Petite sœur : Fanfiction Blindspot (3) chapitre 9 à 12

Présentation

petite sœur

Résumé : Et si Reade avait une petite sœur adolescente ? Et si cette dernière se faisait enlever que ferait l’équipe ? Comment se passerait la rencontre entre sa famille et son équipe et quelles en seront les conséquences ?

Publicités

Histoire « Petite soeur »

Chapitre 9: L’interrogatoire du suspect.

Peter, Elizabeth, Edgar et Tasha arrivèrent au bureau seulement quelques minutes plus tard. Ils trouvèrent Weller pour avoir des détails au sujet de l’arrestation. 


-Bradford Douglas, 41 ans, c’est le bibliothécaire du lycée, un introverti avec une intelligence hors norme. Cependant il n’a jamais été reconnu pour ses capacités. Il correspond parfaitement au profil et quand son appartement a été fouillé lors de l’arrestation des photos des filles ont été trouvé. Il y avait également toutes les preuves qui le reliaient au harcèlement. Tout était là, mails, copies des lettres anonymes, reçus des cadeaux qu’il leur envoyait. On a toutes les preuves pour l’inculper mais il reste encore à lui faire avouer la localisation des filles car malheureusement Hannah et Tanya n’étaient pas chez lui, il les retient sûrement ailleurs avec l’aide d’un complice, annonça le sous-directeur.


-Est-ce qu’il a demandé un avocat ? S’enquit Zapata.
-Non il se croit bien trop intelligent pour en avoir besoin. Il pense pouvoir s’en sortir tout seul. Actuellement Jane et Patterson sont en train de l’interroger, répondit Kurt.
-Patterson ? Depuis quand elle interroge les suspects ? Questionna Reade surprit.


-On a inspecté le passé de Douglas. Son ex-femme ressemble trait pour trait à ses victimes mais avec 15 ans de plus. Patterson correspond au profil. Je n’étais pas d’accord mais elle a pensé que ça le déstabiliserait un peu et s’est portée volontaire. En soit-ce n’est pas une mauvaise idée mais comme elle n’a pas l’habitude d’être en contact avec les criminels j’ai envoyé Jane avec elle, au cas où. Pour l’instant je dois dire qu’elle se débrouille vraiment bien. De plus c’est quasiment la seule à avoir le même niveau intellectuel que notre homme, déclara Kurt.
-Et qu’est-ce qu’il a dit pour l’instant ? Interrogea Edgar.

-Elles sont en vies, gardés par un complice mais il ne veut pas nous dire où à moins …
-A moins que quoi ? S’empressa de demander le jeune home sur les nerfs.
-Il sait qu’Hannah est ta sœur. Il veut te voir, avertit le chef d’équipe.
-Très bien alors allons-y.
-Ce n’est pas une bonne idée Reade. Cet homme est un sociopathe et un manipulateur en repère. Il n’a plus rien à perdre alors il va tous simplement essayer de te faire craquer.


-Je peux garder la tête froide.
-Bien sûr que non tu ne peux pas, c’est ta sœur. Si j’étais à ta place et qu’il retenait une personne que j’aimais, je ne pourrais pas. Si c’était Sarah, Sawyer, Jane ou Bethany ça fait longtemps que j’aurais collé une balle dans la tête de cette enflure, avoua Weller.
-Je dois essayer Kurt. C’est notre seule piste, dit-il en se calmant.
-Je comprends c’est pour ça que je vais t’y autoriser quand même, rétorqua le plus vieux des deux hommes.

-Merci patron.
-A la seule et unique condition que tu n’y ailles pas seul. Tash’ tu l’accompagnes, ordonna-t-il à Zapata.
-Ça marche, déclarèrent les deux partenaires en se regardant.

Ils partirent donc en direction de la salle d’interrogatoire. Les parents d’Edgar ainsi que Kurt, Patterson et Jane se placèrent derrière la vitre sans teint pour observer et intervenir en cas de besoins. Habituellement les familles n’y étaient pas acceptées mais le directeur adjoint avait fait une exception pour celle de son ami surtout quand il a appris que Peter avait été dans la police.
-Vous êtes sûrs que mon fils va tenir le coup et ne pas lui mettre son poing dans la figure ? Demanda-t-il inquiet.

-Honnêtement ça m’étonnerait qu’il n’essaye pas. À sa place n’importe qui le ferait. Enfin en cas de problème Tasha saura gérer. Vu la situation et l’état dans lequel est Edgar c’est la seule à pouvoir le faire, répondit Weller.
-Ils ont l’air très proches, fit remarquer Elizabeth sans arrière-pensée, du moins au départ.
-Ils le sont, même si leur relation est vraiment compliquée. C’est pour ça que Kurt l’a envoyé avec lui, répondit Jane à la place de son petit ami qui avait dû répondre au téléphone de tout urgence.


-L’amour c’est toujours compliqué, déclara-t-elle.
-L’amour, alors vous avez remarqué ? Questionna Patterson surprise.
-En effet on a remarqué enfin je ne pense pas trop m’avancer en disant que c’est flagrant.
-Non vous ne vous avancez pas trop en fait tout le monde l’as vu en dehors d’eux deux, admirent Patterson et Jane.
-Forment-ils un bon duo ? Interrogea Peter.


