Disparue : Fanfiction Blindspot (3) chapitre 15 et 16

Présentation

disparue

Titre : Disparue

Résumé :

Quand un membre de l’équipe chargé de travailler sur les tatouages disparaît l’équipe de l’agent Novak est chargée de l’enquête. Ses proches vont d’ailleurs en apprendre beaucoup sur leur collègue et sur leurs sentiments à son égard.  Situé pendant la saison 3 Blindspot et le final de la saison 1 de Gone.

Publicités

Histoire « Disparue »

Chapitre 15 

Cela faisait déjà plus d’une semaine que Tasha respirait seule. Ses examens ne montraient aucune amélioration pour le moment mais son état restait stable. C’était le weekend par conséquent l’équipe avait pris la place de la famille Zapata afin qu’ils puissent se reposer et s’occuper des jumeaux.

Reade était arrivé très tôt le matin ; il était pour l’instant le seul au chevet de la jeune femme. Il était assis dans un fauteuil tout près de son lit, sa main dans celle de sa coéquipière. Pendant cette semaine sans elle il s’était senti plus perdu que jamais. À de nombreuses reprises il s’était surpris à regarder à travers la vitre de son bureau pour l’observer ou à composer son numéro de téléphone afin d’entendre le son de sa voix. Il ne dormait presque pas, ne mangeait plus et ne laissait personne l’approcher en dehors de ses quatre collègues.

Sa petite amie, inquiète, avait essayé de l’aider mais il lui avait à peine adressé deux mots. Edgar avait essayé de faire des efforts, de communiquer et de reprendre le contrôle mais il n’y arrivait pas. La savoir allongée dans ce lit d’hôpital à se battre pour rester en vie le rendait dingue. Il ne pouvait pas imaginer vivre si elle ne faisait plus partie de ce monde.

En dehors de son travail, pour lequel il faisait en sorte d’être au maximum de ses capacités, le directeur adjoint ne faisait que sauver la face. Tendrement il repoussa une mèche de cheveux qui tombait devant ses yeux. Il se mit à tracer les contours de son visage, frôla ses pommettes, caressa ses joues et son front. Il s’attarda plus longtemps que nécessaire pour profiter de la chaleur de son corps, de la douceur de sa peau. La seule fois qu’il avait pu la sentir c’était lors de ce baiser volé deux ans plus tôt. Même si elle l’avait rejeté il n’oublierait jamais ce moment.

Pendant quelques secondes tout avait été parfait, un pur instant de bonheur destiné à exister. Dès leur rencontre Edgar avait trouvé sa coéquipière extrêmement belle et il ne s’en était jamais caché. Seulement avec le temps cette attirance s’était transformé en quelque chose de bien plus profond et d’infiniment plus fort. Le jeune homme était conscient que les sentiments qu’il avait ressentis pour sa partenaire dans le passé étaient toujours bien présent mais il n’avait pas la force d’y penser en particulier après tous ce qu’il venait de se passer.

Vers huit heures et demie du matin, le couple Weller et le duo d’informaticiens débarquèrent à quelques minutes d’intervalles. Conscients du lien qui unissait les deux amis ils ne firent aucune remarque sur sa présence ou leur proximité. Le groupe s’assit aux côtés de leur collègue en discutant de choses et d’autres pour tromper l’ennui, le silence et l’angoisse. Ce qui arrangeait Reade car ça l’empêchait de trop réfléchir. Au bout d’un moment Kurt fit un signe de tête à sa femme. Discrètement elle et son amie entrainèrent Rich à la machine à café.


-C’était d’une subtilité, fit remarquer Edgar en le regardant avec un léger sourire.
-Il fallait bien que je les fasse sortir t’as déjà dû mal à me parler quand on est seul.
-Écoute, ne le prend surtout pas mal mais je ne suis vraiment pas d’humeur. Je n’ai pas la force d’affronter ça maintenant, pas tant que l’on n’est pas sûr que tout ira bien.


