Disparue : Fanfiction Blindspot (3) chapitre 17 et 18

Présentation

disparue

Titre : Disparue

Résumé :

Quand un membre de l’équipe chargé de travailler sur les tatouages disparaît l’équipe de l’agent Novak est chargée de l’enquête. Ses proches vont d’ailleurs en apprendre beaucoup sur leur collègue et sur leurs sentiments à son égard.  Situé pendant la saison 3 Blindspot et le final de la saison 1 de Gone.

Publicités

Histoire « Disparue »

Chapitre 17

Après de nouveaux examens Tasha était revenu dans sa chambre. Elle avait continué à discuter avec ses amis et sa famille pendant un long moment. Puis ils étaient repartis en fin d’après-midi laissant la jeune femme seule avec ses pensées. Elle tournait et retournait dans son lit incapable ne serait-ce que de trouver une position confortable à cause de ses blessures. Son corps entier était douloureux, son poignet et son épaule étaient encore immobilisés par des attelles et ses cicatrices étaient extrêmement gênantes.

Vers 23 h 30 elle abandonna l’idée de dormir et alluma la télévision afin de trouver quelque chose de correct à regarder, tâche qui s’avéra plus compliquée que prévu. À un moment donné elle aperçut une ombre dans l’entrebâillement de sa porte. Au vu de la carrure mais aussi de leurs réactions tout au long de la journée la jeune femme comprit vite de qui il s’agissait.

-Weller je t’ai vu … Entre et viens t’asseoir plutôt que de rester planter là à ne rien faire, cria Zapata en souriant faiblement. Son ami entra penaud et vint se placer à ses côtés.
-Désolé je ne voulais pas te déranger mais je n’arrivais pas à dormir. En arrivant ici j’ai vu de la lumière. Ça fait un moment que l’on n’a pas vraiment discuté et je me suis dit que tu en aurais peut-être besoin après tout ce qui s’est passé dernièrement, répondit son ami.

À une époque, majoritairement avant l’arrivée de Jane dans leurs vies, il arrivait souvent aux deux jeunes agents de discuter et de s’entraider sans en faire part aux autres membres de leur équipe. En effet dès le début de leur relation ils avaient très vite développé un lien fraternel. Les épreuves qu’ils avaient vécues n’avait fait que le renforcer.
-J’apprécie sincèrement que tu t’inquiètes pour moi mais je ne suis plus la fille que tu devais aller chercher dans un bar ivre après une nuit à parier. Je ne vais pas replonger.


-Je suis content d’entendre ça mais je n’en suis pas moins inquiet. Ce que tu viens de vivre ça marquerait n’importe qui. Tu n’as pas besoin de jouer les dures … En plus, ce que j’ai fait à l’époque je le referais sans hésiter si c’était nécessaire et même plus encore.
-Kurt Weller toujours à voler au secours des plus faibles … Sincèrement merci pour tout mais ça ira. L’enfant dont ma famille vous a parlé, la flic que tu as rencontré à l’époque ne sont plus là depuis longtemps. J’ai dépassé tout ça. Je ne suis plus aussi fragile.


-Mon Dieu ce n’est pas possible … Alors tu vas m’écouter et je ne me répèterais pas. Tu es beaucoup de chose Natasha Zapata : intelligente, talentueuse, drôle et loyale mais aussi entêtée, bornée, un brin autoritaire, très compétitrice. Seulement s’il y a quelque chose que tu n’as jamais été et que tu ne seras jamais c’est faible. Compris ?
S’exclama Weller en essayant de lui faire baisser sa garde sans pour autant changer de ton. Il souhaitait lui faire comprendre qu’il pensait sincèrement ce qu’il venait de dire. Sa bravoure était quelque chose qu’il admirait plus que tout.
-Compris … Alors comme ça je suis entêtée, blagua gentiment la brune. N’était vraiment pas à l’aise avec les compliments elle essaya de botter en touche.


-Non mais sérieusement tu t’es vu quand t’as une idée en tête. Entre vous trois Reade et moi n’avons aucune chance, rit Kurt en essayant de détendre l’atmosphère. Il ne voulait pas la brusquer de peur qu’elle se referme et cesse toute discussion. Cependant il ne manqua pas le léger sourire de sa collègue à la mention du nouveau directeur adjoint. Il avait presque immédiatement compris que l’alchimie qui existait entre eux était spéciale mais le jeune homme n’avait jamais voulu s’en mêler. Après tout ils étaient adultes. Seulement ça avait trop duré et il se promit que dès qu’il la sentirait prête il parlerait à Zapata. S’ils avaient appris quelque chose de cet enfer c’est que la vie est courte. Ses deux amis méritaient d’être heureux et de connaître l’amour, le vrai, plus que n’importe qui.


-Crois-moi ça ne risque pas de changer.
-Content d’entendre ça. Au risque de me répéter comment tu te sens ? Et ne me dis pas que ça ira, je veux une vraie réponse, pas une phrase toute faite pour détourner l’attention.


-Honnêtement je ne sais pas trop. Je veux dire aussi sordide que ça sonne, je peux encaisser la douleur physique. Je l’ai fait avant, bien plus de fois que je ne pourrais le compter. Seulement il a toujours eu sur moi une emprise bien plus puissante que je ne le souhaiterais. Ce n’était pas un terroriste lambda souhaitant me soutirer des informations. Je savais par avance ce qu’il voulait et de quoi il était capable. Crois-moi sa cruauté va bien au-delà de ce que vous avez vu …

J’étais terrifiée. J’avais tellement peur de devoir revivre ça indéfiniment, d’avoir à servir de jouet à ses hommes mais plus que tout j’avais peur que pour me faire souffrir encore plus il s’en prenne à l’un de vous ou à ma famille. Mon Dieu rien que l’idée qu’il ait pu enlever Elena et lui faire subir ce qu’il m’a fait subir sans que je ne puisse rien faire c’est … J’avais peur Kurt. J’ai toujours peur même si je sais qu’il est mort et je déteste ça, finit la brune dans un sanglot.

Ressasser tous ses sentiments était très difficile pour elle mais c’était aussi salvateur. Elle avait besoin d’un exutoire sinon elle finirait par craquer. Kurt la regarda, peiné. La voir ainsi, terrifiée et démolie par un homme qui n’a jamais rien fait d’autre que de lui faire vivre un enfer renforçait d’autant plus son envie de la protéger. Il s’assit dans le lit à côté d’elle et la pris dans ses bras pour la consoler.
-Ne t’inquiète pas, ça va aller. Ça prendra du temps mais tout finira par s’arranger, on va trouver un moyen. Je te le promets, murmura-t-il doucement.

Pendant d’une heure il continua de la bercer à l’aide de paroles rassurantes, faisant son maximum pour la calmer. Ça lui brisait le cœur de la voir dans un tel état mais il essayait surtout de se concentrer sur son amie, sur sa force et son courage.
-Tu devrais rentrer. Il est tard, vous travaillez demain et Jane va t’attendre, fit remarquer faiblement Zapata. Pleurer pendant aussi longtemps l’avait épuisé mais étrangement Natasha se sentait plus légère et libérée. Comme si elle avait retenu ses larmes pendant des années.


Elle se sentait apaisé par la présence de son ami seulement elle ne voulait pas qu’il se fatigue, ni qu’il reste trop longtemps éloigné de sa femme. Après tous ce qu’ils avaient vécu ils méritaient bien un peu de bonheur et de paix.
-Je ne te laisse pas seule dans cet état. Si tu veux que parte soit j’appelle quelqu’un pour toi, soit je demande aux infirmières de te donner quelque chose pour t’aider à dormir, proposa le jeune homme légèrement rassuré. Elle semblait plus calme qu’à son arrivée ou même que pendant la journée mais il ne restait pas persuadé que la laisser seule était une bonne idée. Au bout de quelques secondes et voyant qu’elle n’avait aucune chance de négocier l’hispanique capitula.


-Bon d’accord appelle l’infirmière. Je ne veux déranger personne d’autre.
Kurt partit chercher une personne compétente en levant les yeux au ciel. Quelques minutes plus tard Zapata se vit injecter un calmant, suffisamment fort pour l’aider à dormir mais assez léger pour ne causer aucun effet secondaire.
-On repassera le plus rapidement possible en attendant tu ferais mieux de te reposer … Pour information Tash’, tu ne nous dérangeras jamais, conclut Weller en lui donnant un baiser sur le front pendant qu’elle était en train de s’endormir.

Il rentra chez lui en pensant à cet étrange moment. Quand il avait rencontré Natasha il avait immédiatement ressenti le besoin de la protéger, il avait le même genre de sentiment dès qu’il voyait souffrir Sarah. En effet il s’était toujours douté que sa coéquipière n’avait pas eu la vie facile, qu’elle avait connu bien plus de souffrance que la plupart des gens.

Après tout, à cette époque, elle était dans une spirale autodestructrice constitué de paris et d’alcool. Ce genre de comportement n’apparait jamais par magie. Cependant il n’avait jamais pensé à un traumatisme aussi important.

Ce soir il avait enfin compris une bonne partie de ses décisions, de ses réactions mais aussi la raison de sa complexité et de son manque de confiance en elle. Quand il se coucha auprès de sa femme Kurt ne put s’empêcher de penser que malgré tous les obstacles que la vie avaient mis sur leurs chemins ils étaient chanceux de pouvoir compter les uns sur les autres.

Deux jours plus tard la vie suivait son cours. Les journées de Zapata étaient rythmées entre rééducation, visites et phases d’ennui. La jeune femme commençait à se sentir plus forte même si la douleur était encore bien présente.

De plus sa discussion avec l’ancien chef d’équipe l’avait beaucoup aidé. Elle avait évidemment encore du chemin à faire mais elle se sentait déjà plus sereine. Pour la première fois depuis des années Tasha s’était autorisée à ressentir la douleur et la peur. Même si les cauchemars étaient loin d’avoir disparus elle remontait la pente petit à petit, ne paniquant presque plus à chaque bruit sourd, supportait mieux les contacts physiques et ne se sentait plus mal à l’aise à l’idée de montrer des signes de faiblesse devant sa famille. Cette après-midi-là, en entrant dans sa chambre, elle tomba sur les agents Novak, Bishop, Kennedy mais aussi Kick et James qui étaient venu lui rendre visite après avoir résolus une nouvelle affaire en ville.


-Hé Franck ça faisait longtemps … Enfin pas tant que ça mais la dernière fois j’étais inconsciente alors ça ne compte pas, salua joyeusement la jeune femme surprise mais heureuse. Ses coéquipiers ne lui avaient dit que du bien sur cette équipe et elle souhaitait les remercier.
-C’est vrai enfin je suis content de voir que tu vas mieux même si j’aurais largement préféré que nos retrouvailles se passent dans d’autres circonstances.


-Je ne te le fais pas dire … Vous devez être Bishop, Kennedy, Kick et James. Je suis ravie de vous rencontrer mes amis dit beaucoup de bien de vous. J’ai également eu l’occasion d’entendre quelques histoires sur vous lorsque Franck et moi avons travaillé ensemble,
fit remarquer Tasha en serrant la main à Kick.
-Il a toujours beaucoup trop parlé, taquina la blonde en laissant un regard assassin à son mentor.
-Ce n’est pas faux rétorqua son interlocutrice en riant.

Pendant plusieurs minutes ils discutèrent de tous et rien apprenant à faire connaissance puis l’hispanique décida de faire une déclaration.
-Je sais que ce n’était que votre travail mais sans vous je serais morte dans cet entrepôt alors sincèrement merci pour tout.
-Comme tu l’as dit nous ne faisions que notre boulot …
-Enfin sur ce coup-là vous en avez même fait une partie,
déclara maladroitement James. Ne comprenant pas bien la logique de sa remarque ils le regardèrent tous intrigués.


-Il ne faut pas faire attention, les trois quarts du temps on ne comprend pas ce qu’il dit, chuchota malicieusement Kick à son interlocutrice.
-Ne vous inquiétez pas je connais. On a la même chez nous, blagua l’agent fédéral en mentionnant sa collègue certes adorable et indispensable mais aussi tellement brillante que s’en était parfois déroutant. Enfin c’est aussi pour ça qu’ils l’aimaient.