-Oh que oui, ils sont vraiment excellents. Ils se complètent d’une manière incroyable mais en même temps ils réfléchissent pareils. Pour les avoir observées en intervention je peux vous dire que ces deux-là fonctionnent en parfaite harmonie. C’est presque déroutant. Enfin s’il y a deux personnes qui peuvent le faire parler c’est eux, affirma Patterson.
-Tant mieux car il faut vraiment qu’il nous dise où sont Hannah et sa camarade, confirma-t-il.


-D’une façon ou d’une autre on le saura très rapidement et quand ce sera le cas nous irons les chercher et nous vous ramènerons votre fille, assura Jane. Les deux parents remercièrent les jeunes femmes pour leur investissement, leur détermination et leur honnêteté puis ils se tournèrent tous vers l’écran de contrôle pour observer l’interrogatoire de l’homme qui avait fait tant de mal à toutes ses adolescentes.

Edgar et Tasha rentrèrent dans la salle d’interrogatoire et s’assirent en face du suspect. Zapata, comme convenu, resta en retrait prête à intervenir uniquement en cas de problème.
-Agent Reade, enfin vous voilà et avec de la compagnie en plus. Je n’en attendais pas tant, déclara Bradford de manière arrogante.
-Qu’est-ce que vous voulez ? Demanda le jeune homme en essayant de contenir sa colère.


-Vous n’avez rien que je peux vouloir. En revanche j’ai deux très jolies jeunes filles que vous aimeriez retrouver.
-Où sont-elles Douglas ? Vous exigiez de me voir pour nous donner la localisation de Tanya et d’Hannah. Je suis là alors, parlez.
-Vous êtes exactement tel que votre sœur vous a décrit. Je dois dire que votre agressivité ne me surprend pas. Elle n’a pas cessé de me dire que vous me feriez la peau. Hannah est plutôt une fille réaliste en général mais le fait qu’elle pense que vous allez la retrouver à temps, c’est assez naïf je dois dire. Je me serais bien occupé de son cas mais elle n’est pas trop mon style, je préfère Tanya. Malheureusement je n’ai pas eu le temps de terminer ce que j’avais commencé avec elle. Enfin pour une fois je laisserais à mon associé le plaisir de faire comme il l’entend avec ces demoiselles. Elles lui plaisent toutes les deux. Ah j’entends déjà leurs cris apeurés, Hannah suppliant que son grand frère adoré vienne la chercher. Jusqu’à ce qu’elle réalise que vous ne viendrez pas et qu’elle arrête de crier. C’est le moment qu’il préfère. Il aime quand elles sont soumises.

S’en fut trop pour l’agent, il perdit son sang-froid et plaqua le prisonnier contre le mur avec une main sur sa gorge pour lui couper la respiration.
-Espèce de sale petit …

-Reade lâche le, ordonna sa coéquipière en se plaçant à ses côtés et en posant une main sur son avant-bras pour capter son regard.
-Il détient ma sœur Tasha, il ne veut pas parler de lui-même. Très bien je vais m’en occuper.


-Non ne fait pas ça. C’est exactement ce qu’il veut. Reade regarde-moi. Cet homme est un sociopathe manipulateur. Il aime se jouer des gens et c’est exactement ce qu’il fait avec toi. On a la preuve qu’il n’a pas vu les filles depuis ce matin et Patterson est en train de retracer son parcours depuis l’enlèvement pour localiser sa planque. C’est Patterson elle trouvera. Elle trouve toujours. Ne le laisse pas gagner. Tu es meilleur que lui, tu es plus fort ça.

Edgar se tourna vers sa partenaire et plongea ses yeux dans les siens. Il se nourrit de sa force pour retrouver un semblant de paix. Le jeune homme relâcha sa prise et reposa le kidnappeur sur sa chaise.
-Sort, je vais m’en occuper ça vaut mieux, déclara Zapata.
-Es-tu sûre que ça va aller ?
Questionna-t-il hésitant.

-Certaine après tout on en a déjà eu des plus dures. Va rejoindre ta famille, lui dit-elle avec douceur. Reade suivit les conseille de son amie sachant que c’était la meilleure chose à faire. Effectivement Tasha avait connu bien pire, elle était donc tout à fait capable de le faire parler. Il retourna donc auprès de ses parents qui le serrèrent dans leur bras et ils continuèrent à écouter l’interrogatoire.
-Merci de l’avoir empêché de me frapper agent Zapata, poursuivit Bradford avec un sourire arrogant.


-Oh je l’aurais bien laissé faire mais je tiens bien trop à vous voir croupir en prison pour risquer un vice de procédure. Je le remplacerais avec plaisir mais on sait tous les deux que ce n’est pas comme ça que j’obtiendrais ce que je veux.
-Vous m’avez l’air de quelqu’un d’intelligent Tasha. Je peux vous appelez Tasha ? Dites-moi vous semblez beaucoup tenir à votre partenaire. À votre avis comment réagirait-il si Hannah mourait ? L’interrogea-t-il avec un faux air angélique.


