour ton âge.
-Papa dit toujours que je suis son petit prodigue. Jane a dû m’expliquer ce que ça voulait dire mais je trouve ça plutôt cool finalement,
annonça Bethany en se retournant avec un grand sourire sur le visage.
-Mesdemoiselles le repas est servi, cria Reade depuis la cuisine après y être retourné pour éviter d’être indiscret. En entendant cela, une fois la coiffure et la conversation terminée la petite fille se releva puis aida Natasha a en faire de même, la manœuvre étant devenue ardue en raison de son ventre de plus en plus proéminent. Elles se rendirent dans le salon, Zapata déposa un baiser sur les lèvres de son petit ami puis ils se mirent tous à table.

-C’est vraiment très bon, bafouilla Bethany en enfournant une nouvelle bouchée de lasagne dans sa bouche. Elle avait de la sauce tomate sur le visage et un air malicieux. Le jeune couple se mit à rire.
-Tu es vraiment comme ton père, sourit le directeur adjoint devant tant de jovialité. Il jeta un coup d’œil à sa partenaire qui dévorait son repas avec autant de voracité que leur invité.


-Hé ne me regarde pas comme ça. C’est ton enfant qui me donne envie de dévorer tous ce qui me passe sous la main, rétorqua la jolie brune en riant. Ils continuèrent à prendre leur repas dans la bonne humeur. En dessert ils se régalèrent de glaces au chocolat avec de la chantilly. 

-J’ai beaucoup réfléchi et je me disais que ça serait super cool d’avoir un petit frère ou une petite sœur. Je pense qu’il faut que je demande à papa et Jane ou maman et Connor mais je ne veux pas les mettre en colère, annonça l’enfant de but en blanc.
-Chérie ne t’inquiète pas tu ne risques vraiment pas de les mettre en colère. En revanche, ils seront très probablement surpris. C’est même certain, rassura Reade en essayant d’étouffer un fou rire. Sa petite amie était dans le même état.


-Cool parce que j’aimerais vraiment ça.
-Bon sang je tuerais pour voir ça,
murmura Zapata à son coéquipier parfaitement capable d’imaginer la réaction de leur ancien patron devant sa petite fille de quatre ans en train de lui demander de faire un bébé.

Après cette fin de repas haute en couleur et Bethany n’ayant pas école le lendemain ils décidèrent de regarder le dessin animé préféré de la blonde, la Belle et la Bête. Dès le début du film le jeune couple était dans les bras l’un de l’autre et l’enfant vint immédiatement se blottir contre Natasha. La future mère la regarda émue puis se tourna vers son petit ami. Il fut surpris de la voir les larmes aux yeux malgré ses fréquentes sautes d’humeur. Néanmoins, en la voyant passer sa main dans les boucles dorées de leur invité il comprit. Le jeune homme l’embrassa tout en la serrant plus fort contre lui. Une chose était sure, si la merveilleuse soirée qui était en train de se terminer était un aperçu de leur futur bonheur alors même le pire de ses souvenirs d’enfance ne pourrait l’assombrir.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :