Retour au lycée : Fanfiction Blindspot (1) chapitre 4 à 6

Présentation

retour au lycée

Personnages: Reade et Zapata

Résumé:  Tasha reçoit une invitation à la réunion d’anciens élèves de son lycée. Seulement elle a détesté cette partie de sa vie et n’a aucune envie d’y aller. En voyant le trouble de sa coéquipière Reade décide de l’aider à faire face à son passé.

Publicités

Histoire « Retour au lycée »

Chapitre 4: Un début de soirée dans le calme

Vers cinq heure de l’après-midi le lendemain Zapata commença à se préparer avec une boule dans le ventre. Depuis qu’elle avait quitté ses amis la veille au soir, la jeune femme avait passé son temps à se remémorer des moments de sa scolarité. Tout y était passé : son enfance, sa famille inexistante, l’impression d’être invisible en dehors des quelques très bons amis, certains moments de bonheur mais aussi la tragédie.

Sa sortie avec Edgar n’était pas ce qui l’angoissait. Au contraire la présence de Reade était la seule chose qui la rassurait réellement. Bien qu’elle était nerveuse à l’idée qu’il découvre certaines parts d’ombres de son passé. Ce qui effrayait vraiment la jolie brune était de faire face à tous ses cauchemars et cette noirceur qu’elle avait mise de côté dès qu’elle avait été diplômé.

Une heure et quart plus tard elle était prête et l’hispanique devait avouer que ses collègues avaient eu raison de lui faire acheter le vêtement. Cette robe lui allait à ravir. Elle était rouge foncé, lui arrivait au-dessus du genou, en satin avec un dos nu et des bretelles croisés. Le vêtement épousait ses formes sans être trop près du corps. Zapata arborait un maquillage sobre mais adapté au soir ainsi qu’une coiffure légèrement plus sophistiqué qu’à son habitude.

Ses cheveux couleurs chocolat avaient repoussés et ils lui arrivaient désormais en dessous des épaules. Elle les avait donc légèrement bouclées afin d’obtenir une ondulation très naturelle ce qui mettait élégamment son visage en valeur tout en restant sexy. La jolie brune avait accessoirisé le tout avec un collier en or offert par sa grand-mère, deux bracelets fins et une montre à son poignet gauche, des escarpins noirs, une pochette assorti ainsi qu’un de ses classiques trench coat noir.

A six heure et demi-pile elle entendit quelqu’un frapper à sa porte. Elle alla ouvrir en souriant.
-Hey pile à l’heure comme toujours, l’accueillit-elle rayonnante.
-Waouh, tu es waouh, déclara Reade époustouflé.

Lors d’opérations sous couverture il avait déjà eu l’occasion de voir sa coéquipière en robe de soirée mais là il n’en revenait pas. Elle était tellement sublime qu’il en perdit la parole. Le jeune homme du rassembler ses esprits pour ne pas se laisser déconcentré par l’image qu’il avait de lui-même en train de lui enlever cette robe tout en l’embrassant passionnément.
-Merci, tu es également plutôt à ton avantage enfin je t’en prie rentre le temps que j’aille chercher mon manteau et mon sac, sourie la jeune femme ravie de la lueur de désir aperçu dans ses yeux.

Elle alla dans sa chambre pour prendre ses affaires. Rapidement elle envoya un message à ses deux meilleures amies pour leur dire que la robe avait eu l’effet escompté et qu’elle les tiendrait au courant de l’évolution de la soirée. Tasha retourna dans le salon en souriant. Il lui tendit son bras et ils se rendirent à la voiture main dans la main. Le trajet se déroula entre rire et conversations banales.

Vingt-cinq minutes plus tard ils arrivèrent devant l’ancien lycée de l’hispanique. Il était situé dans le Queens, là où elle avait grandi. L’établissement était en bon état même si l’on pouvait sentir qu’il était peuplé par les enfants des quartiers pauvres de la ville. Néanmoins de nombreux travaux avait été effectué depuis qu’elle était parti, ce qui rendait le lieu différent de ses souvenirs. De manière incontrôlable elle sentit l’angoisse montée en elle de la même façon que lorsqu’elle était cette adolescente renfermée.


