Disparue : Fanfiction Blindspot (3) chapitre 13 et 14

Présentation

disparue

Titre : Disparue

Résumé :

Quand un membre de l’équipe chargé de travailler sur les tatouages disparaît l’équipe de l’agent Novak est chargée de l’enquête. Ses proches vont d’ailleurs en apprendre beaucoup sur leur collègue et sur leurs sentiments à son égard.  Situé pendant la saison 3 Blindspot et le final de la saison 1 de Gone.

Publicités

Histoire « Disparue »

Chapitre 13

-Victime féminine de trente ans, multiples lacérations et fractures, traumatisme crânien, hémorragie interne au niveau de l’abdomen, probable prise de drogues et un arrêt cardiaque sur place, énuméra un ambulancier en arrivant dans la salle d’hôpital. Ils emmenèrent Tasha dans une salle de trauma en passant devant sa famille sans même s’arrêter.

En effet dès que l’agent Novak les avaient prévenus Rosa, Javier, Luke, Karen, Amanda, Rich, James et les enfants s’étaient empressés de se rendre à son chevet. En la voyant dans cet état, faible et intubée ils furent tous sous le choc. Quand ils avaient appris qu’elle était en vie ils n’avaient pas demandé de détails tellement ils étaient heureux. Évidemment ils se doutaient tous qu’elle était blessée seulement personne n’avait imaginé que c’était à ce point-là. Le petit groupe rendit dans la salle d’attente sous la direction d’une infirmière.

À peine deux minutes plus tard ils furent rejoints par l’équipe accompagnée de Kick. Quand ils virent les mines abattus qu’ils arboraient les agents ne purent s’empêcher de paniquer.
-Comment va-t-elle ? Vous avez eu des nouvelles ? S’empressa de demander Patterson.
-Non aucune, l’ambulance vient d’arriver et ils l’ont immédiatement emmenée en salle d’examen mais elle avait vraiment l’air dans un sale état, exposa Rich en les voyant très émus.


-Qu’est-ce qui s’est passé là-bas ? Où sont les hommes qui l’ont enlevé et notre père ? Demanda Javier en essayant de rester calme.
-Ils sont morts, tous. Ils l’étaient déjà lorsque l’on est arrivée. D’après nos premières constations votre sœur les a tous tué en essayant de s’échapper seulement ses blessures étaient trop importantes et elle s’est évanouie avant de pouvoir contacter de l’aide, expliqua Kick, de l’admiration dans la voix. La situation était horrible mais elle ne pouvait s’empêcher d’être impressionnée par la jeune femme. Peu de gens possédaient cette force en eux.


-Il est mort. Décidément c’est vraiment la seule bonne chose qui sera sorti de tout ça, s’exclama Luke ironique. Le jeune homme se cachait, encore une fois, derrière le sarcasme pour dissimuler sa détresse et même si tout le monde s’en rendait compte le reste de sa famille ne put le contredire. Après tous ce que ce monstre avait fait c’est tous ce qu’il méritait.
-Tous mais ils étaient combien exactement ?
Demanda Amanda intrigué.
-En comptant les deux kidnappeurs que vous avez pu identifier ils étaient cinq.


-Vous allez me dire qu’elle a réussi à neutraliser cinq hommes probablement armés jusqu’aux dents dans l’état où elle était. Je savais qu’elle était très forte mais à ce point c’est presque surhumain,
s’étonna sa belle-sœur ébahie. Elle connaissait le passé de Tasha, les obstacles qu’elle avait franchis mais continuer à se battre après tout ça relevait de l’héroïsme.


-Maintenant on est supposé faire quoi ? Interrogea Rosa en parlant pour la première fois depuis qu’elle avait vu sa petite fille en presque à l’agonie. Elle aussi trouvait ces actions incroyables seulement cela ne la rendait que plus triste. Savoir qu’elle était suffisamment endurcie pour pouvoir survivre à tout ça ne l’aidait absolument pas. Natasha avait vécu des choses horribles et tous ce qu’elle souhaitait c’était que sa petite fille ait le droit à un peu de bonheur. Elle était prête à tout pour ça.


-On a fait ce qu’il fallait alors à part attendre je n’en ai pas la moindre idée, conclut Kurt dans un soupir. Ils se regardèrent tous d’un air grave puis s’installèrent silencieusement.

