Je suis amoureuse de toi : Fanfiction Blindspot (4) chapitre 1

Présentation

je suis amoureuse de toi

Titre : Je suis amoureuse de toi

Résumé : Quelques semaines après avoir avoué ses sentiments à Reade Tasha se sent mal. Cette nuit-là ils ont fait une erreur. Elle ne le regrettait pas, bien au contraire, mais il allait se marier et elle l’avait définitivement perdu. Seulement cette nuit allait avoir de plus grandes conséquences qu’ils ne l’avaient imaginé.

Publicités

Histoire « Je suis amoureuse de toi »

Chapitre 1 : Six semaines plus tard

6 semaines avaient passés et quand Natasha s’était dit que la situation ne pouvait pas être pire elle s’était trompée. Le matin suivant leur nuit passionnée elle s’était réveillée avec un mal de tête carabiné et toute seule.

Au début elle avait eu quelques difficultés à réaliser tout ce qu’il s’était passé mais quand la jeune femme avait trouvé une note sur sa table de chevet indiquant « je suis désolé mais c’était une erreur » elle avait compris que ce merveilleux rêve n’était finalement qu’une parenthèse de son cauchemar.

Ce jour-là Zapata n’avait pas eu la force d’aller travailler alors elle avait décidé de prendre deux jours d’arrêts maladies. Cette pratique inhabituelle chez la policière avait intrigué Jane qui avait débarqué à son appartement en fin de journée. La jeune tatouée avait encore quelques ressentiments face à l’affaire Borden.

Néanmoins elle aussi avait fait des erreurs pour protéger les êtres chers à son cœur alors elle comprenait parfaitement les agissements de sa meilleure amie et souhaitait l’épauler au mieux. Au bout d’une bonne heure d’argumentation acharnée l’hispanique finit par lui avouer toute la vérité.

Cela permit à son amie de mieux comprendre l’attitude qu’avait eu Reade durant la journée. Elle ne put s’empêcher d’être triste pour elle sachant très bien à quel point elle était amoureuse de son partenaire. Après l’avoir réconforté du mieux qu’elle pouvait Jane arriva à convaincre Tasha de rester à New York et dans l’équipe.

Depuis rien ne s’était arrangé. Edgar et elle ne se parlait qu’en public et uniquement si cela concernait le travail. Patterson, après plusieurs semaines d’ignorance, arrivait de nouveau à la tolérer mais elles ne communiquaient pas pour autant. Rich lui adressait la parole mais d’après elle c’était seulement parce qu’il l’avait pris en pitié.

Enfin, Megan ne cessait de l’appeler pour un rendez-vous entre amies ce qui ne faisait qu’accentuer son sentiment de culpabilité. Les seuls qui étaient toujours ses amis étaient Jane et Kurt. Fort heureusement le couple avait était très attentionné pendant cette période délicate.

Pour couronner le tout cela faisait plusieurs semaines que son corps refusait de lui obéir. Natasha n’arrivait plus ni à manger ni à dormir. Elle maigrissait à vue d’œil et était extrêmement pâle. Tout son entourage commençait à s’inquiéter de sa santé et elle-même commençait à être préoccupée.

Au départ la brune avait pensé que ce phénomène était dû à l’accumulation de stress de ces deux dernières années seulement plus cela durait plus elle doutait. Pour se rassurer elle avait pris rendez-vous avec son médecin.

Après quelques examens de routine elle se retrouvait désormais dans son bureau à attendre l’annonce des résultats. Sa doctoresse entra dans la pièce. Elle n’avait pas l’air contrarié ce qui était, d’après Tasha, un bon signe.


-Alors docteur, est-ce que vous savez pourquoi je suis si mal depuis plusieurs semaines ?
-Il n’y a rien d’inquiétant, ne vous inquiétez pas. Seulement vous auriez dû me dire que vous étiez enceinte. Une grossesse couplée au stress peut totalement expliquer vos symptômes.


-Pardon ? Qu’est-ce que … ?
Bafouilla-t-elle choquée.
-Attendez-vous n’étiez pas au courant … Mon Dieu je suis sincèrement désolée mais au vue de vos descriptions je pensais que vous en aviez connaissances. Agent Zapata vous êtes enceinte d’approximativement un mois et demi, expliqua le médecin gêné. Elle put facilement voir la consternation sur le visage de sa patiente.