Es-tu sûre que ça va aller? Interrogea Edgar mi intrigué mi préoccupé.
-Oui, bien sûr que ça va aller. Le lycée c’était l’enfer seulement à l’époque j’étais seule, malheureuse et abimée. Ce qui n’est désormais plus le cas. Après je ne te cacherais pas que je ne suis pas fan de ce saut dans le passé. Je suis contente que tu sois là.
-Je suis ravi de pouvoir être utile. Aller allons-y,
conclut le policier en souriant faiblement. Il était peiné d’entendre que son enfance avait été si difficile. De plus il la connaissait suffisamment pour savoir que sa meilleure amie n’était pas du genre à se laisser abattre par un rien. Galamment il alla lui ouvrir la porte et lui tendit une nouvelle fois son bras. La belle brune sourit de manière radieuse puis ils se rendirent jusqu’à l’entrée.

-Natasha Zapata et un invité, annonça-t-elle en se présentant à l’accueil. On leur tendit deux badges puis ils circulèrent jusqu’au gymnase reconverti en salle de bal.
-C’est dingue on se croit revenu au bal de promo mais avec quinze ans de plus, plaisanta-t-il pour détendre l’atmosphère.


-Effectivement ils n’ont pas fait les choses à moitié. Enfin je suis sûre qu’à cette époque tu étais le roi du lycée, la star de football qui faisait craquer toutes les filles, énonça la jeune femme en souriant malicieusement. Même si elle était convaincue de ce qu’elle disait, la brune savait qu’il devait être aussi adorable, gentil et attentionné à l’école qu’il l’était aujourd’hui. Une chose était sûre, elle aurait probablement craqué pour lui à cette époque, tout comme aujourd’hui.


-Ce n’est pas faux mais j’avais une petite amie que j’aimais et j’étais fidèle.
-Je n’en doute pas une seconde, sourit-elle. Pendant plusieurs minutes ils discutèrent de leurs années de lycée puis une fois la salle bien remplit l’hispanique lui donna quelques informations.

-Le groupe qui est là-bas ce sont les geeks, des originaux très sectaires mais pas méchants. A ta gauche tu as tous les artistiques, c’est-à-dire les clubs de théâtre, poésie et la chorale. Plus à droite tu as tous les intellos qui passaient le nez dans leurs livres de cours. C’est pareil ils étaient assez sympas mais tellement focalisés sur l’idée d’entrer dans une grande université que la communication n’était pas toujours au rendez-vous.
-En résumé tu as Rich et Patterson, après Jane si elle n’avait pas eu une mère terroriste psychopathe et puis toi.


-Hey je n’étais pas une intello, enfin pas à ce point. Personnellement j’étais plutôt solitaire. On était un tout petit groupe et on ne se mélangeait pas aux autres. Sinon c’est plutôt correct. En dernier tu as les populaires dont tu devais définitivement faire partie. Quant à Weller, je ne sais pas ce que tu en penses mais je dirais qu’il était …
-Un rebelle solitaire sans aucune hésitation.
-On est d’accord, confirma Tasha avant qu’ils partent dans un fou rire salvateur.

Ils continuèrent de discuter pendant un moment puis le duo fut accoster par deux jeunes blondes bien connus de Tasha.
-Natasha Zapata, alors si on m’avait dit que l’on te croiserait ici je n’y aurais pas cru, énonça la première de manière hautaine.
-Mandy, Rachel, comme ça fait longtemps et que voulez-vous je suis pleine de surprise, répondit l’hispanique avec la voix plus aigus qu’à son naturel.

A son ton Edgar comprit immédiatement qu’elles n’avaient probablement jamais été amies. De plus les deux femmes étaient les archétypes même de la peste populaire. Les quatre jeunes gens discutèrent pendant quelques minutes entre faux semblants et hypocrisie.

-Oh alors si vous n’êtes qu’amis ça veut dire que tu es encore célibataire, fit remarquer la seconde avec un sourire méprisant. Pour ajouter à sa remarque la femme fit en sorte de mettre en avant une bague en diamant d’une taille démesurée.
-En effet je suis toujours célibataire. D’ailleurs comment va Barry ? C’est étrange qu’il ne soit pas là, rétorqua Tasha en serrant les dents pour essayer de reprendre une contenance. Remarquant son trouble le policier s’approcha d’elle pour lui montrer son soutien.