Pendant près de deux heures ils restèrent assis à attendre que les médecins viennent leur donner des nouvelles de leur collègue et amie. Être rejoint par Franck, John et Kennedy les fit sortir de leur torpeur. Patterson, qui était à bout de nerf, se leva et se mit à marcher en tournant en rond. À peine quelques secondes plus tard elle partit sans un mot. Inquiet ses quatre amis se regardèrent puis Reade partit à sa rencontre. Il retrouva son amie dans un couloir isolé, assise par terre, la tête dans les genoux et les larmes aux yeux. Sans un mot il s’assit à ses côtés. Il prit une grande inspiration, reprit ses esprits et se lança.


-Je suis désolé de t’avoir crié dessus tout à l’heure. Tu n’avais absolument pas mérité ça, s’excusa-t-il peiné. Il connaissait les liens qui unissaient les deux amies et il ne doutait pas que sa collègue était aussi mal que lui.
-Je comprends, ne t’inquiète pas. On est tous mal et on fait ce qu’on peut pour tenir le coup,
rassura la blonde en souriant tristement. Elle saisissait réellement la raison de son mal être.


-C’est vrai mais ça n’est pas une excuse. Comme tu l’as dit on est touts aussi inquiets les uns que les autres je n’avais pas à te parler ainsi.
-Merci,
murmura-t-elle toujours sur le même ton. Les deux amis restèrent silencieux puis il se tourna à nouveau vers elle.
-Qu’est-ce qu’on va faire si elle ne … Je ne peux pas l’imaginer Patterson, je ne peux pas la perdre.
-Je sais Reade mais elle ne peut pas mourir. C’est de Tasha dont l’on parle alors tout ira bien, tout doit bien se passer,
répéta l’informaticienne incapable d’imaginer une autre issue. Elle posa sa tête sur son épaule.

Ils restèrent ainsi assis à fixer la porte d’entrée du bloc où était leur amie, attendant désespérément que le médecin sorte pour leur donner de bonnes nouvelles. Quelques minutes plus tard ils furent rejoints par leurs trois collègues qui s’approchèrent l’air inquiets.


-Est-ce que tout va bien ? Demanda la jeune brune en se rendant compte de l’absurdité de la question. Elle savait bien que ce n’était pas le cas mais elle voulait s’assurer qu’ils s’accrochaient.
-J’ai connu mieux, répondit sa collègue.
-Honnêtement, non pas du tout,
avoua le directeur adjoint. Il se leva et indiqua à Weller de le suivre d’un signe de tête pendant que Jane et Rich s’installèrent à côté de l’informaticienne. Les deux hommes s’isolèrent.

-Merci de m’avoir évité de dérailler tout à l’heure. J’ai complètement pété un plomb, termina Edgar en s’adressant à son meilleur ami. Il soupira doucement en s’appuyant contre un mur.
-Il n’y a pas de quoi. C’est à ça que servent les amis. Sinon comment tu te sens ?
-Comme je viens de le dire ça ne va pas. C’est complètement dingue mais depuis l’entrepôt j’ai l’impression de ne plus pouvoir respirer.


-Non ce n’est pas dingue. J’ai cette même sensation à chaque fois que Jane est en danger.
-Je peux savoir pourquoi tu ne cesses pas de comparer ma relation avec Tasha et celle que tu as avec Jane. Même si elle compte plus que tout pour moi c’est différent. Vous êtes mariés nous ne sommes qu’amis.
-C’est faux et tu le sais. Tu viens de le dire elle compte plus que tout pour toi. Alors s’il te plaît ne me dis pas que tu la considères uniquement comme une amie surtout si l’on prend en compte ta réaction à l’entrepôt,
répondit Kurt en souriant de manière bienveillante. Il ne voulait pas pousser son ami trop loin mais il était vraiment temps qu’il regarde la vérité en face.


-Weller je suis fiancé, rétorqua le jeune afro-américain en faisant son maximum pour ne pas penser à ce que venait de dire son interlocuteur. Par le passé il avait été très amoureux de Tasha et son départ lui avait littéralement brisé le cœur. Lorsqu’il avait rencontré Megan il avait tout fait pour enfouir ses sentiments et il ne pouvait pas nier que son retour avait ravivé une partie de lui qu’il croyait morte depuis longtemps.