-Je comprends … Mais promet moi d’y réfléchir s’il te plaît. Je sais qu’il y a Megan et que la situation est très compliquée. Seulement la vie est bien trop courte pour perdre du temps. Ce que tu ressens pour elle, c’est précieux. Il ne faut pas gâcher ça.
-C’est promis … Tu crois qu’il serait possible qu’elle … ?
S’interrompit-il ne pouvant s’empêcher d’interroger son ami sur la possible réciprocité de ses sentiments.


-Je pense que vous avez une relation vraiment très spéciale qui aurait pu évoluer bien plus tôt. Seulement la vie et vos foutus caractères ont fait que les choses n’ont pas tourné comme elles auraient dû. Je pense aussi que Tasha a vécu une enfance extrêmement difficile ce qui a forcément laissé des séquelles. Quand elle se réveillera elle risque d’avoir besoin de notre aide, en particulier de la tienne. C’est tout ce qui compte pour l’instant.
-Évidemment que je serais là pour elle. Je le serais toujours, quoi qu’il arrive.


-Je sais,
murmura le jeune père convaincu qu’il irait décrocher la lune si ça pouvait faire le bonheur de leur jolie collègue. Ils restèrent silencieux jusqu’au retour de leurs amis puis reprirent leurs discussions. Reade commença sortir de sa torpeur pour participer aux conversations mais il n’avait pas quitté son siège, sa main tenant toujours celle de sa partenaire, ses doigts traçant de petits cercles sur sa paume. Il était en train de débattre avec Patterson sur l’utilité des mathématiques dans le sport quand il s’arrêta soudain de parler.
-Hé patron tout va bien ? Demanda Rich aussi blagueur qu’inquiet.
-Venez là et dites-moi que je n’ai pas rêvé, se dépêcha-t-il de dire, extatique, en se levant pour se rapprocher encore plus du lit d’hôpital.

Ses collègues le regardèrent complètement perdu puis suivirent son regard. À peine quelques secondes plus tard Patterson écarquilla les yeux de surprise.
-Oh mon Dieu. Elle a bougé, murmura-t-elle sous le choc. A cette annonce ils s’approchèrent de leur collègue en scrutant le moindre mouvement. La blonde s’approcha de son amie et lui prit doucement la main. Reade était de l’autre côté du lit, dans la même position en lui murmurant des mots doux pour l’encourager.

Progressivement ils la virent s’animer et au bout d’une minute elle ouvrit les yeux. Tasha avait l’air désorienté. Elle se mit à paniquer quand elle ne reconnut pas l’endroit où elle était et que la dernière chose dont elle se rappelait était les tortures administrés par son père. L’hispanique s’agitait de plus en plus à mesure que les souvenirs de sa captivité lui revenaient en mémoire. Edgar s’approcha d’elle pour la rassurer, peiné de la voir aussi terrifié.


-Tout va bien. Tu es en en sécurité maintenant. Tu n’as plus rien à craindre, chuchota-t-il en passant amoureusement sa main dans ses cheveux. Avant même de vraiment voir où et avec qui elle était Zapata perçu la présence de son meilleur ami. La tendresse de son geste la calma immédiatement. Elle arrêta de bouger et essaya de rassembler ses esprits. En tentant de parler elle se mit à tousser avec une voix rauque et des difficultés à reprendre sa respiration.
-Reste calme et vas-y tranquillement, conseilla Jane d’une voix douce.


-Je vais aller chercher un médecin et prévenir sa famille, expliqua Rich en se sentant de trop. Il était très heureux que Zapata se soit réveillé mais l’émotion était tellement forte et leur proximité tellement grande qu’il ne savait pas comment se comporter.
-Le docteur arrive tu as besoin de quelque chose ? Un peu d’eau peut-être ? Suggéra Patterson fébrile. Elle avait les larmes aux yeux tellement elle se sentait soulagé. Tasha était comme sa sœur, une grande sœur qu’elle avait toujours admirée par son courage et sa force. L’idée de la perdre lui avait paru inconcevable. Son amie, avec beaucoup de difficultés, hocha positivement la tête. Elle l’aida à boire quelques gorgées d’eau puis reposa le verre. Le médecin entra dans la pièce en souriant.