-Il est en voyage d’affaire. Sa société marche très bien alors il est très occupé, annonça-t-elle en perdant un peu de son assurance.
-Ah oui, c’est étonnant parce que la dernière fois que j’en ai entendu parler il était au bord de la faillite et vous étiez à deux doigts de divorcer. Enfin tant mieux pour toi si tu as réussi à lui pardonner de t’avoir trompé avec une fille de dix ans plus jeune que toi,
interrompit une voix féminine venant de derrière le groupe.

Rachel blêmit à cette remarque quand les autres se retournèrent. Ils purent observer une brune d’environ trente ans avec les yeux verts et de taille moyenne. La jeune femme portait une robe blanche très simple mais qui lui seyait à ravir, montrant un ventre légèrement, arrondis. En découvrant l’identité de l’inconnu Zapata se mit à sourire, ce qui fit dire à son équipier que cette nouvelle arrivante était une alliée.


-Je crois qu’il est tant que l’on y aille.
-C’est une excellente idée,
continua-t-elle. Lorsque les intruses furent parties elles se mirent à rire.
-Sarah Andrews, mon dieu tu es la personne que je ne m’attendais le moins à voir ici mais la seule que je suis ravie de rencontrer.
-Je te retourne la remarque. Pourquoi est-ce que tu t’es embarqué dans cette galère ?
-C’est une très longue histoire mais d’abord je tiens à te présenter quelqu’un,
annonça l’agente.

Elle se tourna vers son meilleur ami pour faire les présentations l’expression complétement changée. Une chose était sûre, même si elle avait encore beaucoup de difficultés à affronter durant cette soirée le cours venait d’en changeait. Reade était persuadé que qui qu’elle soit, cette Sarah pourrait aider Natasha à affronter son passé et lui permettre de comprendre ce qui tourmentait la jeune femme qui avait gagné son cœur.

Publicités

Chapitre 5: Une amie retrouvée

-Alors, je suppose que ce petit numéro veut dire que vous vous connaissez depuis très longtemps ? Questionna Reade en souriant devant la complicité des deux jeunes femmes.
-On avait huit ans donc oui ça fait une éternité. Enfin on s’est pas revue depuis le diplôme, répondit Sarah ravie d’avoir retrouvée son amie mais aussi surprise par sa présence. Connaissant son aversion pour le lycée elle n’aurait jamais imaginé voir la brune aujourd’hui. Elle était très curieuse de connaître le motif de sa venue.


-Ça veut dire que tu as plein d’histoire d’enfance très intéressante à raconter parce que le seule moyen de lui arracher des informations c’est de la faire boire. Malheureusement pour moi je ne tiens pas très bien l’alcool, plaisanta le policier observateur.
-Je vois que les bonnes choses ne changent pas. J’en ai plein en stock que je serais ravie de partager. J’aimerais beaucoup en apprendre plus sur la vie de cette petite cachotière, rit-elle de manière joviale.


-Ça c’est dans vos rêves, répliqua la principale intéressée heureuse de la tournure que prenait la soirée. Son interlocutrice avait été sa seule véritable amie pendant toute son adolescence. Elle avait été présente durant ses pires moments et même si elles avaient perdu contact l’hispanique avait toujours eu une pensée pour elle.
-C’est ce qu’on verra. Sinon, comment vas-tu depuis le temps ? Es-tu toujours dans la police ? Est-ce que tu as un petit ami ? Comment est-ce que vous vous êtes rencontrés ?


-Je vois que tu n’as pas changée, toujours aussi curieuse. Ce n’est pas étonnant que tu sois devenue avocate.
-C’est toi qui dis ça. Entre Jane, Patterson et toi on se croirait à Guantanamo dès que vous souhaitez savoir quelque chose
, répliqua-t-il en croisant son regard.

Immédiatement la nouvelle arrivante perçue une étincelle. Elle avait entendu qu’ils n’étaient pas ensemble néanmoins Sarah connaissait suffisamment sa camarade pour savoir que le jeune homme devait profondément compter pour elle. Si ce n’était pas le cas elle ne l’aurait pas emmené.


