Disparue : Fanfiction Blindspot (3) chapitre 11 et 12

Présentation

disparue

Titre : Disparue

Résumé :

Quand un membre de l’équipe chargé de travailler sur les tatouages disparaît l’équipe de l’agent Novak est chargée de l’enquête. Ses proches vont d’ailleurs en apprendre beaucoup sur leur collègue et sur leurs sentiments à son égard.  Situé pendant la saison 3 Blindspot et le final de la saison 1 de Gone.

Publicités

Histoire « Disparue »

Chapitre 11 

-Qu’est-ce que vous avez trouvé ? Demanda Franck curieux en regardant Kick.
-Agent Patterson c’est votre découverte, votre domaine d’expertise je vous laisse faire, exposa la blonde en jetant un coup d’œil à son mentor pour lui demander son accord. Il hocha la tête et l’informaticienne prit les commandes en affichant une série de photo et de documents sur l’écran de contrôle.

-En parlant de la vidéo nous sommes toutes venues à la conclusion que se sachant en danger Tasha s’était elle-même implanté un traceur GPS. Elle a dû se dire que comme ça on pourrait la retrouver en cas de problème. On se demandait pourquoi Keaton ne nous rappelait pas mais le fait est qu’il n’en a pas eu besoin pour nous transmettre ce qu’il savait.

En fouillant dans le dossier d’enquête j’ai trouvé un fichier encodé qui n’était absolument pas censé être là. En le décodant je suis tombée sur les photos de sa chambre prises par la scientifique. Plus précisément celles des albums photos qui avaient été sortis. Ce n’était effectivement pas un hasard s’ils étaient là surtout dans cet ordre. En regardant les dates de plus prêts on peut voir qu’elles ne correspondent pas au contenu.

Certaines séries de nombres ne sont même pas des dates. Le nom du fichier était « libellule » alors je suis allée sur les serveurs de la CIA à la recherche de plus d’information. C’est un projet sur la conception de nouveau traceurs GPS totalement indétectables à moins de connaître le numéro de série et un code de sécurité. On peut donc supposer qu’elle s’en est procuré un dès qu’elle a su pour la libération sur parole de votre père.


-C’est incroyable mais pourquoi est-ce que vous ne l’avez pas encore localisé ?
Demandèrent les membres de la famille Zapata intrigués mais aussi plein d’espoir. Le reste de l’équipe n’avait pas interrompu la jeune femme car ils connaissaient son mode de fonctionnement. Ils savaient donc que si elle n’était pas en train de manifester sa joie alors que c’était une excellente piste cela voulait dire que les choses étaient bien plus compliqués qu’il n’y paraissait.


-Le fait est que c’est que c’est un projet expérimental. D’après les résultats de l’étude on ne peut localiser le traceur que si l’on connaît la position du sujet dans un rayon de dix kilomètres. On a donc besoin de réduire le périmètre de recherche. Ce n’est qu’après cela que nous pourrons localiser Tasha avec précision sans que ses ravisseurs ne s’en rendent compte. Le second problème est que les nombres sur les albums photos ne représentent que le numéro de série. Nous ne possédons donc pas le code de sécurité servant à déverrouiller l’interface.

-Et merde, moi qui croyais que l’on allait enfin la sortir de là, marmonna Luke en commençant à s’énerver. Amanda, qui était juste à côté de lui, posa une main sur son épaule pour attirer son regard. La blonde se mit à parler avec une voix douce
-J’imagine que ça doit être extrêmement frustrant mais c’est déjà un très bon début. En plus si Tasha a réussi à nous transmettre tout ça ce n’est pas pour rien. Il y a forcément plus. Elle nous en a forcément donné plus. Il faut juste que l’on se calme et que l’on réfléchisse.


-C’est vrai désolé c’est juste que j’ai l’impression d’être inutile comme lorsque l’on était enfant et j’ai horreur de ça,
se confia-t-il soudainement plus calme. L’étudiante hocha la tête en signe de compréhension puis ils reprirent la discussion avec le reste du groupe.

