Petite sœur : Fanfiction Blindspot (3) chapitre 1 à 4

Présentation

petite sœur

Résumé : Et si Reade avait une petite sœur adolescente ? Et si cette dernière se faisait enlever que ferait l’équipe ? Comment se passerait la rencontre entre sa famille et son équipe et quelles en seront les conséquences ?

Publicités

Histoire « Petite soeur »

Chapitre 1: L’annonce et l’interrogatoire.

On était en début de matinée au siège du FBI à New York plus exactement à l’étage réservé à l’équipe du directeur adjoint Weller. C’était une de ces rares journées qui commençaient plutôt calmement. Même si tous les agents savaient qu’après le calme il y avait souvent une tempête l’équipe profitait de cette accalmie avec plaisir. Kurt était en train de remplir de la paperasse.

Il n’aimait pas spécialement cela mais depuis qu’il avait été promu directeur adjoint son bureau en était envahi. Jane, Patterson et Tasha discutaient de leurs relations amoureuse respectives. Enfin elles parlaient surtout de Weller et Jane puisque les deux autres jeunes femmes étaient désespérément célibataires. Reade, lui, revenait d’une de ses nombreuses séances avec le docteur Sun.

Cela faisait quelques mois qu’il avait regardé la cassette de Jones et qu’il consultait la collègue de Nas. Depuis peu il semblait aller vraiment mieux. La psychologue lui avait d’ailleurs dit qu’ils pourraient bientôt arrêter les séances car selon elle le jeune homme était prêt à faire face à son passé et aux épreuves de la vie sans avoir à traverser l’enfer comme il l’avait fait environ six mois plus tôt.

Vers dix heures les cinq amis s’étaient réunis dans l’open space pour prendre un café et faire le point sur le travail en cour car même s’ils n’avaient pas de grosses affaires en cour les criminels ne prennent pas de repos. Ils discutaient donc calmement quand soudain un collègue vint voir Reade pour lui dire qu’il avait de la visite et que c’était extrêmement urgent. Le policier, surpris, vit arriver ses parents complètement affolés. Tout ça sous le regard attentif et intrigué de son équipe.


-Papa, Maman qu’est-ce que vous faites là ? Demanda le jeune homme étonné.
-Oh mon chérie c’est horrible ta sœur a été enlevé, déclara de but en blanc une femme que tout le monde identifia comme la mère d’Edgar.
-Vous êtes sûr ? Elle a peut-être encore fugué. Depuis combien de temps est-elle partie ? Est-ce que vous avez des preuves d’un enlèvement ? Et la police est-elle au courant ? Est-ce que vous avez contacté ses amies ? Les questionna-t-il d’une traite, inquiet mais prudent.

L’agent connaissait sa sœur et il était très protecteur avec elle, il l’aimait plus que tout mais c’était une jeune femme très perturbée. En effet ses parents avaient découvert très tôt que sa petite sœur, Hannah, était plus intelligente que la moyenne, bien plus intelligente. Elle était brillante en tout mais un de ses nombreux domaines de prédilections était l’informatique.

Seulement cette précocité avait beau avoir quelques avantages elle l’empêchait d’interagir correctement avec le monde réel et ça causait parfois des problèmes de communication. Edgar n’avait jamais eu de difficulté avec elle car ils avaient toujours été très proche. Il adorait discuter avec elle pendant des heures de tout et rien. Cependant Hannah n’avait pas la même relation avec ses parents et avait fugué plusieurs fois après de grosses disputes. Par conséquent Reade était méfiant.

En général elle allait chez une amie à elle ou elle se trouvait un coin tranquille pour être au calme sans avoir de problème. Elle était suffisamment intelligente pour ne pas s’attirer d’ennuie. Seulement les deux parents se mirent à sangloter et avaient l’air vraiment très soucieux c’est là que tout le monde compris que c’était vraiment sérieux.

Ils avaient tous été surpris par cette entrée fracassante, la rencontre avec ses inconnus et l’annonce de l’enlèvement de cette petite sœur dont ils ne connaissaient pas l’existence. Cependant ils n’eurent pas besoin de se concerter pour décider d’aider leur coéquipier à tirer cette histoire au clair. Weller décida alors en sa qualité de directeur adjoint et ami de prendre les choses en mains.


-Excuser moi je me présente je suis le directeur adjoint Kurt Weller. Voici mon équipe et les collègues de votre fils: l’agent spécial Patterson, l’agent spécial Natasha Zapata et Jane notre consultante. D’après ce que je vois ça à l’air sérieux je vous propose d’aller dans mon bureau pour parler en privé et calmement.

-Enchanté monsieur et merci, dirent les deux nouveaux en arrivant d’une seule voix. Ils se rendirent tous dans le bureau de l’agent Weller et s’installèrent pour écouter le récit des parents de leur ami.