Seulement il avait une petite amie qu’il aimait à sa manière et il ne voulait pas lui faire de mal. Surtout après l’avoir demandé en mariage. De plus il ne pouvait pas imaginer ses sentiments réciproques. Ce qu’elle lui avait dit avant de s’évanouir ne signifiait rien. Ce n’était que de l’amitié. L’expression d’un lien puissant effectué alors qu’elle était étourdie par la douleur et pensait être en train de mourir. Il s’apprêta à répondre quand ils virent le médecin franchir les portes qu’ils fixaient depuis des heures. Son ami lui fit signe qu’ils en reparleraient plus tard. Les cinq agents échangèrent un regard inquiet puis rejoignirent le reste du groupe afin de prendre des nouvelles de leur collègue.

-Comment va-t-elle docteur ? Interrogea précipitamment Rosa.
-Votre petite fille a survécu à l’opération et on a réussi à la stabiliser. Elle va être transféré en soin intensif d’ici une heure ou deux, répondit l’homme. À ce constat ils soupirèrent tous soulagés.
-Merci mon Dieu, murmura Edgar en sentant un poids en moins sur sa poitrine.


-Je ne vais pas vous mentir son état reste extrêmement précaire. On a dû remettre sa clavicule en place et stabiliser son poignet qui avait été fracturé. Elle avait plusieurs hémorragies internes que l’on a pu stopper. On lui a aussi retiré la rate. Néanmoins son traumatisme crânien m’inquiète énormément. On a pu observer un saignement au scanner et son état ne nous permet pas de la réopérer. Nous allons donc la surveiller de près en espérant qu’il se résorbe de lui-même. En plus de ça les drogues que l’on lui a injectées ainsi que les nombreuses décharges électriques ont énormément affaibli son cœur voire son corps entier. Pour être honnête c’est un miracle qu’elle ait survécu à l’opération …


-Docteur quand pourrons-nous la voir ?
Demanda Javier inquiet.
-Comme je l’ai dit nous allons la monter dans une chambre d’ici une heure ou deux. Seulement vous devez savoir qu’en raison de toutes ses blessures votre sœur est actuellement dans le coma. Nous ne sommes pas encore capables de déterminer quand elle va se réveiller.

Cette annonce fit l’effet d’un coup de massue. Ils avaient tous tellement été focalisé sur la survie de leur amie qu’ils n’avaient pas pensé à la suite, aux conséquences que pourraient avoir les blessures de Tasha sur son futur, sa vie et sa carrière. Sur toutes ses choses qui lui tenaient à cœur et qui faisaient d’elle la personne qu’elle était aujourd’hui.

Quelques heures plus tard ils se dirigèrent vers la chambre de la jeune femme. En arrivant ils la virent, intubée, entourée de toutes sortes de machines, couverte de bleue et extrêmement pâle. C’était un crève-cœur de la voir ainsi. Sans un mot ils s’installèrent au chevet de l’hispanique et attendirent en priant pour que tout s’arrange rapidement.

Publicités

Chapitre 14 :

Deux jours plus tard la situation n’avait pas changé, Tasha était toujours dans le coma. Au début ils restèrent tous à son chevet puis petit à petit ils avaient dû alterner. En effet les deux frères avaient de lourdes obligations professionnels. Le plus âgé des deux et sa femme devaient s’occuper de leurs enfants. Rosa, qui n’était plus très jeune, avait besoin de repos. Amanda avait des cours à suivre et l’équipe devait continuer d’arrêter des criminelles. Aucun d’eux n’avait envie de reprendre le cours de sa vie seulement ils n’avaient pas le choix. Alors ils faisaient leur travail, avec difficultés et angoisses, mais ils le faisaient.

On était mardi, c’était le milieu de l’après-midi. Luke et sa grand-mère veillaient sur Natasha. Elle était en train de tricoter pendant que son petit-fils lisait un livre. Ils étaient là depuis environ une heure quand on frappa à la porte de la chambre.
-Bonjour … Je passais dans le coin en revenant de l’université et je me suis dit que je pourrais venir pour prendre des nouvelles, se justifia l’étudiante en se tenant timidement contre la porte.