-Pour le mot de passe elle a dû mettre quelque chose avec une signification personnel afin que l’on puisse le trouver mais en même temps suffisamment compliqué pour qu’il ne soit pas craquer par n’importe qui, supposa logiquement Bishop. Il n’était pas un crac en informatique comme James mais il connaissait suffisamment le comportement humain pour savoir que dans ce cas il y avait toujours une dimension personnelle.
-J’ai un algorithme qui pourra nous aider. Il faut juste que l’on réunisse le plus d’informations possibles, exposa Rich.


-Du genre ? Questionna Javier peu familier de ce genre de technologie.
-Relevés de cartes de crédits, adresses, historiques internet, dates d’anniversaires ou de moments particuliers, noms complets, lieux avec une signification. Enfin tous ceux qui pourrait avoir une importance pour elle mais que l’on n’aurait pas déjà dans nos fichiers, répondit Weller en essayant de garder son sérieux.

Depuis le début de l’enquête il essayait de ne pas se laisser envahir par les émotions pour rester au mieux de ses capacités et aider ses amis seulement c’était compliqué. Il connaissait Zapata depuis bientôt dix ans et même s’ils avaient eu leurs désaccords ils avaient toujours été très proches. Il l’avait vu évoluer pour passer d’une policière avec du potentiel mais un peu trop tête brulée à un agent de la CIA réfléchit et plus que compétent.

Elle avait vécu l’enfer depuis son enfance et ce qu’il trouvait le plus impressionnant en dehors du parcours réalisé était qu’elle avait réussi à rester la femme généreuse, attentionnée, drôle et compatissante qu’il avait rencontré. Kurt était honoré d’avoir pu observer cette évolution mais il était aussi terrifié car même s’ils la retrouvaient en vie Dieu seul pouvait savoir ce qu’elle avait encore subi. Malgré toute cette force Tasha pouvait avoir atteint son point de rupture et l’amie qu’ils connaissaient si bien pourrait avoir disparue pour toujours.


-Je m’occupe de compiler les données vous n’aurez qu’à lancer l’algorithme pendant que vous, agent Patterson, vous pourriez commencer à réduire le champ de recherche avec les autres, proposa James en s’adressant aux deux autres informaticiens.

-Ça me paraît parfait, acquiesça la blonde. Les deux hommes partirent à leur poste pendant que les autres restèrent effectuer leur mission dans l’open space.
-On pourrait commencer par établir la distance qu’ils ont pu parcourir à partir de leur de l’enlèvement et de celle de la vidéo. Amanda vous avez dit à la police qu’il était 4 h 20 du matin lorsqu’ils ont quitté l’appartement c’est bien ça ? Interrogea Bishop pour être sûr qu’ils ne partaient pas avec de fausses informations

-C’est à cette heure-là que j’ai entendu la porte claquée. L’ascenseur ne marche plus alors ils ont dû mettre au moins 5 bonnes minutes à descendre par l’escalier, confirma la jeune femme.

-Ok donc on va considérer qu’ils sont partis à 4 h 25. À cette heure-ci et dans cette partie de la ville on peut estimer que la vitesse moyenne est de 40 kilomètre par heure sur 30 kilomètre puis l’on passe à 70 kilomètres par heure dès que l’on quitte la ville. Si l’on présume qu’ils sont arrivés au lieu de détention au minimum 30 minute avant l’envoi de la vidéo soit à 12 h 30 ils ont pu rouler un maximum de six heures. Si l’on enlève les zones totalement inhabitables cela nous amène à une zone de près de 3000 kilomètre carrés c’est bien trop grand, constata Patterson de manière défaitiste.

Elle ne comptait pas abandonner bien au contraire seulement plus le temps passait plus l’inquiétude, la peur et la fatigue la rongeait. Tous ces sentiments négatifs devenaient très durs à contrôler.
-D’après la vidéo ils sont dans un entrepôt on peut donc supprimer toutes les zones résidentielles,


-Aussi sordide que ça sonne, je pense que l’on peut réduire le périmètre. Connaissant mon père il a pris son temps avec elle avant de nous envoyer la vidéo, exposa difficilement Javier. Ils savaient tous que leur amie était très probablement encore en train de se faire torturer et qu’elle l’avait été depuis le début de ce calvaire. Ils avaient vu la vidéo en entier et ils avaient bien perçu qu’elle avait l’air très faible dès le début. Seulement le dire à haute voix et de manière aussi directe faisait vraiment froid dans le dos.