-Nous étions tous les deux parti chez des amis pour le weekend et nous ne sommes rentrés que vers sept heures ce matin. Hannah était censée être sur le chemin de l’école alors nous avons directement rangé nos affaires sans nous préoccuper de sa présence. Vers huit heures le lycée a appelé pour nous signaler qu’elle avait été absente à son cour de mathématiques. On ne s’est pas inquiété par habitude. Seulement au bout d’une heure j’ai dû aller lui déposé du linge et là j’ai vu que sa chambre était complètement saccagée. Après ça nous avons commencé à nous inquiéter alors j’ai appelé tous ses amis et elles m’ont dit qu’elle ne l’avait pas vu depuis hier après-midi. Quand on a su ça on a vraiment paniqué. Nous sommes donc allés dans sa chambre à la recherche d’un indice et là ma femme a trouvé sa tablette en morceau et le collier que tu lui as offert Ed’ posé sur un de ses carnets. Elle ne serait jamais partie sans, termina le père de Reade.

Quand Edgar entendit la parler du collier, il comprit que c’était grave. Tasha, qui observait son coéquipier depuis le début du récit, le vit se décomposer petit à petit jusqu’à perdre toutes ses couleurs. La jeune femme lui prit délicatement la main et lui lança un regard qui se voulait réconfortant. Même si ça n’apaisait pas son inquiétude le fait de sentir sa meilleure amie à ses côtés lui fit un bien fou. Il lui sourit faiblement à son tour pour la remercier.


-Il a du se passer quelque chose ce n’est vraiment pas normal. Si elle était partie d’elle-même elle m’aurait prévenu, déclara le frère d’Hannah en voyant son chef se tourner vers lui.
-Je vois. Bon on va tout faire pour tirer cette affaire au clair. Monsieur et Madame Reade ça risque d’être désagréable mais il y a certaines questions que je dois vous poser, continua Kurt.


-Bien sûr on comprend. Faîtes ce que vous avez à faire et appelez-moi Peter, répondit-il.
-Appelez-moi Elizabeth, ajouta la mère.
-D’accord. Vous avez dit ne pas être surpris que votre fille sèche les cours mais pourquoi ?

Voyant que ses parents étaient effondrés le jeune agent décida de prendre les choses en main et de répondre aux questions.
-Hannah est plus intelligente que la moyenne, beaucoup plus intelligente. Sa précocité a été détecté dès sa rentrée à la maternelle. Elle n’a jamais été à l’aise à l’école. Elle s’y ennuie et n’arrive pas à s’intégrer. Ses professeurs n’arrivent pas à la gérer et elle est considérée trop vieille pour sauter de classe. Il y a quelques années on l’a inscrite dans une association pour enfants et adolescents précoces en lien avec son établissement scolaire de l’époque. Hannah a réussi à s’y faire un petit groupe d’amis. Ils s’entendent tous vraiment biens et depuis elle va mieux. Seulement aucun d’eux ne s’intègrent bien au lycée alors en général ils sèchent ensemble. Elle est moins déprimée depuis qu’elle s’est fait des amis qui comprennent ce qu’elle vie mais elle a toujours beaucoup de mal à communiquer et elle ne se sent pas à sa place au lycée.


-Et à propos des fugues ? Demanda Jane.
-Avec mon mari nous faisons tout notre possible pour comprendre notre fille et dialoguer avec elle mais c’est très difficile. Nous sommes en conflit sur presque tout et cela occasionne souvent de gros désaccords. Hannah a émotionnellement du mal à gérer les disputes. Soit elle s’énerve et se replie sur elle-même, soit elle fuit et fugue, répondit Elizabeth.
-Et quand c’est le cas où va-t-elle ? Continua Zapata.


-En général chez une amie ou chez Edgar, affirma Peter en désignant son fils.
-Tu es plutôt proche de ta sœur ? Et cette histoire de collier ça vient d’où exactement ? Questionna la brune. C’était très étrange pour la brune d’interroger son meilleur ami surtout dans une situation aussi inquiétante. Elle le regarda tendrement en lui faisant comprendre qu’elle était là pour lui, il semblait vraiment affecté par cette histoire. Ce qui était normal. Cependant elle n’aimait pas le voir ainsi. Reade se nourrit de la force de sa partenaire pour répondre à ces interrogations et ne pas s’écrouler ou aller retourner toute la ville à la recherche de sa sœur. Il était heureux qu’elle soit à ses côtés car il n’était pas sûr de pouvoir supporter ça seul. C’était sa petite sœur, ils avaient toujours été très proches et il n’imaginait pas la perdre. Il remercia discrètement Tasha du regard et répondit en faisant comme si les autres personnes dans la pièce n’avaient pas remarqué leur proximité bien que ce soit le cas.


-Oui on est très proche et comme je l’ai dit plus tôt si elle avait à nouveau fugué elle m’aurait appelé. On n’a jamais eu de problèmes de communication et on a toujours beaucoup parlé. En général elle vient chez moi quand ça ne va pas. On discute et après je la ramène à la maison. En plus si elle était allée chez une amie elle aurait pris des affaires et son ordinateurs, elle ne sort jamais sans. Ma sœur et une vrai pro de l’informatique d’ailleurs elle me fait souvent pensée à toi, Patterson. Quant au collier je lui ai offert pour ses dix ans et depuis elle ne le quitte plus. Si elle l’a laissé précisément sur un de ses carnets il y a une raison. Elle écrit plein de chose dans ses calepins. Tous ce qui lui passe par la tête en faîte, ses expériences, ses idées un peu folles, des formules scientifiques aussi je crois. Elle note également ce qu’elle ressent c’est un conseil de son psychologue. Elle code tous avec un système dont elle seule a le secret, rétorqua Reade.