-Certainement pas, c’est agent Zapata et je vous arrête tout de suite ce petit jeu ne marche pas avec moi, répondit-elle froidement.
-Vous faites preuve de bien plus de sang-froid que les précédents agents.
-Pas spécialement mais je connais bien les hommes de votre espèce. J’en ai côtoyé des tas depuis mon enfance. Vous vous croyez exceptionnel mais vous avez un profil classique : manipulateur, pervers, narcissique, orgueilleux et en mal de reconnaissance. Vous voulez le pouvoir et vous cherchez à l’obtenir par tous les moyens possibles. Le truc c’est qu’avec le temps je me suis blindée et j’ai appris à me défendre. C’est comme ça que je peux vous dire que votre arrogance et votre orgueil causeront votre perte.
Vous êtes jolie, visiblement intelligente et avec du cran. Vous n’êtes pas mon type mais je pourrais faire une exception. Un diamant au milieu de charbon ça mérite bien un écart

-Vous êtes un grand malade, vous le savez j’espère.
-Je n’aurais pas imaginé que vous me catégorisiez si vite. Je suis surpris, vous êtes surprenante. C’est une des choses que j’adore dans cette ville. Que ce soient les personnes ou les lieux tout est étonnant. Prenez l’Empire State Building, la Statue de la Liberté ou même Grounds Zéro. Ce sont des monuments très populaires de notre belle cité et pourtant peu connaissent la vraie histoire de ces lieux. C’est le cas pour beaucoup de chose. Les hommes s’arrêtent à la surface, ils ne vont pas plus loin que nécessaire. Par exemple tout le monde connaît le théorème de Pythagore mais peu savent qu’il n’est qu’en réalité qu’une minuscule partie de celui d’Al Kashi. Un brin de paille au milieu d’une meule de foin, un pétale de rose dans un champ de fleur ou de l’olivine dans du basalte. Tout n’est qu’une petite partie de quelque chose de bien plus grand. On ne considère jamais les choses dans leur ensemble agent Zapata et c’est une grosse erreur.


-Oh mais je ne vous catégorise pas c’est juste un fait, déclara Tasha. Le téléphone de la jeune femme vibra. Elle regarda donc ses messages et sourit sincèrement.
-Qu’est ce qui peut mettre un si joli sourire sur votre visage ? Demanda-t-il en essayant de cacher sa surprise.
-L’orgueil M. Douglas, je souris à l’orgueil. Enfin surtout au vôtre car c’est grâce à lui que nous avons localisé Tanya McPherson et Hannah Reade, répondit-elle en partant.
-Non c’est impossible vous mentez. Vous essayez de me manipuler je ne vous dirais pas où elles sont et elles finiront par mourir. Aucunes de vos techniques ne marchera, cria-t-il en vain.

Bradford Douglas se rassit en essayant de retrouver son calme et se dit que ce n’était pas possible. Il était bien trop intelligent pour que ces minables agents du FBI aient vu clair dans son jeu. Enfin ce qu’il ne savait pas c’est que le duo Zapata et Patterson lui avait joué un de leur tours et qu’à elles deux elles étaient invincibles. Grâce aux deux agentes l’équipe allait pouvoir organiser le sauvetage des deux adolescentes disparus.

Publicités

Chapitre 10: La mise en place.

-S’il te plaît dit moi que tu es sûre de ton coup et que je n’aurais pas à y retourner, implora Tasha en entrant dans le bureau de l’informaticienne suivit de Kurt, Jane et Reade. Les parents d’Edgar s’était rendu dans la salle d’attente destinée aux familles pour appeler les amis de leur fille et leur donner des nouvelles.


-J’en suis certaine. Elles sont dans le Bronx au croisement de la 17ᵉ et la 14ᵉ. Juste en face du lycée George Washington. L’appartement appartient à un certain Harry Andrews, un ancien camarade de classe de Bradford et un gros bras des Westies. De plus les images satellites montrent trois signatures thermiques à l’intérieur dont deux correspondent aux filles, assura Patterson.
-Comment tu as réussi à les retrouver à partir d’élucubrations sans aucun sens ? Demanda Reade.


-Comment tu as eu accès au satellite aussi rapidement ? Poursuivit Kurt. 
-Tu m’as donné carte blanche alors j’ai pris quelques libertés avec le pare-feu de La Défense. Qui soit dit en passant est loin d’être aussi infranchissable qu’ils le disent. Enfin bref ces élucubrations comme tu dis étaient loin d’être dénuées de sens. Quand Tasha s’est mis à parler d’orgueil j’ai compris qu’elle allait essayer de le faire parler un maximum sans l’attaquer frontalement.
-J’étais sûre qu’il me donnerait des indices de manière indirecte. Il se croit plus malin que tout le monde alors il n’aurait pas résisté à l’envie de nous narguer.


-Du coup à partir des lieux qu’il nous a énoncés j’ai calculé un périmètre approximatif à l’aide du théorème d’Al Kashi puis j’ai réduit la zone à l’aide d’une catégorisation mathématique en fonction des indices suivants, termina Patterson.
-Vous êtes toutes les deux à la fois incroyables et carrément flippantes. Enfin comment ça se présente ? L’interrogea Weller. 
-L’équipe de surveillance a fait un repérage en nous attendant. Il est seul mais lourdement armé et d’après son casier judiciaire ce n’est pas un enfant de chœur alors pour intervenir sans faire de dégât il va falloir la jouer de manière subtile, annonça la blonde.