-C’est vrai qu’elle avait l’air épuisée. Je pense que l’on peut au minimum retirer deux heures de trajet. Ce qui nous amènes à quatre heures de route et une zone de 1000 kilomètres carrés, ajouta Jane faiblement en rentrant les données dans l’ordinateur.
-Retire encore une heure dix. Il y a la durée de la vidéo et aussi le temps que ça a dû leur prendre pour l’envoyer de manière à ne pas se faire repérer. Le cryptage est sophistiqué même un excellent hackeur serait assez long.


-Très bien on avance. Vous pouvez aussi retirer les zones à forte activité commerciale et celles qui ont les mêmes propriétaires depuis plus de trois ans,
ajouta l’agent Novak en essayant de rester positif. Il connaissait l’importance du temps mais il voyait bien que même ses agents étaient plus affectés qu’à l’accoutumé.
-On tient le bon bout. Est-ce que votre père était affilié à un gang en particulier ? Interrogea Bishop.


-Je ne sais pas vraiment. À l’époque notre principal préoccupation n’était pas de savoir pour quel taré il avait choisi de travailler cette fois-ci. En revanche je sais que c’est les Trinitarios gérait le quartier et c’est toujours le cas d’ailleurs, exposa le plus âgé des frères. Ils avaient tous travaillé très dur et quitté ce quartier depuis longtemps malgré ça il avait encore des contacts avec certains de ses anciens amis qui avaient été obligé de rester.
-Oh non il n’aurait quand même pas fait ça, maugréa Luke.

-Quoi ? Demandèrent-ils tous intrigués.
-Je n’en suis pas sûr parce qu’on ne voit pas beaucoup de détails sur la vidéo mais j’ai peut-être une idée. Quand on était enfant on allait parfois sur les docks près de chez nous pour éviter de traîner avec les gangs. Parfois on y prenait quelques affaires et on allait se cacher là-bas pour le fuir. Une fois il nous y a retrouvé et on a pris une sacré dérouillée. Cet endroit est un vrai labyrinthe et sous la protection du gang alors c’est parfait pour se planquer. C’est précis à quel point votre truc ?


-S’il s’avère qu’elle y est bien, on pourra la localiser à 20 mètres près. Rich dis-moi que tu as quelque chose,
cria la blonde en se mettant frénétiquement à taper sur son clavier.
-Avec tous ce qu’on a les résultats devraient arriver d’ici 5,4,3,2,1 maintenant. C’est quoi tes coordonnées ? Demanda-t-il en retournant avec le groupe. Les deux informaticiens se mirent à travailler pendant ce qui parut comme un long moment. Cinq bonnes minutes plus tard le visage de Patterson s’illumina plein d’espoir.


-Vous aviez raisons. Ça y est, je sais où elle est.
-Ok on y va James tu restes ici diriger les opérations, vous aussi on vous préviendra dès qu’on aura récupéré votre sœur,
exposa Franck en s’adressant à la famille de Zapata puis à son technicien informatique.

Sans plus de bavardages ils sortirent tous de l’avion puis montèrent en voiture prêt à aller chercher leur disparue. Aucun d’eux ne savait ce qu’ils allaient trouver en rentrant dans cet entrepôt mais ils feraient tout pour la ramener avec eux. Rosa, Javier, Luke, Karen et Amanda les regardèrent partir en espérant de toutes leurs forces qu’ils n’arrivent pas trop tard.

Publicités

Chapitre 12

Le trajet qui menait à l’entrepôt fut très silencieux. Dans la première voiture se trouvait Frank, John, Kick ainsi que l’agent Kennedy qui avait appelé et briefés un équipe du SWAT et des secouristes. Dans la seconde voiture Weller, Patterson Jane et Reade étaient en train d’angoisser. Ils se posaient tous mille et une question, incapables d’arrêter de penser.