-J’aurais préféré que vous ayez tort. Seulement je suis assez d’accord sur le fait que ça ne ressemble pas à une fugue. Ne vous inquiétez pas on fera absolument tous ce qu’il faudra pour vous ramener Hannah. Reade avec Tasha vous conduisez tes parents chez eux, vous inspectez la maison et vous prenez les renseignements habituels. Je vais faire envoyer une équipe de surveillance et mettre vos téléphone et ordinateur sous surveillance en cas de demande de rançon. Patterson tu ratisse tous les comptes internet d’Hannah et tous ses appareils électroniques une fois qu’ils te seront apportés. Jane et moi on va ameuter tous nos contacts pour essayer d’avoir des informations et je vais lancer une alerte enlèvement. Une fois que tout ça sera fait on se retrouve tous au lycée pour interroger ses professeurs, ses amis de l’association et les autres lycéens, ordonna Weller.

Les quatre agents acquiescèrent et partirent les tâches demandé avec l’angoisse de ne pas savoir ce que la petite sœur de leur meilleur ami était en train de subir.

Publicités

Chapitre 2: Une jeune fille bien particulière.

Le trajet s’était déroulé dans un calme relatif, ils étaient tous bien trop angoissés pour parler. Une fois arrivés à destination les parents d’Edgar firent du café et attendirent dans le salon que les deux coéquipiers aient fini leur travail. Zapata et Reade étaient partis à l’étage pour inspecter la chambre d’Hannah. Tasha avait observé en détail la maison en essayant d’y imaginer la vie de son coéquipier enfant et adolescent. Quand ils entrèrent dans la pièce l’hispanique put, derrière le désordre ambiant, deviner une décoration féminine et effectuer avec goût mais peu commune pour une adolescente de seize ans.

-Tu m’en veux de ne pas t’avoir parlé de ma sœur ? Demanda l’agent en continuant de fouiller la chambre désespérément.
-Bien sûr que je ne t’en veux pas. Je ne t’ai jamais vraiment parlé de ma famille alors pourquoi je t’en voudrais, rétorqua la jeune femme en se voulant rassurante.
-Merci, dit-il après une pause.


-Pourquoi ? S’intrigua-t-elle.
-Pour tout. Tu as été là pour moi alors que j’ai été horrible avec toi. Aujourd’hui une fois encore tu me soutiens sans poser de question, déclara l’agent avec l’air sincèrement ému.
-Tu n’as pas à me remercier. C’est ce que font les amis. Je serais toujours là quoi qu’il arrive et je suis sûre que tu en ferais autant pour moi, assura la brune.


-Évidement, mais sincèrement je ne sais pas si je pourrais fouiller tout seul dans la chambre de ma petite sœur disparue alors merci d’être là.
-De rien mais Reade je suis certaine que tu ferais ce qu’il faut comme toujours.

Ils continuèrent de fouiner en silence pendant plusieurs minutes. Tasha avait déjà réuni tous les appareils électroniques pour les faire envoyer à Patterson et Edgar avait cherché des indices dans toutes les cachettes d’Hannah. Ils étaient en train de réunir tous les carnets de la jeune fille pour les faire analyser quand Zapata tomba sur le fameux collier. Il était en or avec une fine chaîne et un pendentif en forme de π. C’était peu ordinaire mais la jeune femme le trouvait vraiment magnifique.

-Il est très joli, déclara-t-elle en montrant le bijou à son ami.
-Merci, répondit-il.
-Je peux te demander pourquoi π ? l’interrogea-t-elle.


-À une époque elle n’allait pas bien du tout elle déprimait. Hannah n’avait même pas neuf ans qu’elle n’espérait plus rien de la vie. Elle était clairvoyante et percevait des choses que nous étions incapables de voir. La colère et la souffrance n’avaient aucuns secrets pour elle, les gens n’avaient aucuns secrets pour elle. C’était comme si chaque évènement négatif dont elle entendait parler lui brisait le cœur que ce soit un décès, une dispute, un attentat à l’autre bout du monde ou même une peine de cœur. Elle vivait toutes les émotions plus intensément que la normal. C’est encore le cas maintenant mais les médecins lui ont appris à gérer ça. C’était une petite fille très renfermé avant que mes parents l’inscrivent dans cette association mais grâce à ces gens elle va vraiment beaucoup mieux. Ils lui ont sauvé la vie. Pendant un moment on avait peur qu’elle commette l’irréparable. Enfin le jour de son dixième anniversaire je l’ai emmené faire un tour au musée des sciences et au planétarium. Après nous sommes allés manger une glace et je lui offert ce collier en lui disant qu’elle ne devait pas perdre espoir car le monde lui offrait autant de possibilité d’être heureuse qu’il y avait de décimal à π. Ensuite j’ai ajouté que je serais toujours là pour elle quoi qu’il se passe. Tu dois trouver ça ridicule, ajouta-t-il en baissant la tête gêné.