-D’après nos informations c’est un dealer qui aime les jolies filles. Tasha et Jane vous irez en tant qu’acheteuses. Évidemment vous porterez des micros et des caméras. Une fois à l’intérieur vous essayez de lui faire baisser la garde et vous repérez les filles. Quand c’est fait soit vous le maîtrisez seules, soit vous donnez le signal et on intervient. Reade je me doute que tu veuilles faire partit de l’équipe d’extraction mais je ne peux pas autoriser ça. Tu restes au bureau avec tes parents et on vous préviendra une fois l’opération fini, déclara Weller.

-De toute façon je suppose que je n’ai pas le choix, se résigna-t-il. 
-Non en effet, Patterson gèrera tout d’ici. Elle vous donnera des nouvelles en temps réel. Si tout est clair allez prévenir tes parents et préparez-vous, ordonna le directeur adjoint. Tous partirent à leur poste mais juste avant de partir Kurt héla son ami pour le rassurer.
-Je ne pouvais pas t’autoriser à venir pour des raisons que tu connais mais je te promets que l’on va libérer ta sœur, lui assure-t-il.


-Je sais. J’ai une entière confiance en vous et puis on a mené avec succès des opérations bien plus périlleuses que ça. Seulement j’aurais quand même voulu être là, avoua Edgar.
-C’est normal, je comprends. Encore une fois si c’était Sarah au lieu d’Hannah je serais dans le même état que toi.
-Ce sont nos petites sœurs, rétorqua Reade. Les deux hommes se regardèrent d’un air entendu et Kurt parti se préparer pendant que Reade rejoignait ses parents qui étaient déjà avec Jane, Tasha et Patterson. 

-Vous êtes sûres que ce sont bien Hannah et Tanya dans cet appartement ? Demanda Peter
-Certaines, une équipe de surveillance les a identifiées, déclarèrent les trois jeunes femmes.
-Comment allez-vous procéder ? Continua-t-il.


-Il est armé alors pour éviter une fusillade Jane et moi allons-nous faire passer pour des fêtardes voulant lui acheter de la marchandise. Une fois à l’intérieur on récupère les filles et soit nous le neutralisons seules soit on appelle une équipe d’intervention qui sera juste à côté en renfort, répondit l’hispanique.
-N’est-ce pas dangereux ? Interrogea Elizabeth.
-Il y a un risque comme dans chaque opération mais ça reste relativement sans danger. En plus on a déjà fait bien plus risquer. Tasha et Jane feront ça très bien, rétorqua Reade à la place de sa partenaire.


-Merci, répondirent les deux jeunes femmes en lui souriant touchés par la confiance qu’il leur accordait.
-Je coordonnerai les équipes d’ici alors je vous transmettrai les informations quasiment en temps réel, poursuivit Patterson.
-Je suppose que tu ne peux pas y aller avec eux, dit le père de Reade à son fils. Une fois l’opération expliquée dans les détails les trois agentes partirent à leurs postes.
-Tasha, interpella discrètement Edgar juste avant qu’elle ne sorte de la pièce. Il se positionna près d’elle, très près, plongea ses yeux dans les siens et lui prit la main.


-On va te ramener ta sœur Ed’, l’interrompit-elle troublée par la douceur de ce contact. Elle était également perturbée par le plaisir qu’il lui procurait. 
-Je sais … Je … Je voulais juste te remercier … pour tout. Sans toi je n’aurais jamais tenu, avoua-t-il ému.
-Si, tu l’aurais fait. Tu es bien plus fort que tu ne le penses. Puis c’est à ça que servent les coéquipiers non ? Je serais toujours là pour toi, quoi qu’il arrive, répondit-elle extrêmement touchée.
-Et moi pour toi, ajouta Reade.
-Je sais, confirma la brune comme si c’était une évidence.


-Fais attention à toi d’accord, lui demanda-t-il avec une lueur d’inquiétude dans les yeux.
-Toujours partenaire, répondit Zapata. Elle posa sa main sur son épaule, lui sourit tendrement et partit se préparer avec les autres. Le jeune homme retourna auprès de ses parents chamboulé par l’intensité du moment qu’il venait de vivre avec sa partenaire et inquiet pour sa petite sœur. En soit c’était une opération assez classique et tous les agents étaient plus que qualifier mais il ne pouvait pas s’empêcher d’angoisser pour deux des personnes les plus importantes de sa vie.
-Ça va bien se passer, déclara Peter en essayant de rassurer tout le monde, lui y comprit.


-J’en suis persuadé et j’ai une confiance totale en mon équipe mais je ne peux pas m’empêcher d’avoir peur pour Hannah et aussi pour Tasha. Elle sera en première ligne, avoua-t-il à son père.
-C’est normal, c’est ce qu’on appelle l’amour fils. Qu’il soit fraternel ou romantique c’est bel et bien de l’amour.

Les trois membres de la famille Reade s’assirent et se prirent les mains en signe de soutien. Tous attendant d’avoir des nouvelles de leur bien aimé Hannah et de sa camarade car ils étaient également inquiets pour la deuxième jeune fille prise au piège.

Publicités

Chapitre 11: Le sauvetage.

Tous les agents étaient en place, prêts à couvrir les arrières des deux jeunes femmes parties sauver les adolescentes. Tasha et Jane, qui s’étaient habillées et maquillées de manières festives pour paraître crédibles, étaient actuellement en train de rentrer dans l’immeuble du suspect et de frapper à la porte d’entrée. 