Évidemment ils étaient plus qu’heureux d’avoir localisé Tasha seulement au vue des informations aucun d’eux ne s’autorisait à relâcher la pression tant qu’ils n’en sauraient pas plus sur son état physique et mental.

Kurt était au volant. Le jeune père était déterminé à mettre fin à ce cauchemar et ramener leur amie à la maison peu importe ce qu’il devait faire pour que ça arrive.

Jane était dans le même état que son mari. En plus de cela elle ne pouvait s’empêcher de repenser aux confidences faites par l’hispanique quelques semaines plus tôt. Elle s’était déjà doutée que la jeune femme avait vécu des choses difficiles. Personne ne naissait avec une telle peur de s’engager, de s’ouvrir aux autres et d’avoir le cœur brisé. Ce n’était pas non plus naturel de toujours faire passer le bonheur des autres avant le sien, même lorsque l’on avait un grand cœur.

Patterson se promit de tout faire pour que sa meilleure amie se remette de cette horrible expérience rapidement, si tenté que ce soit possible. La blonde n’avait aucun mal à imaginer les dégâts dévastateurs que devait faire une telle enfance sur l’estime de soi mais elle ferait tous pour qu’elle comprenne enfin à quel point elle méritait d’être heureuse.

Reade, quant à lui, était complètement stoïque. Depuis qu’ils avaient appris que Tasha avait été kidnappé ainsi que tous ce qu’elle subissait il n’était plus capable de réfléchir correctement. Tous ce qu’il avait en tête c’était à quel point sa vie n’avait pas de sens sans elle à ses côtés. Lorsqu’ils ne s’étaient pas parlé pendant toute une année ça avait été dur seulement il savait qu’elle était là quelque part et qu’elle allait bien. Pour ne rien arranger, à cette époque, tout ce qui l’animait était la colère et la douleur qu’il avait ressenti lors de son départ. Aujourd’hui tout cela paraissait tellement dérisoire. Tout ce qu’il voulait c’était savoir qu’elle irait bien, la tenir dans ses bras et lui promettre qu’il ne laisserait plus rien de mal lui arriver.

Depuis le visionnage de la vidéo il n’arrêtait pas de revoir mentalement des images de sa coéquipière épuisée, pleine de sang, son corps tendu par la douleur. Il ne pouvait pas arrêter de penser à la possibilité qu’elle soit déjà morte. Personne ne pouvait supporter de telles horreurs indéfiniment.

-On est arrivé, interrompit Kurt. Ils descendirent tous de la voiture et rejoignirent le centre de commandement établit à une centaine de mètres des bâtiments. Ils devaient rester discret pour éviter les effusions de sang. Personne ne voulait prendre le risque que Tasha soit prise dans des tirs croisés.


-On va faire quatre équipes, chacune prenant une entrée. D’après le repérage par satellite il y aurait cinq personnes mais ils n’ont pas vu de mouvement. On approche le plus discrètement possible et on les neutralise en douceur. Une fois que le bâtiment sera sécurisé on appelle l’équipe médicale. Le seul et unique but est de ramener l’agent Zapata en vie compris ? Demanda Franck en s’adressant à tous les agents sur place. Ils acquiescèrent tous résolus puis allèrent s’équiper. Une fois leurs gilets par balle, oreillettes et fusils d’assauts à la main ils lancèrent l’opération.

Prudemment et sous les ordres de James les agents commencèrent à avancer. Dans une synchronisation parfaite ils rentrèrent dans l’entrepôt. Ils étaient prêts à faire face à plusieurs hommes armées mais l’endroit était étrangement très calme. Intrigués ils continuèrent leur route.

Au détour d’un couloir l’équipe tomba sur un homme d’une vingtaine d’année, hispanique et avec des tatouages de membre de gang. Weller, qui était en première ligne, s’apprêta à s’annoncer quand il se rendit compte qu’il titubait. En regardant de plus prêt il vit une blessure par balle. Quand l’homme s’évanoui il s’approcha et prit son pouls. Il se retourna vers ses amis et hocha la tête de manière négative.