-Non pas du tout, au contraire je trouve ça magnifique, le rassura Tasha. Elle se rapprocha de lui, posa une main sur son épaule et plongea son regard dans celui du jeune homme.
-On fera tout ce qu’il faut pour la retrouver. On est les meilleurs n’oublie pas. Même les groupes terroristes surpuissants et réputés insaisissables ne nous résistent pas. Tout va bien se passer d’accord ?


-D’accord,
acquiesça Edgar. Il l’attira vers lui et ils s’enlacèrent tendrement pendant plusieurs minutes. Profitant de la présence apaisante et rassurante de l’autre. Ils étaient bien tous simplement. Reade humait le parfum des cheveux de la jeune femme et se sentit mieux. Zapata lui avait toujours donné la force d’avancer et d’être plus fort. Il le devait pour sa sœur, pour ses parents et aussi pour sa meilleure amie. Il se devait d’être fort pour les personnes qu’il aimait.

Ce que le duo ne savait pas c’est que la mère du jeune homme avait surpris la scène en venant aux nouvelles. Elizabeth les avait regardés en remerciant le ciel que son fils a trouvé une merveilleuse jeune femme pour veiller sur lui. Il lui avait dit qu’il était célibataire. Par conséquent elle savait que ces deux-là n’étaient pas ensemble mais elle le connaissait suffisamment pour savoir que ça ne serait tardé car il faudrait être aveugle pour ne pas voir qu’ils étaient faits l’un pour l’autre. Elle pria seulement pour que sa petite fille adorée soit là pour assister au bonheur de son frère. Liz redescendit voir son mari, les deux partenaires se séparèrent et rejoignirent les parents du jeune homme. Ils s’installèrent tous les quatre dans le salon pour prendre le café et discuter.

-Qu’est-ce qu’il va se passer maintenant ? Demandèrent Elizabeth et Peter.
-Nous allons passer au peigne la vie de votre fille afin d’obtenir un maximum d’information et nous allons mettre votre maison et votre ligne téléphonique sous surveillance, annonça l’hispanique.
-Une fois tous les indices réunis on établira des hypothèses, une chronologie et une liste de suspects, termina Edgar. Le téléphone de Tasha bipa et elle lut le message qui lui était adressé.


-Je viens de recevoir un message de Weller. Il faut que j’aille au lycée mais il m’a dit que si tu voulais rester avec tes parents.
-Certainement pas je viens avec toi. Si je reste ici à tourner en rond je vais devenir fou. Je connais Hannah je pourrais vous aider à interpréter les faits,
l’interrompit-il.


-Bien, des agents vont venir pour assurer votre sécurité par précaution et on vous tiendra informé si l’on trouve quoi que ce soit, termina la jeune femme.
-Merci pour tout agent Zapata et remerciez aussi tous vos collègues pour ce qu’ils font. On apprécie beaucoup, ajoutèrent les parents de Reade.
-Il n’y a pas de quoi mais c’est normal on est une équipe. Ce qui veut dire qu’on est là les uns pour les autres, termina la brune.

Pendant le trajet la brune vit son coéquipier perdu dans ses pensées et elle lui prit la main en signe de soutien. Ils se regardèrent et restèrent ainsi le temps d’arriver à l’établissement scolaire. Weller avait autorisé Reade avait venir sur le terrain.

En effet il savait que son ami ne resterait pas à attendre alors que sa petite sœur était en danger mais il avait accepté à la seule condition que son agent ne soit là qu’en observateur. Kurt avait également demandé à Zapata de veiller sur lui car en cas de problème elle seule pouvait le calmer. Au bout de dix minutes ils arrivèrent à Liberty High, lycée où étudiait Hannah Reade. Les deux coéquipiers se préparèrent à rejoindre leur collègue dans la salle des professeurs pour interroger tour à tour les amis, enseignant et connaissances de la jeune fille.

Publicités

Chapitre 3: Retour au lycée

Une fois à l’intérieur de l’établissement les agents se rendirent directement au lieu de rendez-vous. Reade s’arrêta juste devant la porte.
-Qu’est-ce qu’il y a ? Tu te sens bien ? Demanda Zapata inquiète.
-Et si j’avais loupé quelque chose ? Et si ma sœur allait encore moins bien que je ne le pense ? Et si elle refaisait une dépression et qu’à cause de l’enfer de ces dernières semaines je n’avais rien vu ?
-Arrête ça tout de suite. Si tu continues de te torturer comme ça tu vas devenir fou et ça n’amènera à rien de bon. Tu as vécu une période difficile. Ça arrive à tout le monde mais ça ne veut pas dire que tu es devenu aveugle, déclara Tasha en posant une main sur son bras.
-Oui mais on ne sait jamais.