-C’est pourquoi ? Demanda sèchement le suspect en entrouvrant la porte. Il se radoucit en voyant deux jolies filles juste devant chez lui.
-Voilà on va faire la fête avec quelques amies et on aurait envie d’un petit quelque chose pour s’amuser. Une connaissance nous a dit de venir te voir si on avait besoin de marchandise, répondit Tasha aguicheuse. Il regarda Jane qui lui fit les yeux doux puis craqua.


-Oh mais j’ai tous ce qu’il faut pour vous mes jolies. Entrez, leur dit-il en ouvrant la porte, souriant. En entrant Tasha et Jane purent observer l’appartement plus en détail. Il possédait un minuscule salon avec une cuisine dont l’évier était rempli de vaisselle sale. Les bouteilles de bières vides et diverses drogues étaient éparpillées dans la pièce. Les agentes purent également voir trois armes de gros calibres. Une atmosphère glauque régnait et l’odeur ambiante était plus que désagréable. Jane repéra trois portes, les deux premières étant entrouvertes elle en déduit que c’était derrière la troisième que devait se cacher les adolescentes. La jeune femme tourna la tête et regarda sa coéquipière du jour d’un air entendue. Ce n’était pas la première fois qu’elles s’infiltraient toutes les deux alors en un regard elles comprirent comment s’organiser.


-Alors qu’est-ce que je peux offrir à deux ravissantes demoiselles comme vous ? Leur demanda-t-il avec un écœurant regard vicieux.
-Surprend nous, répondit Zapata en rentrant dans son jeu. 
-Hum envie de s’amuser. Ça me plaît. Pour des joueuses comme vous j’ai quelques spécialités maisons mais pour ça il va falloir que vous me suiviez, leur annonça-t-il en leur montrant sa chambre.


-Très bien dans ce cas-là je vais m’en occuper pendant que mon amie attend ici. Personnellement je préfère tester en solitaire, rétorqua Jane en usant de ses charmes pour faire céder leur homme et donner à sa collègue l’occasion de trouver Hannah et Tanya. 
-C’est comme tu le sens ma beauté, accorda le dealer subjugué par la jeune tatouée. Ils partirent dans la chambre du propriétaire. Dès que la porte fut fermée Tasha se précipita discrètement dans l’autre pièce du studio. 

Elle y vit les deux disparues. Hannah avait l’air d’aller bien en dehors de quelques bleues. En revanche Tanya était blessée à la jambe et malgré un garrot de fortune le sang continuait de couler. Les deux jeunes filles la regardèrent, apeurées et incertaines. L’hispanique s’approcha doucement d’elles et chuchota pour ne pas qu’Andrews l’entende.
-Ne vous inquiétez pas je suis là pour vous aider. Je suis l’agent spécial Zapata. Moi et ma collègue nous sommes du FBI. On va vous sortir de là.


-Pourquoi est-ce qu’on vous croirait ? Vous pourriez être avec lui et faire semblant de vouloir nous aider pour nous emmener dans un endroit encore plus sordide que celui-ci, répondit la jeune Reade méfiante.
-Je suis une amie de ton frère. C’est lui qui m’envoie, rétorqua la brune compréhensive.
-C’est vrai ? L’interrogèrent faiblement les deux filles terrorisées. La policière voyait bien qu’elles avaient envie de la croire mais qu’elles avaient néanmoins besoin d’une preuve.


-Quand tu étais petite il t’appelait Lucky Luke car d’après lui tu pensais plus vite que ton ombre, poursuivit l’hispanique.
-Merci mon Dieu il a compris le message, lâcha-t-elle en prenant Tasha dans ses bras, plus soulagée que jamais.
-On va sortir d’ici ? Questionna faiblement Tanya.
-Oui vous allez sortir d’ici mais il va falloir être discrète et agir quand je vous le dirais, affirma l’agent du FBI.
-Moi je peux bouger normalement mais je ne suis pas sûre que ce soit son cas. Elle est mal en point. Il va lui falloir un médecin rapidement, continua Hannah.


-Depuis combien de temps est-elle comme ça ?
-Je dirais environ cinq heures. Tanya a essayé de l’assommer mais ça n’a pas marché et il l’a frappé plusieurs fois avant de terminer avec un tesson de bouteille. J’ai essayé d’arrêter l’hémorragie mais ça s’est remis à saigner depuis environ vingt minutes et je pense qu’elle a dû développer une infection car elle a de la fièvre, annonça la jeune fille inquiète pour celle qui était devenu son amie.
-Très bien alors on va procéder autrement. Jane, appela Zapata discrètement dans son oreillette.

Seulement elle n’entendit aucun bruit et une porte claqua dans son dos.
-Mais que vous faites ici ? Vous êtes des flics c’est ça. J’aurais vraiment du m’en douter, cria l’homme énervé. Il prit un couteau et lui bloqua l’accès à la porte. Comprenant qu’elle était démasquée Tasha essaya de le distraire en attendant des renforts.
-Je suis du FBI et les renforts ne sont pas loin alors vous feriez mieux de poser ça et de vous rendre.