-Non, je n’en avais pas la moindre idée. Les dernières semaines ont été très difficiles, répondit Tasha abasourdie. Automatiquement elle plaça la main sur son ventre. Soudainement tous se mit en place : ses symptômes, sa tristesse exacerbée. Tout ça n’avait jamais été dans son habitude.


-Je comprends tout à fait. Écoutez si vous avez besoin de parler de votre situation et de vos différentes options je peux vous aiguiller vers des professionnels. En attendant je vais néanmoins vous prescrire plusieurs vitamines et des compléments alimentaires car votre corps a grandement été éprouvé. Je ne sais pas ce qui vous perturbe mais quoi que vous décidiez vous allez avoir besoin de beaucoup de repos et aussi de recommencer à manger, énonça-t-elle en exprimant quelques inquiétudes.

En effet, la plupart des symptômes avaient beau être bénin une très grande fatigue et de grosses carences alimentaires peuvent mener à des complications plus sérieuses. Pendant encore une bonne dizaine de minutes la doctoresse lui décrivit toutes les options qui s’offraient à elle.

L’esprit de la policière s’arrêta. Elle était incapable de réfléchir, de penser ou même de décider quoi que ce soit. Un bébé, elle allait avoir un bébé. C’était énorme et le pire dans tout ça c’est qu’une seule personne pouvait être le père. Il se trouvait que c’était exactement la même personne qui la fuyait depuis des semaines. Mon Dieu mais quelle galère elle allait encore devoir affronter.

En sortant du cabinet médical Tasha su immédiatement qu’elle devait parler à quelqu’un avant de finir par craquer. On était samedi par conséquent l’équipe ne travaillerait qu’en cas d’urgence.

Kurt était parti reporter Bethany dans le Colorado, il était sur le retour et ne serait pas rentré avant plusieurs heures. L’hispanique se rua chez sa meilleure amie pour lui expliquer la situation car elle était certaine que s’il y avait bien une personne au monde qui pourrait l’écouter et la conseiller sans la juger c’était Jane Weller. Au bout d’une bonne demi-heure elle arriva à destination. Trois étages plus haut et elle frappa à la porte de l’appartement en question.

-Hé Tasha mais qu’est-ce que tu fais là ? Entre, je t’en prie, accueillit la jeune tatouée intriguée.
-Je reviens de chez le médecin et je crois que je serais devenue folle si j’étais rentrée directement chez moi sans parler à quelqu’un, expliqua la belle brune en accrochant son manteau. Elles allèrent directement s’installer confortablement au salon pour discuter.


-Tu as très bien fait. Qu’est-ce qu’il t’a dit ? Rassure-moi tu n’es pas malade, s’inquiéta-t-elle immédiatement. Après tout et même si les dernières semaines avaient été difficiles les symptômes physiques de Natasha pouvaient cacher quelques choses de plus grave.
-Non ce n’est rien de tel. Ne t’inquiète pas.


-Mais si tu es ici, j’imagine que ça veut dire qu’il y a bien une raison physique au fait que tu ne puisses ni manger ni dormir depuis si longtemps.
-En effet, je ne suis pas malade en revanche je suis enceinte et au cas où tu aurais un doute, il est bien de Reade,
annonça l’hispanique en relevant la tête et en s’adossant dans le canapé.

Le prononcer à haute voix rendait la situation bien plus réelle et toujours aussi effrayante. Son amie ouvrit la bouche pour parler mais aucun son n’en sorti. Elle était sous le choc et ne savait pas quoi dire pour la réconforter.
-C’est …

-Oui je sais mais prend ton temps. Ça fait presque deux heures que je l’ai appris et je n’ai toujours pas réalisé.
-Je suis désolée. Je veux vraiment t’aider c’est juste que je ne suis pas sûre de savoir quoi te dire.


-Oh mais tu m’aides. Avec tous ce qu’il s’est passé c’est déjà beaucoup de pouvoir parler librement à quelqu’un. J’aimerais juste que Patterson puisse aussi être là. En ce moment j’aurais bien besoin de deux avis.
-Je sais que c’est dur mais elle te pardonnera. Il lui faut du temps. Comment est-ce que tu te sens ?