-En dehors du bazar ambiant sa chambre était remplie de photos heureuses de vous deux et de ses amis. Tous les vêtements que j’ai vus étaient colorés, les dessins affichés sur ses murs étaient joyeux et sa playlist était pleine de chanson entraînante. Est-ce que tu peux me décrire son comportement la dernière fois que vous vous êtes vu ?


-C’était la semaine dernière on est allé à la fête d’anniversaire de son filleul. C’est le fils d’une de nos rares cousines avec qui Hannah s’entend bien. Elle m’a traîné là-bas alors que c’était une fête pour les enfants Je n’ai rien contre eux au contraire et Aiden et adorable mais ce n’était pas l’idée que je me faisais d’un samedi de repos. Enfin elle a su être convaincante comme d’habitude. On a passé l’après-midi à manger du gâteau et à faire des activités pour petit de cinq ans. Elle était au ange à s’amuser avec les enfants et elle a passé la journée à leur faire des tours de magie inspirés d’expérience de physique ou à leur apprendre à faire des blagues que leurs parents ne vont pas vraiment apprécier. Je n’avais pas très envie d’y aller au départ mais on a vraiment passé une bonne journée. Quand j’ai lu mes mails ce soir-là elle m’avait envoyé toutes les photos qu’elle avait faites ainsi qu’une petite vidéo d’introduction pour Aiden. Elle y dit combien elle l’adore et que dans vingt ans quand elle repensera à cette journée ça ne pourra être qu’un merveilleux souvenir, répondit Edgar en se remémorant ce joli moment. Il sourit voyant où son amie voulait en venir.


-C’est vrai que je ne connais pas ta sœur. Même si au vu de ce que tu m’as décrit je pense que ça ne doit pas être facile tous les jours pour elle, Hannah n’a pas du tout le profil d’une personne dépressive, encore moins suicidaire.
-Tu as raison. C’est juste qu’elle a déjà tellement souffert de sa différence. Je ne supporterais pas de la perdre, ajouta-t-il.


-Je comprends que tu sois inquiet. C’est plus que normal mais si ta sœur est aussi intelligente que tu le dis je suis persuadée qu’elle sait à quel point son grand frère l’aime et qu’il sera toujours là pour elle. Où qu’elle soit elle doit savoir que tu viendras la chercher. Alors maintenant on va rentrer dans cette salle et trouver des réponses à nos questions. Ça marche ?
-Ça marche, termina-t-il en la gratifiant d’un sourire reconnaissant.

Ils rentrèrent puis s’installèrent aux côtés de Jane et Kurt. Dans la salle se trouvait le directeur du lycée, les professeurs principaux d’Hannah, son psychologue et le conseiller d’orientation. Après ça ils iraient interroger ses amis et camarades de classe. 
-Agent Reade, nous sommes désolés pour votre sœur si je peux faire quoi que ce soit pour vous aider surtout n’hésitez pas, déclara le proviseur. 
-Mes collègues aimeraient vous poser quelques questions, leurs dit-il. 
-Bien sûr, répondirent les deux psychologues et le directeur. 

-Dr Cahill avez-vous remarquez des changements de comportement chez Hannah ? Vous a-t-elle parlé de quelque chose qu’elle aurait vu ou vécu et qui l’aurait perturbé ? 
-Je ne peux pas vous répondre avec précision à cause du secret professionnel mais je peux vous assurer avec certitude que mademoiselle Reade n’est pas un danger pour elle-même. De plus si elle m’avait parlé d’un élément pouvant la mettre en danger j’aurais immédiatement informé la famille comme la déontologie l’exige. Après, comme vous devez le savoir, Hannah est quelqu’un de complexe qui ne se confie pas facilement. En général elle a besoin de temps avant de parler. Il est tout à fait possible qu’elle m’ait caché des choses mais sincèrement je n’ai rien vu d’inquiétant, répondit le médecin. Edgar hocha la tête pour confirmer les dires la doctoresse. 


-Au lycée avez-vous remarqué une attitude qui sortait de l’ordinaire ? Questionna le policier en s’adressant au conseiller d’orientation. 
-Honnêtement elle est très effacée et communique avec peu de monde. En dehors de quelques élèves et de ses professeurs je ne l’ai jamais vu interagir au sein du lycée. Il m’arrive de l’avoir en consultation car elle est souvent en conflit avec ses enseignants mais en général elle ne me parle pas. Sachant qu’elle était suivie par un excellent psychologue à l’extérieur je n’ai pas trop insisté. Après tout même si elle n’est pas comme tous les étudiants, Hannah ne m’a pas paru malheureuse. Au contraire en ce moment elle paraissait plus joyeuse. Si j’avais remarqué quoi que ce soit j’aurais agi en conséquence
-Monsieur Bennet pouvez-vous me parler de la relation d’Hannah avec ses professeurs ? Continua Kurt.


-Pour être honnête elles ne sont pas très bonnes. En dehors de Madame Hamilton sa professeur de littérature et Monsieur Clark, professeur de mathématiques personne n’arrivent à la canaliser. Ils la décrivent comme insolente, sarcastique et incapable de suivre une consigne. J’ai vu beaucoup d’élève difficile et Hannah ne fait pas parti des pires. Elle n’est ni méchante ni irrespectueuse et encore moins agressive. Elle est anticonformiste et voit le monde d’une manière que l’on ne peut pas vraiment comprendre. C’est une bonne gamine il faut juste savoir comment l’aborder. Ce qui n’est pas simple.