-Brad a installé des brouilleurs autour de l’appartement alors ils ne t’entendront pas et ta copine est enfermée dans le placard attendant que je lui fasse sa fête, avoua Harry en se dirigeant vers elle l’air menaçant. La jeune femme comprit qu’il faudrait un peu de temps avant que Jane arrive à sortir et au moins autant pour que l’équipe comprenne qu’il y avait un problème et interviennent. Elle était seule. L’homme se jeta sur elle dans l’intention de la neutraliser mais il ne s’attendait pas à ce qu’elle réplique avec autant de technique.


-Écartez-vous, cria-t-elle aux jeunes filles avant d’esquiver un coup de poing. Les adolescentes obéirent en regardant le combat terrifié. Ils se bâtèrent violemment pendant plusieurs minutes puis Tasha se prit un crochet du droit dans la mâchoire et se retrouva projetée sur le lit. Il se jeta sur elle mais la jeune femme roula sur le côté juste à temps en lui faisant un croche-pied. Son assaillant lui envoya un coup de genou dans l’estomac et récupéra le couteau mais elle lui fit une clé de bras et attrapa l’arme. L’homme recula de surprise et se fit assommer par Jane qui en entendant le bruit avait littéralement défoncé la porte.

-Il était temps, déclara l’hispanique en souriant légèrement essoufflée.
-La porte était un peu récalcitrante, continua son amie le sourire aux lèvres. La jeune tatouée attacha le suspect et les policières se dirigèrent vers Hannah et Tanya. Elles leur tendirent les mains pour les aider à se relever et soutinrent la blessé qui était mal en point.
-Jane, Tasha, les appela Kurt.


-Par ici. On a besoin d’une ambulance, Tanya est blessée, répondit-elle à son petit ami. Des agents accoururent. Pendant que l’équipe s’occupa d’arrêter Harry Andrews, le policier vint à la rencontre de ses collègues et souleva la jeune fille dans ses bras.
-L’ambulance est en bas. Ils vont l’emmener à l’hôpital, déclara-t-il.
-Je veux l’accompagner, s’empressa de dire Hannah. Weller la regarda en s’apprêtant à refuser.


-Je peux y aller avec elles. De toute façon elle doit être examiné pour les contrôles de routine, anticipa Zapata touchée par la loyauté de la jeune fille.
-Allez-y. Je vais dire à Reade et ses parents de vous rejoindre là-bas, se résigna-t-il sachant qu’il n’avait aucune chance contre sa collègue quand elle était aussi déterminée. 

Les trois jeunes femmes montèrent donc dans l’ambulance et partirent en direction de l’hôpital. Pendant le trajet Hannah fondit en larme. 
-Hé ça va aller ? Demanda Tasha inquiète. Elle s’approcha doucement de l’adolescente et lui frotta le dos pour essayer de la calmer. 
-Oui c’est juste que j’aie eu tellement peur. J’ai cru que je ne reverrais jamais mes parents, mon frère et mes amies. Je savais qu’Edgar ferait tout pour me retrouver mais ce type était tellement imprévisible. J’ai cru qu’il allait.


La jeune fille sanglotait de plus en plus fort. Zapata passa un bras sur ses épaules et l’amena vers elle pour la consoler. 
-Aller respire. C’est fini maintenant. On les a arrêtés tous les deux et ils ne feront plus jamais de mal, annonça la brune en faisant tous ce qu’elle pouvait pour l’apaiser. 
-Vraiment ? S’enquit l’afro américaine en se calmant un peu. 
-Vraiment. Hannah, il y a une question que je dois te poser. Est-ce qu’un de ces hommes vous a fait du mal ? Questionna la brune difficilement. 


-Si la question c’est « Est-ce qu’il nous a violé ? » la réponse et non. Il l’aurait probablement fait si vous n’étiez pas arrivé mais il n’en a pas eu le temps, répondit l’adolescente soulagée. 
-Ça va aller d’accord. Tanya va s’en sortir et vous avez toutes les deux rentrer chez vous, affirma Tasha. 
-Vous croyez ? Mais comment on va pouvoir reprendre nos vies comme si rien ne s’était passé ? Et Carole, Emily, Emerson et Kamran comment vont-elles pouvoir s’en sortir ? L’interrogea Hannah.


-Tu ne peux pas faire comme si rien ne s’était passé. Ce type d’événement ça te change à jamais. Tu grandis et tu t’endurcis mais ça ne veut pas dire que tu ne peux pas être heureuse, loin de là, affirma la policière. 
-Comment vous pouvez en être si sûre ? Je veux dire moi ça ira avec le temps et puis je peux compter sur ma famille mais Tanya elle n’a personne, déclara Hannah. 
-Avec le temps j’ai appris que rien n’était impossible et puis tu es là pour elle non ?
-C’est vrai, admit-elle. 

Elles arrivèrent à l’hôpital puis Tanya fut emmenée au bloc après que le médecin ait confirmé qu’elle allait s’en sortir. La sœur de Reade fut emmenée par une infirmière pour être examinée. Zapata la regarda partir en se disant que la jeune fille était incroyablement forte. Elle avait été heureuse d’apprendre qu’elles n’avaient pas été abusées. Ça aurait détruit ces pauvres filles et personne ne peut complètement se remettre d’une chose pareille. Elle le savait par expérience.

Publicités

Chapitre 12: L’hôpital.