-Agent Zapata je suis ravi de pouvoir enfin vous rencontrer en personne. Comment vous sentez vous ? Est-ce que vous savez où vous êtes et ce qu’il s’est passé ?
-Hôpital, kidnappé en revenant du bar, mon père, l’entrepôt … Vous … Venu me chercher … Combien de temps ?
Demanda-t-elle faiblement mais inquiète. Elle avait des difficultés à parler et à se concentrer mais elle se rappelait ce qu’il s’était passé. Tout était juste très flou et incroyablement désordonné. La jeune femme pouvait également voir le soulagement sur le visage de ses amis, sentir ses muscles douloureux. Elle avait déjà vécu ça. Cela devait faire un moment qu’elle était à l’hôpital.


-Tash’ tu, commença Weller en ne voulant pas la perturber dès son réveil.
-Combien de temps ? Répéta-t-elle, encore plus fermement.
Ça va faire 16 jours que tu as été enlevé et 15 que tu es dans le coma, répondit Patterson consciente qu’elle avait besoin de réponse. Natasha ferma les yeux affligés.
-Ma famille est-ce qu’il les a ? Interrogea la brune effrayée.


-Non tu n’as pas à t’inquiéter ils vont bien. Nous n’avons pas d’enquête et ils étaient épuisés alors on leur a proposé de prendre le relai. Rich les a appelés ils arrivent tout comme ta voisine Amanda, expliqua l’informaticienne toujours aussi calmement. Elle pouvait imaginer à quel point la situation devait être déroutante en particulier couplé avec une intense douleur physique.
-Merci, murmura-t-elle émue. Elle faisait son maximum pour rester consciente mais chaque parole était plus douloureuse que la précédente et chaque pensée plus éprouvante.

-Écoutez je vais devoir vous demander de sortir pour que l’on puisse procéder à quelques examens. Cela nous permettra, en fonction de votre état, de déterminer quel type d’antidouleur nous pouvons vous donner, exposa le médecin en voyant la douleur sur le visage de sa patiente. L’équipe s’exécuta sans discuter en voyant bien que c’était ce dont leur amie avait besoin. Ils s’assirent dans la salle d’attente, sans un mot, encore sous le choc des derniers évènements.

Une dizaine de minutes plus tard l’équipe fut une fois de plus rejoint par Rosa, Javier, Karen, leurs enfants, Luke et Amanda. Ils s’empressèrent de leur expliquer la situation ce qui les remplit immédiatement de soulagement. Au bout de deux semaines et sans plus d’information de la part des médecins ils avaient commencé à croire qu’ils devraient apprendre à avancer sans elle alors ils étaient incroyablement heureux. Patterson se plaça à côté de Reade et se tourna vers lui émue.


-Elle ira bien, tout finira bien, commença l’informaticienne.
-Oui, tout finira par aller bien,
répondit-il le sourire aux lèvres. Quand il avait senti sa main bouger sous la sienne il avait d’abord cru avoir rêvé mais quand sa collègue avait aperçu la même chose que lui il avait senti une bouffé d’espoir. Voir ses magnifiques yeux bruns s’ouvrir à nouveau lui avait donné l’impression de revivre.

Le jeune homme savait qu’elle avait du chemin à faire avant d’aller mieux mentalement et physiquement. Il était aussi extrêmement triste d’avoir vu autant de douleur et de crainte sur son magnifique visage. Seulement cette horrible expérience lui avait fait comprendre à quel point la vie pouvait être courte. Edgar se promit de tout faire pour réparer ses erreurs passés et faire en sorte que leurs avenirs soient différents parce que désormais ils en avaient un.

Publicités

Chapitre 16

Après avoir réalisé tous les examens nécessaires les médecins avaient déterminés que Tasha n’aurait pas de séquelles de son coma sur le long terme. Elle aurait besoin de beaucoup de repos, d’un peu de rééducation, des soins et une surveillance pendant plusieurs semaines mais elle finirait par s’en remettre et pourrait retourner sur le terrain assez rapidement.