-Mesdemoiselles ce n’est pas bien de se moquer. Plus sérieusement je pense que James veut dire que les indices que vous nous avez laissés et la manière dont vous avez neutralisé ces hommes étaient très impressionnants. Je suis assez d’accord, sincèrement j’ai vu des bérets verts se faire avoir par moins que ça, complimenta Bishop admiratif.
-Là il n’a pas tort, ajouta la jeune femme en souriant tendrement à son collègue.


-Merci c’est gentil, enfin là j’essaye surtout de passer à autre chose
,
-C’est plus que compréhensible. Enfin je suis désolée de casser l’ambiance mais on va devoir y aller. Le jet part dans une heure, annonça Franck en regardant sa montre. Les membres de l’équipe saluèrent tous la jolie brune et s’apprêtèrent à partir quand leur chef leur fit signe de l’attendre dans le hall.

Les deux anciens policiers se retrouvèrent seul dans la chambre.
-C’est une sacré équipe que tu as réussi à monter. J’ai entendu parler de votre travail et vous faites des choses extraordinaire. Je veux dire même sans prendre en considération le fait que vous m’avez sauvé la vie.
-C’est vrai qu’on se débrouille. En plus je dois dire qu’aider tous ses gens est assez salvateur, pour nous tous.
-Oui j’ai vu ça. Kick a l’air de plutôt bien s’en sortir.


-C’est vrai. Elle fait vraiment un travail incroyable. En plus elle a beaucoup évolué. Ce n’est plus la jeune adolescente qui cassait des nez à tour de bras … Tu sais vous devriez parler toutes les deux. Vos expériences sont relativement similaires. Ça pourrait t’aider et elle aussi.
-Pourquoi pas, j’y penserais. Pour être honnête j’essayerais tous ce qui se présentera.


-Quand on s’est rencontré il y a dix ans j’ai bien vu que tu comprenais les gamins auxquels nous venions en aide. Tu as réussi à transformer ton traumatisme en quelque chose de positif. C’est admirable. En plus de ça tu t’es bâti une carrière, a fondé ta propre famille. Je sais que tu vas essayer de régler tes problèmes dans ton coin. Je ne peux pas te blâmer je suis pareil. Seulement l’expérience m’a appris qu’on s’en sort bien mieux en s’appuyant sur les personnes que l’on aime.
-Merci du conseil, j’y penserais, maintenant file tu vas louper ton avion.
-Ça marche mais on reste en contact cette fois-ci.
-Promis,
conclut Tasha en regardant son interlocuteur partir.

Quand elle avait rencontré l’agent Novak, Zapata n’était qu’une jeune policière complètement perdu. En apprenant son travail et tous ce qu’il faisait pour ses enfants, surtout Kick, elle s’était vite sentie en sécurité. Comme si, sans même qu’il ne s’en rende compte, il était capable de la comprendre. Revoir Franck et surtout son équipe l’avait aidé à remettre les choses en perspective. Si après avoir était retenue captive par un monstre pendant aussi longtemps la jeune consultante arrivait à reprendre sa vie en main Tasha pouvait en faire de même et pourquoi pas finir par trouver le bonheur et l’amour.

Publicités

Chapitre 18

-Hé salut ma belle, devine qui vient passer la soirée avec toi, expliqua Karen de manière exagérément enjouée en entrant dans la chambre d’hôpital accompagnée de Rosa. Elle essayait de rendre la situation attractive même si elle savait que c’était loin d’être le rêve. Cela faisait une semaine que Tasha était réveillée et maintenant qu’elle commençait à reprendre des forces physiquement la jeune femme ne supportait plus d’être coincé dans ce lit. Ce n’était définitivement pas le genre de sa belle-sœur et elle le savait.
-Avec deux enfants tu vas me dire que tu n’as pas mieux à faire que de traîner à l’hôpital et toi nana tu devrais te reposer, fit remarquer la brune entre blague et conseil.