-Tasha, s’exclamèrent-ils tous en souriant. Même s’ils devaient rester prudent c’était très bon signe. Seule elle avait pu faire ça et cela voulait dire qu’elle avait essayé de s’échapper. Peut-être même qu’elle avait réussi. Ils continuèrent leur chemin jusqu’à se retrouver dans la pièce principale. À la surprise générale ils trouvèrent trois autres membres des Trinitarios et leur deux suspects à terre. Ils avaient visiblement tous été abattus. Cependant il n’y avait aucune trace de leur coéquipière.

Quand ils virent ça Kurt, Jane, Patterson et Reade se mirent à paniquer. Si elle n’était pas là alors que le traceur le disait où pouvait être leur amie. Peut-être avaient-ils trouvé l’implant. Ils l’avaient retiré et après l’avoir torturé pendant des heures ils avaient fini tuer. Son corps avait été enterré dans un endroit où ils ne le retrouveraient jamais et cette tuerie n’était que le fruit du hasard. Ils pouvaient aussi l’avoir déplacé ou même vendu. Les possibilités étaient infinies et elles étaient plus terrifiantes les unes que les autres.


-Bordel Patterson tu as dit que c’était fiable votre truc mais elle est où ? Commença Reade en s’énervant. Sous le coup de la pression il frappa dans une conteneur.
-Hé calme-toi on est tous sur les nerfs ok ? J’ai examiné les documents c’est fiable. Le traceur est ici. Étant donné que je ne vois aucun moyen pour qu’ils l’aient trouvé ça veut dire qu’elle est quelque part dans un rayon de vingt mètres, répondit la blonde sur le même ton. Elle savait que cette colère n’était pas dirigée contre elle seulement elle était bien trop effrayée pour rester rationnelle.


-James les cinq personnes repérés par la vision thermique étaient des kidnappeurs. Ils sont tous morts mais il n’y a aucune trace de l’agent Zapata. Est-ce que tu vois quelques choses sur tes écrans ? Raconta Franck à son consultant à travers son oreillette.
-Non avec tous les agents présents les radars ne sont plus d’aucune utilité mais l’agent Patterson a raison le traceur est bel et bien là. J’ai téléchargé les plans c’est un vrai labyrinthe vous devez absolument continuer à fouiller.


-Bon tout le monde ratisse minutieusement la zone. On a une personne blessée disparue et on doit la trouver au plus vite,
cria-t-il pour mettre tout le monde au courant de la suite des opérations. Les agents se répartirent en petit groupe et quadrillèrent les entrepôts, ouvrirent les conteneurs présents et certains couvrirent mêmes les zones extérieurs.

Au bout de quelques minutes des policiers stationnés à l’extérieur se mirent à crier.
-On a un corps par ici.
À cette annonce ils se regardèrent tous terrifiés. Ce n’était pas possible elle ne pouvait pas être morte. Ils ne pouvaient pas l’avoir perdu.
-Oh mon Dieu, murmura Reade juste avant de lâcher tous ce qu’il tenait dans les mains.

Il se mit à courir précipitamment vers la silhouette immobile de sa meilleure amie suivit de près par ses collègues et deux secouristes. Les larmes lui montaient aux yeux dès qu’il arriva près d’elle. Tasha était dans un état qui laissait peu de doute sur ce qu’elle avait traversé. Elle portait son chemisier et son pantalon de la veille mais ils étaient déchirés, couvert de sang et sales. Des bleues et coupures couvraient sa peau. Ses yeux étaient clos et sa peau tellement pâle qu’il était facile de deviner qu’elle avait perdu beaucoup de sang. Sans réfléchir il s’écroula prêt d’elle et posa sa tête sur ses genoux. Ses longs cheveux bruns recouvraient sa tête. Il les repoussa délicatement et caressa les contours de son visages du bout des doigts.