Une fois que le docteur leur avait donné son autorisation ils étaient retournés dans la chambre de leur amie. Seulement en la voyant épuisée et étourdie par les antidouleurs ils décidèrent tous qu’il était préférable de la laisser se reposer. Un à un et pendant de longues minutes ses proches l’embrassèrent tendrement en lui promettant de revenir dès qu’elle serait en état de recevoir des visites. Seule Rosa était restée pour veiller sur sa petite fille.

Le lendemain la jeune femme se sentait mieux grâce aux médicaments. Elle décida donc d’envoyer un message à ses amis qui accoururent sans poser de questions, ravis. L’équipe, ses deux frères, sa belle-sœur, son neveux et sa nièce étaient maintenant là depuis environ une heure. Ils discutaient joyeusement de choses et d’autres même s’ils savaient tous qu’à un moment donné ils devraient parler sérieusement de tous ce qui s’était passé.


-Tient tata c’est pour toi, déclarèrent Ricky et Elena en posant leurs crayons pour lui tendant une liasse de feuille.
-Waouh tout ça, rien que pour moi, merci beaucoup les enfants. À quoi dois-je cette honneur ? Demanda la brune joyeusement. Elle avait encore très mal et elle était fatiguée mais ça lui faisait beaucoup de bien d’avoir ses amis et sa famille à ses côtés. Cela lui évitait de penser au calvaire qu’elle venait de vivre, à tous ce que ses collègues avaient appris sur elle mais aussi aux conséquences de ces évènements et à la discussion qu’elle devrait avoir avec son équipe. Être avec eux lui apportait la dose de légèreté et de douceur dont elle avait besoin sur le moment.


-Les docteurs ont dit qu’il fallait que tu restes ici un moment et la couleur des murs est super triste alors on s’est dit qu’on pourrait faire des dessins pour décorer un peu … Enfin si ça ne te dérange pas, répondit la petite fille hésitante.
-Bien sûr que non, c’est même une super idée. Aller venez-vous asseoir et montrez-moi ces jolies dessins, sourie tendrement la jeune femme en leur indiquant deux espaces libres à ses côtés. Pendant plusieurs minutes ils discutèrent sous le regard attentif des quatre agents fédéraux et de leur consultant.

L’attention de Tasha était uniquement fixée sur les deux enfants. Elle ne vit donc pas les sourires attendris de ses amis. En effet l’importance qu’elle accordait à sa famille n’était pas nouvelle mais ils n’avaient pas l’habitude de la voir interagir directement avec eux. Ses partenaires étaient donc très heureux d’avoir l’occasion d’observer un tel moment. Reade ne pouvait plus détacher ses yeux de son amie. C’était la scène la plus adorable qu’il ait jamais vu et plus il continuait de l’observer plus il sentait ses sentiments remonter à la surface. Au bout d’un moment ils entendirent frapper à la porte.

-Hé Megan je ne savais pas que tu devais passer, salua Tasha surprise par l ‘arrivée de la fiancé de son coéquipier. Elle tourna la tête vers lui pour plus d’explication mais il avait l’air aussi surpris qu’elle voire extrêmement gêné.
-Ce n’était pas prévu. Je voulais attendre un peu avant de venir pour te laisser l’occasion de te reposer mais mon chef m’a prévenu tout à l’heure que j’allais devoir repartir à Washington. Comment vas-tu ? Répondit la jeune indienne embarrassée d’être devenue le centre d’intérêt de tout le groupe.

Elle l’était d’autant plus que ce départ forcé n’était pas le seul but de sa visite. Elle était vraiment inquiète pour son amie seulement elle avait également besoin de confirmer ses soupçons afin d’agir en conséquence pour partir l’esprit tranquille.
-J’ai connu mieux mais ça va. Disons que pour l’instant je remercie grandement les antidouleurs, essaya-t-elle de blaguer pour détendre l’atmosphère même si elle non plus n’était pas d’humeur à rire.

Depuis qu’elle avait pleinement pris conscience de l’ampleur de tous ce qu’il s’était passé elle se sentait vraiment vulnérable. Elle était en terrain inconnu et Tasha détestait cette sensation. La jeune femme avait beau être forte et donner l’impression d’aller bien chaque bruit la faisait sursauter intérieurement, chaque souvenir la faisait paniquer. L’idée que son père, même mort, ait encore une si grande influence sur elle, la pensée d’avoir une nouvelle fois à gérer la douleur et la peur, lui donnait envie de pleurer. Volontairement personne ne relava le sarcasme en se disant qu’ils feraient en sorte qu’elle se confie en temps voulue.