-Je suis complètement perdue. Je veux dire comme si toute la situation n’était pas assez horrible il a fallu rajouter un bébé à l’équation,
statua-t-elle sur un ton hésitant entre sarcasme et détresse émotionnelle.

Les deux jeunes femmes échangèrent un regard surpris et se retournèrent immédiatement en entendant la porte d’entrée claquer. Elles virent aussitôt Kurt arriver dans le salon, essayant tant bien que mal de cacher ses émotions.
-Mon cœur je croyais que tu ne rentrais que ce soir. Est-ce que tout va bien ?
-Oui certains vols ont été reprogrammés et j’ai dû rentrer plus tôt mais je n’avais plus de batterie. Tash’ je suis content de te voir …


-Tu n’as pas besoin de faire semblant. Tu as tout entendu. N’est-ce pas ?
Demanda-t-elle une pointe d’angoisse dans la voix. L’hispanique savait qu’elle pouvait se fier à Weller seulement Edgar était son meilleur ami. Elle ne voulait pas l’obliger à mentir.


-On va dire que je n’ai entendu que ce que tu veux que j’aille entendu. Je peux aller dans la chambre si vous avez besoin de discuter. Tu dois vraiment en avoir besoin, répondit son ami conscient qu’elle ne souhaitait pas obligatoirement connaître son avis. De plus, il ne savait pas vraiment comment réagir. C’était une nouvelle énorme.

-Merci mais tu peux rester. Je ne vais quand même pas te virer de ton salon. Seulement, s’il te plaît ne me demande pas comment je vais parce que je suis à deux doigts de la crise de nerfs et de toute façon je n’en ai aucune idée, essaya-t-elle faiblement de plaisanter. Kurt s’assit sur le canapé près de sa femme.
-Je suppose que Reade n’en a aucune idée.
-Mais comment tu peux … ?


-Savoir que c’est lui le père, s’il te plaît vous vous fuyez comme la peste depuis presque deux mois. Tout ça à bien plus de sens maintenant. J’imagine que tu dois vraiment être perturbée alors je ne te demanderais qu’une chose. De quoi as-tu besoin ?


-J’ai besoin de temps. Je sais qu’il est ton ami mais je n’ai aucune idée de ce que je vais faire. C’est déjà suffisamment compliqué entre nous pour mettre ça sur le tapis,
supplia Zapata consciente de l’importance de ce qu’elle demandait à son collègue. Elle était néanmoins très reconnaissante de sa délicatesse.
-Je comprends. De toute façon c’est ton corps et ton choix. Je respecte ça.


-Si je peux me permettre, est-ce que tu pourrais envisager de garder ce bébé ?
Interrogea Jane en posant sa main sur la sienne, souhaitant être la plus bienveillante possible.


-Honnêtement je n’en sais rien. Je veux dire je suis agent de la CIA, célibataire et la seule personne que j’ai réellement aimée non seulement me fuit mais en plus est fiancé. C’est de la folie. Seulement, quand j’y pense vraiment en essayant de mettre de côté les hormones, ma fatigue et la tristesse ; je ne m’imagine pas avorter. Au contraire, tous ce que j’arrive à voir c’est un adorable bébé. Ça me terrifie mais j’ai encore besoin de temps pour être sûre de ce que je veux vraiment. Avoir un bébé c’est un gros changement et je ne suis pas certaine de …


-Je t’arrête tout de suite. Tu ferais une maman absolument merveilleuse et si c’est ce que tu veux nous seront là pour toi. Tu n’as pas à faire ça seule,
interrompit la brune en voyant parfaitement où son amie voulait en venir. Elle était convaincue de la capacité de sa collègue à être mère. La sincérité de cette remarque fit monter des larmes aux yeux de l’hispanique.


-Bien évidement nous respecterons ta décision concernant ce que tu souhaites dire à Reade. Seulement, en connaissance de cause, je peux t’assurer que jamais je ne regretterais d’avoir Bethany dans ma vie. Peu importe à quel point la situation a été compliqué. Elle est ma raison de vivre. Les enfants font souvent cet effet, expliqua Weller avec délicatesse.