-Bien sûr je vous en prie entrez et asseyez-vous avec nous. C’est vraiment très gentil d’être venue, remercia-t-elle en indiquant le siège à côté d’elle.
-Il n’y a pas de soucis, c’est tout à fait normal. Est-ce que les médecins vous ont donné des nouvelles ? Interrogea la jolie blonde en se plaçant dans le fauteuil.
-Elle est stable pour l’instant. Ils disent que ses constantes remontent, doucement mais elles remontent. En plus de ça l’hématome dans son cerveau se résorbe de lui-même. Les médecins ont même parler d’enlever le respirateur d’ici quelques jours.


-C’est vraiment génial je suis ravie d’entendre ça.
-Nous n’avons pas vraiment eu l’occasion de faire connaissance à cause des derniers évènements mais je me souviens avoir entendu que vous étiez étudiante. Dans quelle branche exactement ?
Demanda la plus âgée sincèrement intéressée. Elle avait perçu de la bonté et une incroyable personnalité chez la jeune femme et elle désirait en savoir plus
-Je suis en droit à Columbia.


-Waouh c’est très impressionnant et que voulez-vous faire plus tard ?
-Honnêtement je ne sais pas trop. Dernièrement pas mal de chose ont été remise en question, répondit
Amanda en baissant légèrement la tête.  Ce geste avait été perçu par son interlocuteur masculin qui était jusque-là resté silencieux. Il leva le regard de son livre et commença à prêter plus d’attention à l’inconnue qui avait été à leurs côtés durant cette terrible épreuve.

Les deux femmes discutèrent pendant une bonne demi-heure lorsque l’agent Novak et son équipe entrèrent dans la pièce. Après quelques minutes Franck annonça qu’ils avaient une autre affaire et qu’ils allaient devoir repartir mais Kick leur fit promettre de leur donner des nouvelles de l’état de santé de Natasha. Après les avoir longuement remerciés ils échangèrent encore quelques banalités puis en vinrent au but principale de leur visite.


-Madame Zapata avant notre départ nous devons parler en privé, commença Bishop.
-Je ne laisserais pas ma grand-mère seule, rétorqua son petit-fils. Les agents s’apprêtèrent à donner leur autorisation mais Rosa s’empressa de répliquer.
-Luke por favor da nos algunos minutos.


-Je comptais aller me chercher quelque chose à boire et je ne serais pas contre un peu de compagnie,
proposa l’étudiante en se tournant vers lui, incertaine.
-C’est vrai que je ne serais pas contre un café, grand-mère je te rapporte quelque chose ? Capitula-t-il sachant qu’elle ne lui laisserait pas le choix.
-Un thé serait parfait mon chéri merci.

Ils partirent en direction de la cafétéria de l’hôpital. Au début le trajet se passa dans un silence gênant puis voyant qu’elle avait l’air gentil mais un peu timide Luke décida d’entamer la conversation.
-Alors Columbia hein c’est vrai que c’est impressionnant, vous …
-Tu, s’il te plaît. On a pratiquement le même âge.
-C’est vrai donc j’allais te demander en quelle année tu es ?


-Troisième si tous se passe bien je devrais être diplômée l’année prochaine et toi ? Dans quelle branche est-ce que tu travailles ?
Demanda Amanda curieuse.
-Rien d’aussi prestigieux, je suis chef cuisinier dans un restaurant en ville. Il n’est pas très loin de ta fac d’ailleurs le Per Se.
-Chef dans un des restaurant les plus côtés de la ville aussi jeune, on ne doit vraiment pas avoir la même définition du mot prestigieux. Surtout si l’on prend en compte le fait que j’ai déjà fait brûler des pâtes,
rétorqua la blonde impressionnée. Elle avait déjà constaté le manque de confiance en elle de sa voisine et elle pouvait observer que c’était un trait de caractère que possédait aussi son frère. Décidément cet homme avait fait beaucoup de dégât chez tous ses enfants.


-C’est dingue comme vous vous ressemblez. J’ai tout essayé pour apprendre la cuisine à Tasha mais je crois que c’est une des rares choses dans laquelle elle n’excellera pas. Enfin vu l’étendue de ses compétences elle pourra donner des complexes à n’importe qui. C’est visiblement une autre chose que vous avez en commun. Columbia est une des plus grandes universités du pays, le niveau doit être extrêmement exigeant.
-Merci je suis flattée par la comparaison … C’est vrai qu’il y a beaucoup de travail mais une fois le rythme prit, on s’y fait. Pour la ville en revanche le changement a été plus brutal.