Edgar et ses parents arrivèrent à l’hôpital vingt minutes après les trois femmes. Ils se rendirent immédiatement à l’accueil pour avoir un numéro de chambre puis ils retrouvèrent Zapata dans la salle d’attente juste devant. Quand Reade la vie saine et sauve, il ressentit un extrême soulagement. Le jeune homme avait été tellement heureux quand il avait appris qu’Hannah était indemne.

Seulement quand Patterson lui a raconté que sa coéquipière avait été malmené par leur suspect son cœur s’était serré tellement fort qu’il avait failli en être malade. Sans un mot il se dirigea vers la jolie brune et l’enlaça tendrement. D’abord surprise elle se laissa aller et profita du moment. Il avait placé ses mains dans le dos de son amie et sa tête au creux de son cou.

Ainsi il pouvait respirer son parfum et caresser ses cheveux. L’hispanique avait les bras autours de son cou et sa tête contre son torse. Le souffle de son partenaire contre sa peau lui procurait de doux frisson le long de la colonne vertébrale. En quelques secondes ils étaient rentrés dans un monde de douceur et de volupté qui apaisait toutes leurs angoisses et leurs peurs. Les deux amis restèrent dans leur bulle pendant plusieurs minutes sous le regard attendri de Peter et Elizabeth. 

-Comment vont les filles ? Interrogea Edgar en s’écartant.
-Hannah va bien. Elle est choquée et déshydratée mais ça va. Le médecin a décidé de la garder pour la nuit par précaution. Elle m’a assuré qu’aucune d’elles n’avaient été abusé et je ne pense pas qu’elle mente. En revanche Tanya est un peu plus amochée. Elle a été tabassée et a une lacération profonde au niveau de la jambe. Les médecins disent qu’elle s’en sortira mais ils restent prudents car elle a développé une infection. Le docteur Cahill était là à notre arrivée et ta sœur est en train de lui parler. 


-Et toi tu vas bien ? Demanda Reade inquiet. Ça l’avait rendu fou de ne pas savoir comment elle allait. 
-Absolument, en dehors de quelques bleues et cette entaille tout va bien, déclara Zapata en montrant sa main bandée. Elle avait gagné cette blessure en récupérant le couteau de son agresseur. 
-Combien de point ?
-Aucun, le médecin a dit que c’était superficiel.


-Tant mieux alors, répondit le jeune homme soulagé. 
-Hannah est prête à vous voir. Elle aimerait aussi que vous veniez agent Zapata, déclara la psychologue en sortant de la pièce. Les quatre adultes entrèrent et purent voir l’adolescente sur son lit d’hôpital. 
-Oh ma chérie, souffla la mère de famille en serrant sa fille dans ses bras.


-Maman, pleura l’adolescente. Ils s’étreignirent pendant de longues minutes pendant que Tasha et le docteur Cahill les regardaient faire, touchées par ses retrouvailles. 
-Vous avez fait beaucoup pour toute cette famille, annonça le médecin à la jeune femme. 
-Je n’ai rien fait de plus que mon travail, répondit-elle. 
-C’est faux et vous le savez.

La policière sourit sachant que son interlocutrice avait raison. Elle s’était impliquée personnellement dans cette affaire pour bien des raisons. Ses sentiments pour Reade et son passé avaient fait que cette enquête l’avait beaucoup touché.
-Je savais que tu me retrouverais, avoua Hannah à son frère. 


-Je n’aurais jamais abandonné mais tu sais je n’étais pas tout seul. J’ai reçu un sacré coup de main, poursuivit Edgar. 
-J’ai cru comprendre d’ailleurs je voulais vous remercier comme il se doit agent Zapata. Avec vos collègues vous nous avez sauvées.
-Il n’y a pas de quoi. C’est tout à fait normal, répondit-elle.
-Ne soit pas modeste tout ça c’est grâce à l’équipe, grâce à toi, rétorqua immédiatement Edgar. La jeune femme sourit et baissa la tête en rougissant.


-Oui c’est vrai sans vous tous Hannah ne serait peut-être pas saine et sauve. En parlant d’aide nous avons également reçu celle de tes amis. Ils étaient extrêmement inquiets pour toi, avoua Peter.
-Vraiment ? Demanda l’adolescente surprise.
-Vraiment, d’ailleurs on te doit des excuses pour ne pas les avoirs accepté plus tôt. Ce sont des personnes incroyables, admit Elizabeth.
-Nous les avons tenus au courant et dès que tu seras prête ils seront ravis de venir te voir, ajouta le mari.


-Ça me touche et je leur enverrais un message demain matin pour les remercier et leur donner des nouvelles. Je suis un peu fatiguée ce soir.
-C’est normal après ce que tu as vécu, encouragea sa mère compréhensive.
-Je vais vous laisser. Hannah je suis ravie que tu ailles bien et surtout si tu as besoin de parler n’hésite pas à venir à l’association. Mon bureau te sera ouvert, déclara la psychologue.
-Merci docteur Cahill, répondit la famille Reade.

-Je vais en faire de même. Weller attend mon rapport et la journée été longue, annonça Tasha.
-Votre équipe est là ? Questionna Hannah.
-Oui ils sont dans le hall. Kurt a insisté pour que Jane se fasse examiner par un médecin même si elle va parfaitement bien et Patterson est venu pour prendre des nouvelles, répondit la brune.
-Vous pourriez leur demander de venir ? J’aimerais les remercier dès maintenant.