Ils continuèrent ensuite à discuter pendant une bonne demi-heure avant que Meg ait à partir. Les deux femmes se saluèrent amicalement puis la journaliste entraîna son petit ami à l’extérieur de la chambre.
-Tu sais pour combien de temps tu en as à Washington ? Demanda doucement Reade en s’approchant d’elle. Il savait qu’il allait devoir faire un point sur ses sentiments et prendre les mesures qui s’imposaient seulement il ne voulait pas faire la souffrir. Megan était quelqu’un de bien et il s’en voulait déjà assez comme ça. Cependant il n’avait pas pris en compte le fait que sa fiancé était bien plus intuitive que lui.


-Je ne sais pas trop mais Edgar … Quand mon reportage sera fini je ne rentrerais pas à la maison, répondit la brune les yeux baissés en enlevant sa bague de fiançailles.
-Quoi ? Mais pourquoi ? … Écoute je sais que je n’ai pas été facile ces derniers temps mais, commença le directeur adjoint complètement perdu. Il ne s’attendait définitivement pas à ça.
-Je t’arrête tout de suite tu n’as rien fait de mal, enfin pas intentionnellement mais je ne suis pas aveugle et je ne me marierais pas avec un homme qui en aime une autre, même s’il ne s’en rend pas compte, interrompit la jeune indienne en se tournant vers la chambre d’hôpital.


-Megan, souffla Edgar en fermant les yeux d’un air résigné.
Tu n’as pas à t’excuser mais il faut que ça s’arrête. J’ai bien vu le changement se produire quand elle est revenue. Même si j’avais des doutes je n’ai pas réalisé tout de suite ce qu’il se passait vraiment. Honnêtement ce n’est que récemment que j’en ai compris l’ampleur. Depuis deux semaines tu dépérissais à vue d’œil, tu ne mangeais plus, ne me parlais pas et faisais des cauchemars en criant son nom mais quand tu es revenu hier soir c’était comme si tu avais enfin retrouvé le goût de vivre. Tu es fou d’elle, c’est évident alors il faut que tu arrêtes de te voiler la face.


-Je suis sincèrement désolé. Je n’ai jamais voulu te faire de mal et je te promets qu’il ne s’est jamais rien passé. Je n’avais même pas réalisé ou imaginé lui dire avant …
-Je sais ne t’inquiète pas. Tu es un homme bien Edgar mais le fait est qu’on ne choisit pas de qui on tombe amoureux,
conclut-elle en souriant tristement. Ils échangèrent un regard puis il soupira en sachant qu’elle avait raison.
-Si jamais tu as besoin de quoi que ce soit, avec l’immigration ou n’importe quoi d’autre s’il te plaît n’hésites pas, fit remarquer Reade en insistant fortement.


-Absolument, répondit la jeune femme. Megan lui ouvrit délicatement la main et y laissa sa bague de fiançailles. Elle se mit sur la pointe des pieds et déposa un baiser sur sa joue avant de partir pour de bon. Le directeur adjoint la regarda faire, prit une grande inspiration et retourna avec ses amis.

Quand il entra dans la chambre il les vit en train de rire et de s’amuser. Le jeune homme ne put s’empêcher de sourire quand il aperçut sa meilleure amie en train de câliner sa nièce mais il eut un pincement au cœur lorsqu’il aperçut une expression de douleur sur son visage. L’afro américain retourna s’asseoir discrètement sans mentionner ce qu’il venait de se passer. Il continua de l’observer et quand elle releva la tête leurs regards se croisèrent. À la lueur dans les yeux de son partenaire l’hispanique compris qu’il était temps de parler avec ses coéquipiers.