-Je ne suis pas si vieille je te signale, se défendit Rosa faussement offensée. Quoi qu’il arrive elle serait toujours émerveillée par l’empathie et la compassion de Natasha.
-J’ai confié les jumeaux à tes deux chers frères alors je devrais pouvoir passer la soirée sans avoir à craindre de retrouver ma maison en morceau.
-Tout est dans le « devrait ». Après le coup d’Halloween tu n’as vraiment pas peur … Non plus sérieusement je suis contente de vous voir,
taquina l’hispanique en souriant. Les deux femmes s’assirent aux côtés de la policière après avoir sorti quelques affaires.
­-Comment tu te sens ? La rééducation s’est bien passée ? Commença la plus âgée du groupe.


-Alors je t’arrête tout de suite. Je sais que tu t’inquiètes pour moi et je suis ravie que vous soyez là. Seulement j’en ai marre de parler de mes états d’âmes ou de ma santé alors s’il vous plaît on peut discuter d’autres choses, n’importe quoi. Je veux juste passer une soirée normale.
-Là elle n’a pas tort,
sourit Karen.
-Bon vous avez gagné j’arrête de jouer les mères poules mais tu sais je pense que tu changeras d’avis quand tu verras ce que je t’ai apporté, continua-t-elle en sortant de la nourriture de son sac.


-Avec Luke ils ont eu envie de cuisiner je peux te dire que l’on a de quoi manger pour trois mois, chuchota la jeune mère amusée.
-Personnellement je ne vais pas m’en plaindre. En parlant de Luke comment va-t-il ? Avec Javier comment est-ce qu’ils gèrent ce qu’il s’est passé ? Je sais qu’ils m’ont dit qu’ils allaient bien mais je n’ai pas eu l’occasion de les voir seuls à seuls et je les connais suffisamment pour savoir que ça a dû les affecter.


-Effectivement ça n’a pas été facile. Tu sais qu’ils s’en veulent de ne pas avoir été capable de te protéger quand vous étiez enfant et de ne pas avoir vu à quel point tu souffrais. Ton enlèvement a réveillé tous ces souvenirs et ils ont vraiment eu peur de te perdre, comme nous tous d’ailleurs. Après je ne pense pas que tu doives t’inquiéter ils gèrent, à leur manière mais ça à l’air de plutôt bien marcher,
expliqua sa grand-mère en essayant de la rassurer.


-Je m’inquièterais toujours pour eux. Tu le sais très bien.
-Évidemment, on te connait toi et ton instinct de protection mais sincèrement ils iront bien. J’ai beaucoup parlé avec Javier. Pour Luke je m’attendais à une réaction plus explosive mais étrangement il est resté assez calme,
continua sa belle-sœur.

-Hé j’espère qu’on n’interrompt rien. Désolé du retard nous avons eu plus de travail que prévu, s’excusa Patterson en entrant accompagnée de Jane. Tasha, surprise de voir ses amies, regarda ses deux premières interlocutrices perdue.
-J’ai dit qu’on passait une soirée entre fille pas qu’on serait les seules à venir.
-Tu nous manques tu sais. Le travail sans toi ce n’est vraiment pas la même chose,
commença l’informaticienne.


-En plus nous sommes en infériorité numérique et je te jure que les garçons sont en train de nous rendre dingues. Je sais qu’on a précisé que nous ne parlions pas de médecin mais est-ce qu’ils t’ont dit quand tu pourrais sortir, continua sa collègue.
-Ravie de voir que je suis indispensable … Je devrais pouvoir sortir d’ici deux semaines maximum, peut-être un peu moins en revanche je ne pense pas retourner sur le terrain avant un mois ou deux,
ironisa la jeune femme.


-Ce n’est pas une blague tu l’es Tasha, bien plus que tu ne peux l’imaginer. Pour te dire même Rich ne se comporte pas comme à son habitude. Je sais que la situation a changé surtout depuis que l’on est tous revenu mais nous sommes toujours une famille et je peux te promettre que notre opinion de toi est la même qu’il y a un mois ou même un an, rassura Patterson bienveillante.
-Si tu n’étais pas aussi mauvaise menteuse je prendrais ce que tu viens de me dire pour de la complaisance.