-Bien sûr, acquiesça Zapata avant d’aller prévenir ses amis. Quelques minutes plus tard elle revint en leur compagnie.
-D’après ce que m’a dit mon frère grâce à vous que Tanya et moi on s’en ait sorti. Je sais aussi que cette équipe est comme une deuxième famille pour lui. C’est en partie grâce à vous qu’il nous revient entier malgré les dangers de votre métier alors merci.


-Comme vous l’avez dit nous sommes une famille alors c’est tout à fait normal. Dans tous les cas nous sommes ravis de voir que vous allez bien, déclara Kurt. 
-S’il vous plaît tutoyez-moi parce que là j’ai franchement l’impression d’avoir 250 ans, rétorqua l’adolescente. Tout le monde rit devant cette spontanéité. Même si l’enlèvement l’avait beaucoup affecté la jeune fille avait l’air assez forte et suffisamment entourée pour s’en remettre complètement et assez rapidement. Ils continuèrent à discuter pendant plusieurs minutes quand Hannah posa une question qui l’obsédait.


-Frangin je peux te demander comment tu as décodé mes carnets ?
-En faite ce n’est pas moi qui l’aie fait mais Patterson avec l’aide de Tyler, Emily, Ivy, Nathan, Elena et Marina.
-Je suis impressionnée. Ed’ m’a dit que vous étiez doué mais à ce point. Ça m’a pris du temps de mettre au point un tel système.
-J’imagine, ce codage est absolument incroyable. Je suis vraiment stupéfaite.

Elles se mirent à parler informatique et Tasha se joignis à elles. Les trois jeunes femmes partirent dans une grande discussion ce qui fit le plus grand bien à Hannah. C’était un domaine qu’elle connaissait et qui la faisait se sentir en sécurité.

De plus ça avait bien fait rire l’équipe. Edgar ne put s’empêcher de faire une remarque sur le fait que sa sœur et ses amies étaient vraiment faites pour s’entendre. Quelques minutes plus tard la jeune fille se mit à bailler et tout le monde en conclu que la jeune femme avait besoin de repos.

L’équipe parti régler les dernières formalités dans l’intention de tous rentrer chez eux. Elizabeth et Peter décidèrent de rester auprès de leur enfant pour la nuit mais l’adolescente avait bien vu que son frère était à bout de nerf. Elle essaya de le convaincre de rentrer chez lui.

-Tu devrais rentrer aussi tu as l’air encore plus fatigué que moi, déclara-t-elle.
-Tu es sûre ?
-Certaine je suis entre de bonnes mains avec papa et maman. De plus je vais probablement passer les dix prochaines heures à dormir comme une marmotte alors tu ferais mieux de rentrer chez toi, manger un morceau, prendre une douche et dormir. Sans blague tu as vraiment l’air mal en point.


-C’est gentil sœurette je te remercie du compliment, répondit-il en riant.
-Aller files maintenant. J’ai envie de dormir et toi tu en as besoin, ordonna Hannah avec humour.
-Ça marche. Hannah est-ce que tu te sens bien ? Ne put s’empêcher de l’interroger Reade inquiet.


-Je m’en remettrais ne t’inquiète pas, rétorqua-t-elle en souriant faiblement. Elle n’allait pas aussi bien qu’elle le disait mais la jeune femme avait besoin d’être un peu seule pour faire le point. Puis elle était vraiment inquiète car il avait l’air au trente-sixième dessous. L’adolescente sourie quand elle vit Edgar parler avec sa coéquipière à travers la fenêtre de sa chambre. Elle était heureuse de voir qu’il n’était pas seul et qu’il avait quelqu’un de bien sûr qui compter.

-Je te raccompagne, proposa le policier à sa partenaire quand il la rencontra à l’accueil de l’hôpital en train de signer ses papiers de sortis.
-Tu n’es pas obligé, répondit-elle touchée.
-Ça serait avec plaisir, continua le jeune homme en voulant réellement prendre soin de son amie.
-Dans ce cas, sourie-t-elle. Il lui fit signe de le suivre puis posa une main dans le bas de son dos. Ils se rendirent à la voiture du jeune homme plus proche que jamais en se disant que les choses étaient vraiment en train de changer.

Publicités

Version fanfiction.net : https://www.fanfiction.net/s/12635399/1/Petite-s%C5%93ur

Remerciement

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, merci pour votre attention et j’espère que la lecture vous à plus. Si vous avez des remarques ou des suggestions rejoignez-nous sur les réseaux sociaux, envoyez un mail à l’adresse indiquée ou contactez-nous à travers le formulaire. C’est avec plaisir que je répondrais à toutes vos questions et que je dialoguerais avec vous dans le but de vous aider mais aussi de m’améliorer.

N’hésitez pas à vous abonnez-vous à mon blog

Cliquez pour recevoir directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception. Ainsi vous serez les premiers au courant de notre actualité, des histoires publiés mais aussi de nos dernières promotions et bons plans sur Etsy.

Laisser un commentaire

Recevez un cadeau dans votre boîte mail dans la semaine.

%d blogueurs aiment cette page :