-Une fille de la campagne ?
Interrogea malicieusement le jeune homme en commençant à se détendre. Sans savoir pourquoi il n’avait pas envie de se cacher derrière son habituel masque de dur à cuire n’ayant peur de rien.
-Tout dépend comment tu qualifies une petite ferme du fin fond de l’Oklahoma mais oui on peut dire ça comme ça, blagua-t-elle. Ils étaient arrivés au comptoir et commandèrent leurs boissons puis ils s’assirent à une table légèrement à l’écart.
-Effectivement ça fait une sacrée transition.


-Je me rappelle quand j’ai emménagé il y a trois ans. Avec mes parents on était tellement contents que j’ai eu une bourse complète que l’on n’avait pas pensé à tous les aspects pratiques. Seulement quand on est arrivé en ville le choc a été violent. Dieu merci ta sœur était là. Sans elle je crois que j’aurais eu quelques ennuis.
-Toujours à aider les autres ça ne m’étonne pas vraiment,
conclut Luke tristement.

Il baissa la tête inquiet. Même si les médecins commençaient à retrouver espoir il savait que son état était encore précaire. En plus il se doutait que même si elle se réveillât elle subirait de plein fouet les conséquences psychologiques de ce qu’elle avait vécu. Pour ne rien arranger elle devrait probablement rester un moment à l’hôpital, faire de la rééducation et rester loin du travail de terrain pendant plusieurs mois ce qui ne lui plairait pas du tout.


-Tout va bien se passer. Je suis convaincue qu’elle ira bien, rassura Amanda après avoir suivi le cheminement de sa pensée. Elle était aussi inquiète pour son amie mais elle avait le pressentiment qu’elle se remettrait complètement de cette épreuve. Seulement ça prendrait du temps.
-Comment peux-tu en être aussi sûre ? Natasha est incroyablement forte je l’ai toujours su mais ce qu’elle vient de vivre c’est inhumain. Même si elle se réveille, ce que je commence enfin à croire possible, elle ne pourra pas juste faire comme si tout allait bien.


-Évidemment ça va être très dur mais je reste convaincu qu’elle ira bien. Comme tu l’as dit elle est forte. En plus de ça elle n’est pas seule. Elle nous a toi, moi, ton frère, ta grand-mère, son équipe. Ils tiennent énormément à elle c’est plus qu’évident. Tash’ a deux familles qui l’aiment et sur qui elle pourra se reposer en cas de besoin alors c’est peut-être un peu optimiste mais je reste persuadée que tout va s’arranger.
-J’aimerais bien avoir autant la foi enfin bon au moins on en a fini avec cet enfoiré.

-C’est vrai, je n’imagine toujours pas comment elle a trouvé la force de faire face à une armée après tous ce qu’elle avait vécu et dans son état.


-Elle a toujours été capable de faire des choses que l’on croirait impossible. Honnêtement je pense qu’elle s’est accrochée juste pour le tuer et s’assurer qu’il ne nous approcherait plus. Je ne pourrais jamais assez la remercier pour ça … Et maintenant je dois passer pour un monstre,
conclut-il après un long silence.


-Quoi ? Non pas du tout. J’ai eu la chance d’avoir des parents merveilleux alors je ne peux pas vraiment dire que je comprends mais de ce que je sais ça ne me paraît pas absurde et encore moins monstrueux, assura la jeune femme en se voulant bienveillante. Il était plutôt simple de comprendre que Ramon Zapata n’avait jamais été autre chose que leur bourreau ce n’était donc pas irrationnel de le vouloir mort. Il la regarda en souriant, touché par la sincérité et la gentillesse qu’il voyait. Luke n’avait jamais été habitué à ce que quelqu’un lui porte de l’attention de manière positive.