La jolie blonde leva les yeux au ciel et se mit à rire en sachant très bien que c’était une manière indirecte de la remercier. Les cinq jeunes femmes continuèrent à discuter et manger pendant un long moment. L’ambiance était joyeuse et elles auraient pour un peu oublié où elles étaient et pourquoi elles étaient là.
-Sinon je n’ai pas eu le temps de te le dire mais j’ai un scoop, commença la mère des jumeaux.
-Et tu ne me le dis que maintenant. Sérieusement je meurs d’ennui ici.


-Ça on avait remarqué. Pour être honnête c’est plus une intuition qu’une information. Il se peut que je sache pourquoi Luke est si calme, enfin plutôt à cause de qui.
-Une nouvelle petite amie ?
Demanda la brune curieuse.
-Non pas encore mais il a le béguin pour une fille et d’après ce que j’ai vu, ça à l’air réciproque. En fait tu la connais, répondit mystérieusement Karen. Zapata la regarda, intriguée, puis ses yeux s’écarquillèrent de surprise quand elle comprit.
-Amanda ? T’es sûre de ton coup ?


-Considérant la manière dont ils riaient quand il l’a raccompagné après notre dernière visite et le fait qu’il m’ait demandé où emmener une fille pour un vrai premier rendez-vous oui je le suis. Après je ne sais pas s’il lui a déjà posé la question ou même si elle a répondu.
-Honnêtement je n’avais jamais vraiment réfléchi à cette possibilité mais ça pourrait marcher. Je veux dire ça pourrait vraiment fonctionner entre eux.
-Tu penses ? Je veux dire ils ont l’air très différents,
fit remarquer Jane.
-C’est vrai mais c’est justement pour ça que j’en suis presque certaine. Ils me font penser à Kurt et toi …


-Complémentaires, autrement dit, mais tu penses qu’elle est prête à dire oui à un diner après … Enfin je veux dire ça ne fait pas longtemps,
se corrigea Patterson se rappelant que les autres femmes n’étaient pas au courant.
-Elle vous l’a dit ? Interrogea Zapata assez étonnée.
-Oui enfin quand on l’a interrogé elle a surtout insisté sur tout ce que tu avais fait pour elle ces derniers mois. C’est assez incroyable même si ça ne m’a pas étonné plus que ça.
-C’est une bonne gamine, je l’ai aidé comme je pouvais. La pauvre ne méritait vraiment pas ça.


-J’ai une petite idée de quoi vous parlez et ma belle, personne ne mérite ce genre d’horreur. Je n’ai pas eu le temps de discuter avec Luke ces derniers temps mais de ce que j’ai vu lorsque l’on était à l’hôpital ils ont l’air de bien s’entendre. En plus elle m’a l’air d’être une bonne petite. Je pense que ça pourrait faire du bien à ton frère de connaître l’amour à toi aussi d’ailleurs.

-Nana ! Je lui parlerais pour voir si elle l’apprécie vraiment et il faut que je voie Luke aussi. Tu lui diras ainsi qu’à ton très cher mari que je veux discuter. On doit vraiment mettre à plat ce qu’il s’est passé pour avancer. Je ne veux pas qu’ils se sentent coupables de quoi que ce soit.
-Tu es toujours aussi douée pour botter en touche. Tu nous demandes une soirée normale et tu ne veux pas parler de ta vie amoureuse. C’est assez ironique,
se moqua sa belle-sœur amicalement.


-Vous êtes d’un subtile. Si vous croyez que je ne sais pas où vous voulez en venir. Malgré l’enlèvement la situation n’a pas changé. Je ne parlerais pas à Reade de mes sentiments, répondit-elle catégorique. Ses deux amis baissèrent la tête gênées.
-On a loupé un épisode ?
-Je sais que tu ne te souviens de ce qu’il est arrivé lorsque l’on est venu te chercher dans l’entrepôt mais quand tu as repris conscience il était à tes côtés et …
-Oh mon Dieu tu t’en rappelles très bien,
s’exclama la blonde en interrompant Jane après avoir vu l’expression qu’arborait la jolie brune.