-Je vous l’accorde elle n’est pas toujours facile à suivre mais elle a un bon fond, avoua Reade.
-Ça se voit et je pense qu’un jour elle fera de grande chose, rétorqua le proviseur.
-Pensez-vous qu’Hannah a disparus volontairement ? Demanda le Dr Cahill.
-Au vue des preuves et de vos témoignages on ne pense pas non. Avez-vous remarqué des évènements étranges au sein du lycée ? Poursuivit Tasha.
-Non il n’y a rien d’inhabituel. Seulement quelques incidents mineurs ont été à déplorer mais c’est courant au sein d’un établissement scolaire. Je vous ferai transmettre les rapports.
-Bien ça sera tous pour le moment merci pour votre coopération nous vous recontacteront en cas de besoin, termina le directeur adjoint.

Les professeurs de mathématiques, sciences, littérature, art et langues vivantes furent également entendus. Tous se mirent d’accord sur le fait qu’Hannah était une élève brillante et n’avait pas de problème particulier en dehors de son incapacité à communiquer avec les autres. Une fois l’interrogatoire terminé et les adultes remerciés les quatre agents allèrent dans une salle de langue pour interroger la classe d’Hannah. L’équipe put percevoir à quel point l’adolescente n’était pas populaire en dehors de son groupe. Les autres élèves la connaissaient très peu et ne l’aimaient visiblement pas beaucoup.

Quand à Tyler, Emily, Ivy, Nathan, Elena et Marina, les camarades qu’Hannah s’est fait à l’association Macarthur, ils étaient très inquiets pour elle. Les adolescents confirmèrent les soupçons des agents. La jeune femme n’avait pas disparu volontairement. Étant donné que personne correspondant à la description de la sœur de Reade n’avait été retrouvé à l’hôpital ou à la morgue il s’agissait probablement d’un enlèvement.

La question que tous se posaient était pourquoi ? Pourquoi quelqu’un aurait kidnappé une adolescente sans histoire ? Ils retournèrent tous au siège du FBI pour faire des recherches et analyser les preuves récoltés. Tous les mobiles allaient être passé en revu y compris les plus horribles. C’est d’ailleurs cela qui faisait peur à Edgar. Seulement il voulait connaître la vérité et retrouver Hannah. Pour ça ils n’avaient pas d’autres choix que de tout envisager. Une seule chose était vraiment sûre, personne dans l’équipe ne s’attendait à ce qu’ils allaient découvrir.

Publicités

Chapitre 4: Des carnets plein de réponses.

C’était la fin de l’après-midi. L’équipe était retournée au QG pour travailler sur l’enquête. Ils avaient pris les Reade en route car Liz et Peter étaient incapables de rester seules à angoisser dans leur grande maison vide. Ils étaient tous en train de travailler d’arrachepied tout en s’inquiétant pour l’adolescente disparue quand Patterson vint voir son collègue.


-Il faut vraiment que tu m’aides sur ce coup je n’y arriverais pas seule, annonça la jeune femme dépitée et désespérée.
-Que moi je t’aide mais pour faire quoi ? Demanda-t-il étonné.
-Il faut décoder les carnets d’Hannah. En plus de Vigener elle a ajouté un cryptage qu’elle a fait avec sa propre grille de décodage. Ce qui fait que je n’ai aucun moyen de l’ouvrir sans la clé. Ta sœur est vraiment incroyable. Ce qu’elle a fait est démentiel.


-Ça ne m’étonne pas elle a toujours aimé l’informatique et elle est extrêmement douée mais je ne vois toujours pas comment t’aider. Ce n’est pas du tout mon rayon.
-Chaque programmeur à son propre style en fonction de sa personnalité. On n’est peut-être pas sur un ordinateur mais c’est tout comme. Il suffit de trouver la clé pour pouvoir tout décrypter. Tu connais ta sœur. Tu sais comment elle fonctionne. Peut-être que si tu me parlais un peu d’elle ou même si tu regardais les carnets on aurait une idée.


-Ça vaut toujours le coup d’essayer, intervint Tasha.
-C’est vrai mais je pense que l’on a plutôt besoin de personnes aussi intelligentes qu’Hannah et qui l’a connaissent bien. Je sais qui appeler, dit-il avec une idée derrière la tête.

Une heure plus tard Reade, sa famille, son équipe ainsi que tous les amis d’Hannah étaient réuni dans le laboratoire pour essayer de décoder ses calepins. Tous les textes avaient été scannés il suffisait juste de trouver la bonne clé pour les décrypter en une fois et pouvoir les lire. Edgar était persuadé que si l’adolescente avait laissé son collier sur l’un d’eux c’était pour une raison et il comptait bien la découvrir.