-Karen il commence à être tard. Je pense que les enfants vont bientôt avoir faim et il y a une pizzeria pas très loin d’ici, commença Zapata en se tournant vers sa belle-sœur. Elles échangèrent un regard entendu. Les deux frères s’apprêtèrent à protester, ne voulant pas la laisser seule, mais elles leur firent vite comprendre qu’ils n’avaient pas le choix.
-Écoutez je sais que la procédure veut que je vous explique tout ce dont je me souviens. En plus de ça j’imagine que vous devez avoir beaucoup de questions …
-Non Tasha arrêtes, tu n’as pas à te forcer à quoi que ce soit. Pour les rapports on avisera plus tard et même si c’est vrai que l’on a des questions tu dois aller à ton rythme on comprend tout à fait,
l’interrompit immédiatement Jane.
-Je sais et j’apprécie mais il faut que je le fasse. S’il y a bien une chose que j’ai apprise dernièrement c’est que botter en touche, remettre les choses à plus tard et faire comme si ce n’était pas réel ça ne mène à rien de bon. Alors posez-moi vos question et s’il y a quoi que ce soit qui ne va pas je vous le ferai savoir.


-Promis ?
Interrogea doucement Patterson sceptique.
-Je te le promets, sourit Tasha en les regardant un à un pour confirmer sa pensée.
-On a le plus gros des détails de ton enlèvement venant d’Amanda et on connait ta localisation mais il faudrait que tu nous dises ce dont tu te rappelles et surtout comment tu t’es échappée. Je dois dire que neutraliser cinq hommes armés jusqu’aux dents alors que tu étais attachée … Disons que j’ai dû mal à visualiser, commença Weller maladroitement.


-Alors certains détails restent très flous notamment vers la fin. Je me souviens vaguement que vous êtes venus me chercher mais absolument pas de ce qu’il s’est passé quand vous étiez là. Apparemment c’est à cause du manque d’oxygène dans mon cerveau pendant l’arrêt cardiaque. Les médecins ont dit que ça pouvait très bien revenir un jour comme jamais, déclara la brune, débutant difficilement le récit de son calvaire. En constatant qu’elle ne se souviendrait peut-être jamais lui avoir dit qu’elle l’aimait Reade ne put s’empêcher de se sentir triste. Néanmoins il se consola en pensant que son amnésie lui permettait de ne pas se souvenir des détails de ce qu’elle avait vécu.


-Et pour l’enlèvement ? Est-ce que tu te souviens de ce qu’il s’est passé quand tu es rentrée du bar ?
Continua Weller.
Là c’est plus clair enfin de ce que m’a dit Amanda elle vous a donné le plus gros des détails. À mon retour j’ai trouvé mon système de sécurité désactivé. J’ai tout de suite su que c’était lui. En le trouvant dans mon salon j’ai essayé de rester calme pour garder le contrôle de la situation. Seulement on a commencé à se disputer et je n’avais pas prévu qu’il soit accompagné. On avait beaucoup bu ce soir-là alors ils ont rapidement réussi à m’assommer. Je pense ne pas me tromper en disant que je n’ai pas besoin de vous expliquer ce qu’il s’est passé dans l’entrepôt. Vous avez dû voir la vidéo ? Demanda Tasha même si elle connaissait déjà la réponse. Elle était habituée à encaisser les coups mais la jeune femme détestait l’idée que ses amis aient entrevue la petite fille terrifiée qu’elle était dans le passé. Ils se regardèrent, gênés.


-En effet on l’a vu mais Tash’ tu n’as pas à avoir peur que ça change notre opinion de toi. Peu de personne aurait pu encaisser ce que tu as encaissé de la manière dont tu l’as fait, rassura Edgar. Il connaissait suffisamment sa meilleure amie pour savoir qu’elle devait se sentir faible et qu’elle détestait ça. Il était prêt à tout pour lui faire comprendre que tous ce qu’ils voyaient était une jeune femme incroyablement forte avec un courage sans faille. Elle lui sourit consciente de sa sincérité et repris son récit en sachant qu’elle allait attaquer la partie la plus éprouvante.