Les deux jeunes gens continuèrent à discuter pendant un moment. Puis ils décidèrent de retourner dans la chambre, surpris que le temps ait passé si vite. Au niveau de l’accueil ils tombèrent nez à nez avec Jane, Weller, Patterson, Reade et même Rich qui avaient décidé de rendre visite à leur amie après leur travail. Ils remontèrent tous en sachant qu’ils y retrouveraient Rosa mais aussi Javier et Karen qui venait également de terminer leur journée.

En arrivant au bon étage ils les virent tous à l’extérieur de la chambre l’air paniqué. Ils purent aussi apercevoir des médecins en train de s’afférer auprès de Zapata.
-Qu’est-ce qu’il se passe ? Il y a un problème ? Pourquoi tu ne m’as pas prévenue ?
Ça vient à peine d’arriver. On était au téléphone avec les enfants et d’un seul coup elle s’est mise à faire un bruit bizarre, comme si elle suffoquait et les machines se sont mises à sonner. Les docteurs ont accouru et nous on dit de sortir sans plus de détail, répondit sa belle-sœur angoissée.


 -Mais je croyais qu’elle allait mieux ? Demanda Jane inquiète.
-C’est peut-être le cas. Je me doute que vous aviez mieux à faire mais qu’est-ce qui était affiché sur les écrans exactement ? Commença Patterson avec une idée en tête. La médecine n’était pas son domaine habituel d’expertise mais elle avait fait suffisamment de recherche sur la biologie humaine pour avoir une hypothèse sur ce qu’il se passait.


-Je ne sais pas trop. Ses battements de cœur étaient beaucoup plus rapides.
-Et sa saturation en oxygène comment était-elle ?
-Patterson tu m’excuses mais là je ne vois pas vraiment où tu veux en venir. Qu’est-ce que sa saturation en oxygène a à voir là-dedans ? Et puis d’ailleurs qu’est-ce que c’est ?
Interrogea Kurt intrigué et complètement perdu.

-La saturation correspond au pourcentage d’oxygène dans le sang et votre amie a raison ; ça peut faire toute la différence. Vous avez vu juste l’état de l’agent Zapata n’a pas empiré c’est même le contraire, interrompit le médecin en sortant de la chambre qui semblait avoir retrouvé son calme. À cette annonce ils furent tous remplis d’un grand soulagement.
-Docteur est-ce que ça veut dire qu’elle va se réveiller ? Questionna Amanda. Elle avait quelques amies qui faisaient des études de médecine elle comprenait donc où ils voulaient en venir.


-Pour son réveil c’est encore difficile à dire. Le phénomène de tout à l’heure est dû au fait qu’elle a recommencé à respirer toute seule. Quand ses poumons ont recommencé à fonctionner sans assistance ils se sont retrouvés envahis d’un trop plein d’air. Son cœur a donc travaillé plus dur pour faire circuler le surplus. C’est pour ça qu’il s’est emballé et qu’elle s’est mise à suffoquer. Je sais que ça a dû vous faire peur et que vous devez avoir beaucoup de questions quant à la suite des évènements mais croyez-moi c’est très bon signe. Son état évolue et plus vite que ce que l’on peut estimer ce qui est une très bonne chose, expliqua le chirurgien de manière rassurante.
-D’accord merci pour tout, conclut Rosa en reprenant des couleurs après cette bonne nouvelle.

Ils retournèrent tous dans la chambre, un poids en moins sur la poitrine. Pour la première fois depuis l’enlèvement ils commençaient à retrouver espoir, l’espoir que leur amie allait se réveiller pour que leur famille soit enfin au complet.  

Version fanfiction.net : https://www.fanfiction.net/s/13215022/1/Disparue

Publicités

Remerciement

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, merci pour votre attention et j’espère que la lecture vous à plus. Si vous avez des remarques ou des suggestions rejoignez-nous sur les réseaux sociaux, envoyez un mail à l’adresse indiquée ou contactez-nous à travers le formulaire. C’est avec plaisir que je répondrais à toutes vos questions et que je dialoguerais avec vous dans le but de vous aider mais aussi de m’améliorer.

N’hésitez pas à vous abonnez-vous à mon blog

Cliquez pour recevoir directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception. Ainsi vous serez les premiers au courant de notre actualité, des histoires publiés mais aussi de nos dernières promotions et bons plans sur Etsy.

Laisser un commentaire

Recevez un cadeau dans votre boîte mail dans la semaine.

%d blogueurs aiment cette page :