-Merci d’être venue nous aider. Nous apprécions énormément, les gratifia Elizabeth.
-Vous n’avez pas à le faire. Nous ferons ce qu’il faut pour retrouver Hannah, rétorqua Ivy sèchement.
-C’est notre meilleure amie, continua Elena sur le même ton.
-Elle fait partie de notre famille. On n’est peut-être pas assez bien pour vous mais on prend soin les uns des autres, termina Marina. La bande d’ado était en conflit avec les parents. Ces derniers pensaient qu’ils avaient une mauvaise influence sur elle, qu’ils l’encourageaient à sécher les cours et à être insolente. Enfin c’était le cas d’à peu près tous les parents du groupe et ça déclenchait une certaine hostilité entre les adultes et les adolescents.


-On apprécie tout de même, déclara le frère de la disparue. Le jeune homme connaissait mal les amis de sa sœur mais il avait vu Hannah réapprendre à être heureuse en grande partie grâce à eux. De plus ils savaient que personne ne pouvait forcer la jeune femme à faire quelque chose qu’elle ne souhaitait pas. Il n’avait donc rien contre ces adolescents, il leur en était même reconnaissant.

Le groupe de jeune mit une bonne heure à trouver la clé de décodage, la jeune femme avait utilisé une de ses chansons préférés qui était Baba de Pryanka Chopra. Ils purent donc enfin lire les carnets.
-Tu devrais les consulter avec ton équipe. Je ne veux pas m’immiscer dans l’intimité de ma sœur plus que nécessaire, annonça Reade à son amie.
-Je comprends et c’est noble de ta part. On va en avoir pour une demi-heure environ tu devrais en profiter pour manger un peu et voir tes parents. Pour l’instant on ne peut rien faire de plus, conseilla la blonde.
-Je n’ai pas vraiment faim mais tu as raison je dois manger. Je vais les raccompagner et ensuite je me prendrais un truc au distributeur. Est-ce que je te ramène quelque chose ?

-Non merci ça va pour l’instant.  Ne t’inquiète pas je suis sûre que l’on va la retrouver, ajouta l’informaticienne en se voulant rassurante.

Patterson regarda son partenaire partir avec les adolescents en se demandant dans quel état ils allaient retrouver Hannah. La jeune femme pria pour que l’adolescente soit encore en vie et qu’elle n’ait pas subit de sévices. En effet elle savait que même si Reade arrivait à sauver les apparences il ne supporterait pas de perdre sa sœur.

Si un drame pareil arrivait personne ne pourrait le sauver, pas même Zapata. Pendant ce temps Edgar accompagna les amis de sa sœur dans la salle de repos où ils pourraient attendre des nouvelles de leur amie. Aucun d’eux n’avait voulu rentrer. Tasha était là en train de prendre à manger au distributeur. Il en fit de même et ils s’installèrent pour faire plus ample connaissance. Ils pourraient aussi trouver de nouvelles pistes et faire avancer l’enquête.

Après tout, tous les agents de Patterson étaient occupés. Nas avait mis tous les analystes de la NSA à leurs dispositions pour examiner toutes les traces informatiques existantes. La maison des Reade était sous surveillance et des agents juniors arpentaient le lycée, l’institut Macarthur et les rues alentour à la recherche de témoins. De plus un avis de recherche avait été passé. La dernière et plus fiable des sources d’informations concernant la jeune femme, était son groupe d’ami.


-Je voulais encore vous remercier.
-Vous n’avez pas à le faire. C’était pour Hannah. Bien sûr que l’on vous aurait aidé, interrompit Tyler.
-Merci quand même et je voudrais m’excuser. Mes parents ne voulaient pas mal faire mais c’est difficile pour eux de la comprendre et ils le vivent mal, ajouta le jeune homme.
-Le problème ce n’est pas qu’ils aient du mal à nous comprendre. Ça on a l’habitude, répondit Nathan.


-Alors quel est le problème ? Interrogea Tasha intriguée.
-Ils n’essayent pas. Pour eux nous ne collons pas aux normes de la société. Ils ne cherchent pas plus loin et au lieu de nous accepter tel que l’on est ils essayent de nous rendre conforment à leurs attentes. Ça cause des conflits en permanence. Je ne parle pas spécialement de vos parents mais de 90% des adultes que l’on a rencontré jusque-là. Je sais que nous ne sommes pas toujours faciles à gérer mais les efforts ça va dans les deux sens. Jouer un rôle et être que quelqu’un que l’on n’est pas pour plaire aux autres, ça vous détruit à petit feu. Je le sais par expérience mes parents étaient pareil et ça a failli très mal finir, répondit Marina en dévoilant des cicatrices à ses poignées. Zapata et Edgar se regardèrent peinés par les propos de l’adolescente. Ils n’imaginaient pas qu’une personne avec une enfance en apparence normale et une famille heureuse puisse tant souffrir.


-Heureusement à l’institut ils nous écoutent et nous comprennent. Les médecins nous aident à dépasser la différence et tous ce qui en découlent. Ils nous apprennent à communiquer avec le monde extérieur tout en étant nous-même. Ils arrivent aux psychologues d’organiser des séances de thérapie familiale pour aider les parents à mieux comprendre leurs enfants et inversement. C’est efficace j’en ai fait quand je suis arrivée et pas seulement avec mes parents mais avec beaucoup de membre de ma famille. Depuis ça va vraiment mieux. Évidemment ça n’empêche pas les conflits mais ça nous permet de dialoguer plus facilement, continua Elena.