-Tasha, Tasha, ne cessa-t-il de répéter en pleurant. Les ambulanciers arrivèrent et lui prirent ses constantes sans le faire bouger.
-Le pouls est très faible et filant mais il est bien là, confirma-t-il en essayant d’être rassurant. En réalité le médecin était très inquiet car au vue des premières constatation la situation était très préoccupante. Ils commencèrent à travailler pour stabiliser la jeune femme de manière à pouvoir la transporter à l’hôpital. Tout le monde priait pour ne pas être arrivée trop tard pour la sauver. Au bout d’un moment ils virent la jeune femme commencer à bouger. Elle ouvrit faiblement les yeux. Tasha toussa et respira difficilement.


-Hé vas-y doucement, souffla Edgar envahi par le soulagement.
-Reade ? Est-ce que je suis en train de rêver ? Demanda-t-elle la voix rauque. Son corps se détendit à son contact et elle baissa la garde pour la première fois depuis des heures. Si elle rêvait être dans les bras de son meilleur ami alors elle devait avoir fini au paradis.
-Non c’est bien réel. Tu es en sécurité maintenant tout est fini, répondit-il en souriant. La brune laissa échapper une larme qu’il s’empressa d’essuyer tendrement à l’aide de son pouce.


-Je les ai tous eu hein ? Il est mort ? Implora-t-elle cherchant une réponse positive.
-Oui ils le sont tous. Il ne pourra plus jamais te faire de mal.
-Je suis tellement désolée de vous avoir entraîné là-dedans.
-Ne t’excuse pas, on est une famille, on veille les uns sur les autres. Maintenant arrête de parler et garde tes forces ok. On verra tout ça plus tard.
-Je ne peux pas Reade ça fait mal,
répondit la jeune femme en continuant à pleurer.

Elle s’était battue pendant des heures pour rester en vie malgré l’enfer qu’elle subissait mais ça devenait tellement difficile. Avec le temps elle avait développé une grande résistance à la douleur mais là elle n’arrivait plus à lutter. Elle avait mal, tellement mal que s’en était insupportable. Elle se sentait faible et n’arrivait plus à respirer.


-Non Tasha reste avec moi, je sais que c’est dur mais tu dois t’accrocher. S’il te plaît reste avec moi, supplia le jeune homme complètement dévasté. Il voyait bien qu’elle était à bout de force. Les choses ne dépendaient pas d’elle ni de lui mais il ne pouvait pas supporter l’idée de la perdre. Son cœur s’accéléra quand il l’a vit fermer les yeux à nouveau.
-Je suis désolée je t’aime Reade, chuchota l’hispanique avant de perdre connaissance.

-Natasha, hurla Edgar en resserrant sa prise sur elle. Ses larmes redoublèrent de plus belles et il était en train de devenir fou. La douleur qui l’emportait était bien plus forte que tous ce qu’il avait connu. C’était comme s’il pouvait sentir chaque morceau de son cœur se briser à l’intérieur de son corps.


-Monsieur vous devez nous laissez travailler, expliqua l’ambulancier en essayant de s’approcher. Voyant que les paroles ne donneraient rien Kurt et l’agent Bishop prirent leur confrère par les épaules et le tirèrent en arrière pour qu’il rejoigne le groupe d’agent en train d’observer. Tous ne connaissaient pas personnellement la jeune femme mais ils étaient plus qu’ému par l’émotion qui se dégageait de la situation.

Weller était maintenant en train de fixer l’écran du défibrillateur portatif incapable de quitter des yeux les chiffres disant que le cœur de son amie ne battait plus. Jane s’était réfugiée dans les bras de son mari à la recherche de réconfort. Patterson était à leurs côtés, le regard vide et les larmes aux yeux. Elle prit doucement la main de Reade. Quand leurs regards se croisèrent ils furent écrasés par le poids du chagrin ambiant.