-Au fond, je sais que tu as raison. Malgré ça, je ne veux pas qu’il se sente piégé. Reade est fiancé. Il a sa vie mais je sais qu’il souhaitera faire ce qu’il faut. Même si cela implique de gâcher tout ce qu’il est en train de construire. Si jamais je décidais de garder ce bébé je souhaite qu’il fasse parti de sa vie uniquement s’il en a vraiment envie. S’il ne le veut pas j’imagine que je demanderais un transfert et je ferais en sorte que Megan ne l’apprenne jamais. Je sais que ce n’est pas obligatoirement ce que vous voulez entendre mais je ne m’imagine pas rester dans ces conditions.


-Ta réaction est tout à ton honneur et après tout ce qu’on a traversé je comprends que tu aies besoin de prendre soin de toi. Pour ma tranquillité d’esprit promet moi de ne pas disparaître. Après tout, ce bébé risque d’avoir besoin d’un oncle et d’une tante super sympa,
implora la jeune tatouée.


-Je te le promets, sourit faiblement Tasha. La jolie policière était épuisée physiquement et nerveusement alors après une bonne heure de discussion avec ses amis elle décida de rentrer en promettant d’appeler en cas de nécessité.

Pendant tout le weekend elle fit de son mieux pour dormir et se détendre. En suivant les conseils de son médecin elle prit consciencieusement les médicaments prescrits et essaya de manger ce qui lui faisait envie. Il n’y avait pas à faire, plus elle y pensait moins elle s’imaginait mettre fin à cette grossesse. Le lundi suivant la brune retourna travailler comme si rien n’avait changé.

C’était toujours aussi difficile de traverser chaque journée avec deux des personnes comptant le plus pour elle qui l’ignorait. Enfin, maintenant que Zapata connaissait son état et qu’elle possédait le soutien inconditionnel de deux de ses meilleurs amis, le poids sur ses épaules semblait étrangement plus léger. Les trois jours suivants se déroulèrent sans encombre malgré quelques inconforts dus à sa grossesse. En effet, Natasha avait encore d’importantes nausées matinales, qui n’avaient d’ailleurs pas lieu qu’en début de journée.

En attendant d’établir un plan et d’officialiser sa situation, elle avait demandé un arrêt de terrain provisoire à son médecin. Ce matin-là, il était environ onze heures et la policière revenait à son bureau après avoir vomi son petit déjeuner, comme tous les jours depuis une semaine.

Le début de journée avait été calme entre briefing et rapport à taper mais en revenant elle remarqua que des objets de son bureau avait bougé. En baissant la tête elle pût voir que son tiroir était ouvert. Quelqu’un y avait déposé un paquet de bonbon à la menthe et des gâteaux secs. Sur le dessus il y avait un petit mot : « j’ai entendu dire que cela pouvait aider pour les nausées. Toutes mes félicitations« .  Elle leva les yeux, plus surprise que jamais. Qui pouvait savoir ?

La jeune femme tourna la tête pour scanner l’open space ce qui lui permit de constater que Patterson était en train de l’observer. La jolie blonde plongea ses yeux dans les siens et lui sourit faiblement. Soudainement l’air lui parut bien plus respirable. Elle lui rendit donc son sourire d’un air entendu. Leur contact se rompit et chacune repris le travail mais il était certain qu’il s’agissait d’une grande avancé et même si l’hispanique n’avait aucune idée de comment elle avait appris pour sa grossesse ça lui importait plus. Jane avait raison. Tout finirait par aller mieux.

Publicités

Version fanfiction.net : https://www.fanfiction.net/s/13584568/1/Je-suis-amoureuse-de-toi

Remerciement

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, merci pour votre attention et j’espère que la lecture vous à plus. Si vous avez des remarques ou des suggestions rejoignez-nous sur les réseaux sociaux, envoyez un mail à l’adresse indiquée ou contactez-nous à travers le formulaire. C’est avec plaisir que je répondrais à toutes vos questions et que je dialoguerais avec vous dans le but de vous aider mais aussi de m’améliorer.

N’hésitez pas à vous abonnez-vous à mon blog

Cliquez pour recevoir directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception. Ainsi vous serez les premiers au courant de notre actualité, des histoires publiés mais aussi de nos dernières promotions et bons plans sur Etsy.

Laisser un commentaire

Recevez un cadeau dans votre boîte mail dans la semaine.

%d blogueurs aiment cette page :