-Mais, se souvenir de quoi au juste ?
-Je n’ai pas menti. Pendant plusieurs jours ça a vraiment été le trou noir mais avant-hier j’avais besoin de quelques affaires qui étaient restés au bureau et il a proposé de me les déposer en rentrant du travail. Il est resté un moment pour me tenir compagnie. J’avais mal après ma rééducation alors Reade m’a aidé à me remettre dans le lit. Quand il m’a touché tout est revenue. D’un seul coup je me suis revue lui dire que je l’aimais … Les filles s’il vous plaît dites-moi que vous ne lui en avez pas parlé.
-Non, bien sûr que non mais tu as réfléchi à la possibilité de lui avouer ?
Demanda sa collègue.


-Absolument pas, je ne le ferais pas. Dans cet entrepôt je croyais que j’allais mourir. Il était là, en train de me répéter que j’étais en sécurité et que tout finirait par s’arranger. J’étais tellement fatiguée. C’est mon meilleur ami et il est fiancé. Je ne gâcherais pas notre relation, avoua Natasha émue. Edgar était la seule personne au monde qui la faisait se sentir en confiance, avec qui elle s’autorisait à être vulnérable. Zapata ne supporterait pas de le perdre. En particulier après ce qu’elle venait de vivre.
-Tash’ on en a déjà parlé et sincèrement je comprends mais je pense qu’il faut que tu saches … J’ai entendu Kurt au téléphone l’autre jour. Ils parlaient tous les deux et d’après ce que j’ai compris … Reade et Megan ont rompu avant son départ, annonça la jeune tatouée hésitante.


-Pardon ? Mais pourquoi il ne m’a rien dit ? Questionna-t-elle sous le choc. Elle avait peur qu’il ne lui ait pas parlé de sa situation pour ne pas la perturber, parce qu’il la trouvait trop fragile pour être là pour lui.
-En dehors de Kurt il n’en a parlé à personne. Lorsque je l’ai entendu j’en ai discuté avec Patterson qui en a évidemment parlé à Rich.
-Est-ce qu’il est possible d’avoir des secrets chez vous ?
Rit Rosa amusée.
-C’est vraiment étrange Megan m’a appelé de Washington et elle ne m’a rien dit.
-Apparemment ils se seraient séparés en bons termes. Elle a peut-être voulu le laisser gérer ça à sa manière.
-Oui peut-être,
murmura Tasha perdu dans ses pensées.

Voyant que cette nouvelle avait perturbé la jeune femme ses interlocutrices changèrent le sujet de la conversation. Néanmoins Zapata n’était plus aussi attentive qu’auparavant. Elle n’arrêtait pas de penser à ce qu’elle venait d’apprendre. Des questions tournaient et retournaient dans sa tête sans jamais s’arrêter. Il avait été absolument adorable avec elle durant cette semaine et il ne s’était pas confié sur sa rupture. Est-ce que ça avait une signification ? Après tous, ses amies ne lui donneraient jamais un tel conseil si elles n’étaient pas sûres d’elles.

Tasha était toujours terrifiée à l’idée de révéler ses sentiments à son meilleur ami mais son enlèvement, sa torture avaient remis les choses en perspectives. L’hispanique s’était battue pendant des années pour en arriver là où elle était aujourd’hui et elle ne comptait pas abandonner. Zapata voulait être heureuse. La brune ne savait pas ce qu’elle ferait ou comment elle le ferait mais elle voulait que sa vie change. Lorsqu’elle se retrouva seule dans sa chambre cette nuit-là elle se promit que peu importe à quel point ça serait difficile plus jamais elle ne laisserait son passé dicter ses choix.

Version fanfiction.net : https://www.fanfiction.net/s/13215022/1/Disparue

Publicités

Remerciement

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, merci pour votre attention et j’espère que la lecture vous à plus. Si vous avez des remarques ou des suggestions rejoignez-nous sur les réseaux sociaux, envoyez un mail à l’adresse indiquée ou contactez-nous à travers le formulaire. C’est avec plaisir que je répondrais à toutes vos questions et que je dialoguerais avec vous dans le but de vous aider mais aussi de m’améliorer.

N’hésitez pas à vous abonnez-vous à mon blog

Cliquez pour recevoir directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception. Ainsi vous serez les premiers au courant de notre actualité, des histoires publiés mais aussi de nos dernières promotions et bons plans sur Etsy.

Laisser un commentaire

Recevez un cadeau dans votre boîte mail dans la semaine.

%d blogueurs aiment cette page :