-On dégage.
Ils sursautèrent en entendant le son émit par l’appareil. Le corps de Tasha se souleva sous l’effet de la décharge électrique mais rien ne changea. Ses deux meilleures amies éclatèrent en sanglot.
 -On recommence, chargez à 200 … Dégagez


Le même son qui résonnait dans la tête de Reade encore et encore, sans jamais s’arrêter. Tous ce qui comptait c’était le bruit. Il voulait qu’il s’arrête. Il fallait qu’il s’arrête, que son cœur se remette à battre. Sa respiration s’accéléra et sa vue se brouilla.
-Encore … Dégagez.
Kick s’approcha de son coéquipier en observant la scène. Le jeune homme passa en bras autours de ses épaules et la regarda tristement. Ils ne devaient jamais prendre leurs affaires trop à cœur, pourtant c’était exactement ce qu’ils avaient tous fait. Ça ne pouvait pas finir comme ça, après tous ce qu’ils avaient fait, tous ce qu’elle avait enduré.


-Patron il n’y a plus rien à faire, exposa une des deux secouristes en parlant à son supérieur. En entendant ça les quatre amis devinrent livides. Reade s’écarta du groupe et se passa les mains sur le visage en respirant bruyamment. La panique qui montait en lui était sans précédent. Il s’agenouilla en commençant à hyperventiler.
-On ressaye une dernière fois, 5 milligramme d’épi, on charge à 250, ordonna le chef touché par la situation. Les deux secouristes répétèrent l’opération sous le regard attentif de tous les agents qui avait perdu espoir. Patterson, Jane et Weller était tous les trois agglutinés, incapables de tenir seuls. Edgar était à leurs pieds, assit par terre, la tête dans les genoux.

-Il y a un rythme, s’exclama-t-il sous le choc. C’était presque un miracle qu’un cœur aussi faible reparte après autant de temps. Ils se regardèrent tous le regard plein d’espoir. C’était inespéré, elle était encore en vie. Le directeur adjoint releva la tête faiblement. Il avait l’air hagard, complètement perdu dans ses pensées. Après ce cauchemar elle trouvait encore la force de se battre alors même qu’elle ne le pensait pas possible.
-Elle est très faible on doit l’emmener à l’hôpital le plus vite possible.
-Allez-y faites ce que vous avez à faire,
autorisa Franck en reprenant sa respiration.

Ils placèrent Tasha sur une civière, la mirent dans l’ambulance et partirent le plus vite possible en direction de l’hôpital le plus proche. L’équipe de l’agent Novak organisa la suite des opérations afin de clore l’affaire. Kurt se dirigea vers son ami et l’aida à se relever car il était encore très faible après sa crise de panique puis ils se dirigèrent vers leur voiture pour se rendre au chevet de leur collègue mais Jane fit tomber les clés de voiture en les sortant de sa poche tellement ses mains tremblaient. Kick s’empressa de les ramasser.
-Je vais vous emmener aucun de vous n’est en état de conduire.
-C’est une bonne idée,
remercia la jeune femme en souriant.

Ils montèrent tous les cinq dans la voiture en prirent la route à la fois soulagés d’avoir retrouvé leur amie mais aussi terrifié à l’idée de la perdre définitivement.

Version fanfiction.net : https://www.fanfiction.net/s/13215022/1/Disparue

Publicités

Remerciement

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, merci pour votre attention et j’espère que la lecture vous à plus. Si vous avez des remarques ou des suggestions rejoignez-nous sur les réseaux sociaux, envoyez un mail à l’adresse indiquée ou contactez-nous à travers le formulaire. C’est avec plaisir que je répondrais à toutes vos questions et que je dialoguerais avec vous dans le but de vous aider mais aussi de m’améliorer.

N’hésitez pas à vous abonnez-vous à mon blog

Cliquez pour recevoir directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception. Ainsi vous serez les premiers au courant de notre actualité, des histoires publiés mais aussi de nos dernières promotions et bons plans sur Etsy.

Laisser un commentaire

  • 1
  • 20
  • 23
  • 7
  • 4
  • 10
  • 15
  • 24
  • 5
  • 13
  • 6
  • 16
  • 18
  • 19
  • 22
  • 2
  • 17
  • 8
  • 3
  • 9
  • 21
  • 11
  • 12
  • 14

Recevez un cadeau dans votre boîte mail dans la semaine.

%d blogueurs aiment cette page :