-Mes parents n’en ont jamais fait ? Questionna Reade intrigué.
-Hannah nous a dit que non. C’est en partit pour ça qu’elle leur en veut surtout qu’elle ne sait pas pourquoi. Je sais que ça la perturbait énormément, poursuivit Tyler.
-Nous n’avons rien contre vos parents mais en général nous sommes plutôt méfiants avec les gens. Par exemple on a tous mit un temps fou à faire confiance au docteur Cahill, déclara Nathan.


-Excusez-moi de demander mais pourquoi dans ce cas vous nous parlez si librement ? S’interrogea l’hispanique étonnée.
-Hannah a dit que vous étiez cool. Que contrairement aux autres vous l’écoutiez quand elle ne va pas bien ou quand elle parle de sujet qui ennuierait la plupart des gens. Alors si elle dit que l’on peut vous faire confiance c’est que c’est vrai, rétorqua Marina en s’adressant à Edgar.
-Et vous, vous avez l’air cool aussi. Vous essayez aussi de nous comprendre sans nous jugez et vous étiez une des seules personnes à suivre quand on a parlé informatique. C’est rare, ajouta Elena pour la brune.

Les deux agents se regardèrent en souriant. Ils comprirent que les adolescents qui avaient été décrit comme des cas difficiles, des jeunes à problèmes, étaient en fait vraiment formidables et matures. Ils avaient juste un fonctionnement atypique qui effraye les personnes étroites d’esprits. Le groupe continua à discuter pendant plusieurs minutes puis ils furent rejoints par les parents de Reade.


-On aimerait s’excuser, dirent les deux nouveaux arrivant.
-Vous n’avez rien fait de mal. C’est nous qui avons été agressifs à cause de l’inquiétude c’est à nous de nous excuser, répondit Marina.
-Ce n’est pas qu’à cause de l’incident de tout à l’heure mais de tous ce que l’on a pu faire ces dernières années. Plus j’écoute les gens parler de ma fille plus je me rends compte que je ne la connais pas. Vous oui et j’ai bien vu que depuis que vous êtes tous rentrée dans sa vie elle est plus épanouie. Je crois que nous avions peur nous rendre compte que nous n’étions pas en mesure de rendre Hannah heureuse. De voir que des adolescents, des enfants par moment, certains de ses professeurs et des inconnus parviennent à communiquer avec notre fille et nous non, c’est difficile. Même notre fils y arrive. Elle est juste tellement incroyable que ça peut être effrayant, déclara Elizabeth.


-On comprend vous savez. Le principal n’est pas de réussir à la comprendre du premier coup mais d’essayer. Votre fille vous aime mais elle a l’impression que vous ne l’aimez pas comme elle est, répondirent les adolescents.
-C’est faux. C’est juste que tout et tellement compliqué et nouveau. On ne sait pas comment faire, rétorqua Peter.
-On peut vous aider si vous voulez, déclara Tyler. Les quatre adultes étaient abasourdis par tant de bonté et de tolérance de la part de ses jeunes. La vie n’avait été facile pour aucun d’eux. Les trois quarts des adultes qu’ils avaient rencontrés ne leur avaient pas laissé leur chance. Pourtant ils étaient encore capables de voir le meilleur en chacun.


-Vous feriez ça ? Interrogea Elizabeth surprise.
-Absolument, Hannah mérite d’avoir une famille unie. Malgré tous vous l’aimez ça se voit, répondit Marina.
-Tout le monde mérite une deuxième chance. Nous ne sommes pas parfaits non plus. Personne ne l’ait, poursuivit Nathan.
-Merci beaucoup, terminèrent Peter et sa femme émues. Les parents se joignirent au petit groupe pour continuer à parler mais ils furent vite interrompus par Weller et Patterson.
-On a un problème. Il y a une autre disparue et visiblement Hannah l’avait prédit, dirent-ils d’une seule voix.

Publicités

Version fanfiction.net : https://www.fanfiction.net/s/12635399/1/Petite-s%C5%93ur

Remerciement

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, merci pour votre attention et j’espère que la lecture vous à plus. Si vous avez des remarques ou des suggestions rejoignez-nous sur les réseaux sociaux, envoyez un mail à l’adresse indiquée ou contactez-nous à travers le formulaire. C’est avec plaisir que je répondrais à toutes vos questions et que je dialoguerais avec vous dans le but de vous aider mais aussi de m’améliorer.

N’hésitez pas à vous abonnez-vous à mon blog

Cliquez pour recevoir directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception. Ainsi vous serez les premiers au courant de notre actualité, des histoires publiés mais aussi de nos dernières promotions et bons plans sur Etsy.

Laisser un commentaire

Recevez un cadeau dans votre boîte mail dans la semaine.

%d blogueurs aiment cette page :