-Il voulait se venger et ne pas me voir lâcher prise même au bout de plusieurs heures a vraiment commencé à l’énervé … S’il y a une chose que l’on ne peut pas lui retirer c’est qu’il me connait bien. Il savait qu’il y avait une de mes limites qu’il n’avait pas encore testées. Il a donc dit à ses hommes de m’emmener dans un des conteneurs pour qu’ils profitent de … Enfin bref je savais ce qui allait se passer mais je savais aussi que c’était ma seule vraie ouverture. Ils pensaient que j’étais trop faible pour me battre alors ils ont baissé leurs gardes. J’en ai profité pour attraper l’arme de l’hommes devant moi et après je les ai abattus un par un, le plus rapidement possible et sans même chercher à comprendre. J’ai voulu rejoindre la route la plus proche mais je me suis évanouie au bout de quelques pas, termina difficilement la jeune femme en baissant les yeux.

Entendre ce que Tasha aurait pu subir leur fit un choc à tous. Ils l’avaient vu se faire torturer et savaient de quoi était capable ce genre de monstre seulement la situation devenait affreusement concrète. L’idée qu’elle ait tant souffert par le passé et qu’elle souffrait encore aujourd’hui donnait à Reade l’envie de tout mettre en œuvre pour la protéger, apaiser sa douleur. Elle le méritait et bien plus encore.


-Je suis tellement désolée. J’aurais dû comprendre plus tôt. On aurait dû arriver plus tôt, commença Patterson retournée par les derniers évènements.
-Hé vous n’avez absolument rien à vous reprocher. Je ne vous ai pas rendu la tâche facile en ne vous disant pas ce qu’il se passait. En plus les indices que je t’ai laissés était loin d’être simples. Seulement je savais que s’il y avait quelqu’un qui pouvait comprendre c’était toi. Sans vous tous et l’équipe de Franck je serais morte. Ils auraient fini par me torturer jusqu’à ce que je n’en puisse plus ou je me serais vidée de mon sang sur le sol de cet entrepôt.
-Je suis désolée. Tu es dans ce lit et c’est moi qui me plaint … C’est juste qu’on a eu tellement peur de te perdre,
s’excusa une nouvelle fois la jolie blonde les larmes aux yeux.


-T’es adorable … Tu sais moi aussi j’ai vraiment eu très peur de ne jamais vous revoir, murmura-t-elle émue. Jane s’apprêta à répliquer mais une infirmière arriva pour lui refaire passer des examens. Elle l’emmena sur un brancard seulement Kurt voulu poser une dernière question.
-Tash’ sincèrement, est-ce que ça va ?
-Honnêtement, non, mais j’en ai vu d’autres alors ne vous inquiétez pas, ça finira par aller,
répliqua la brune en souriant tristement. Sa réponse était d’un naturel désarmant, comme si elle avait vécu de cette manière toute sa vie.


-Tu es notre amie. On n’arrêtera jamais de s’inquiéter pour toi comme tu n’arrêteras jamais de t’inquiéter pour nous, ajouta Edgar en essayant de lui montrer qu’ils étaient là pour elle quoi qu’il arrive.

Les cinq collègues la regardèrent partir le cœur lourd. Ils prenaient seulement conscience de la douleur endurée par leur amie tout au long de sa vie, mais aussi de la force titanesque dont elle avait et faisait toujours preuve. Ils se promirent de tout faire pour l’aider à surmonter cette épreuve afin que leur famille soit à nouveau en paix.

Version fanfiction.net : https://www.fanfiction.net/s/13215022/1/Disparue

Publicités

Remerciement

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, merci pour votre attention et j’espère que la lecture vous à plus. Si vous avez des remarques ou des suggestions rejoignez-nous sur les réseaux sociaux, envoyez un mail à l’adresse indiquée ou contactez-nous à travers le formulaire. C’est avec plaisir que je répondrais à toutes vos questions et que je dialoguerais avec vous dans le but de vous aider mais aussi de m’améliorer.

N’hésitez pas à vous abonnez-vous à mon blog

Cliquez pour recevoir directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception. Ainsi vous serez les premiers au courant de notre actualité, des histoires publiés mais aussi de nos dernières promotions et bons plans sur Etsy.

Laisser un commentaire

Recevez un cadeau dans votre boîte mail dans la semaine.

%d blogueurs aiment cette page :