-Alors j’ai quitté le département il y a près de six ans. On travaille tous les deux pour le FBI, c’est là qu’on s’est rencontré. Je ne savais pas que tu étais revenue en ville.
-J’ai déménagé depuis quelques mois. Mon cabinet a une filiale ici et quand j’ai été promu nous y avons vu une bonne occasion de rentrer à la maison.


-D’après ce que je vois ce n’est pas la seule chose qui a changé. Tu es très enceinte et très mariée. Je serais très curieuse de savoir qui est la deuxième moitié de « on ».
-C’est une très longue histoire mais tu risques d’être surprise.
-Pourquoi ? Est-ce que je le connais ? On était ensemble au lycée je suppose.
-C’est exact et il va falloir que tu ais l’esprit ouvert.
-Arrête on croirait la fois où tu m’as convaincu de saboter une expérience de chimie pour faire annuler les cours,
fit remarquer Zapata intriguée.

En les voyant échanger Edgar réalisa qu’il y avait tout un pan de la personnalité de son amie qu’il ne connaissait pas encore.
-Tiens je l’avais oublié ça. Enfin Tasha est ce que tu te souviens de Mark ? Interrogea son ancienne camarade de classe, indiquant à son époux de les rejoindre.

En découvrant l’identité du mari mystérieux elle fut extrêmement surprise. A l’école les deux jolies brunes étaient invincibles, des parias qui servaient de martyrs dès que les cheerleaders cherchaient à s’amuser. Contrairement à Mark qui était la star du lycée : capitaine de l’équipe de football, roi du bal de promotion et élève au tableau d’honneur reçu à Stanford. Il était le stéréotype même du garçon qui ne faisait pas attention aux filles comme elles. Tasha se demandait vraiment comment ils avaient pu finir par se marier et faire un enfant. Néanmoins elle avait confiance au jugement de son ancienne meilleure amie.


-Hey, salut, alors j’avoue que pour une surprise c’est une surprise. Je suis ravie de te revoir.
-Moi aussi et tu n’as pas à faire ça. J’étais un crétin au lycée alors c’est effectivement étonnant que Sarah ait accepté de m’épouser. D’ailleurs je suis sincèrement désolé de mon comportement à durant cette période.


-Je suis entièrement d’accord enfin on a tous fait des erreurs à cette époque. C’est oublié, il n’y a pas de soucis.
-Pour faire des erreurs on en a fait. En tout cas c’est ta passe gothique que je ne risque pas d’oublier.
-Une passe gothique ? Mon dieu je tuerais pour voir des photos,
annonça Reade en commençant à la taquiner. Pendant plusieurs minutes les jeunes mariés ainsi que le duo d’amis continuèrent à discuter, apprenant à faire connaissance pour certains, rattrapant le temps perdu pour d’autres.

-Le placement est libre est-ce que ça vous dit de dîner tous les quatre ? Proposa Mark près d’une demi-heure plus tard.
-Avec plaisir, acquiescèrent les trois autres compères ravis.
-Ça ne te dérange pas ? Interrogea Edgar en la prenant à l’écart, ne sachant pas trop comment se sentait sa coéquipière.


-Absolument pas, c’est vrai que c’était un idiot au lycée mais d’après ce que je viens de voir je ne suis pas la seule à avoir radicalement changé. En plus Sarah a toujours eu de l’instinct. Sur ce coup je lui fais totalement confiance. C’est juste que … Enfin est-ce que tu te rappelles ce que l’on a tous ressenti en apprenant pour Nas et Weller ? Rétorqua l’hispanique touchée par sa constante attention.


-Personnellement j’étais dubitatif.
-Là c’est exactement pareil. Je sais qu’ils étaient dans la même université mais de là à finir marié. C’est plus qu’étonnant.
-Je suppose que ça veut dire que tu vas jouer les commères.
-Hey, je ne suis pas une commère. Enfin seulement un petit peu,
sourit-elle consciente de l’évidence.

Il le lui rendit puis les deux amis partirent rejoindre le couple. Quand le début du repas fut annoncé ils s’installèrent à une table tout en continuant à converser. Plusieurs sujets furent passés en revus tels que leurs travails respectifs, le bébé à venir, la manière dont Sarah et Mark avaient fini par se mettre en couple ou encore quelques anecdotes concernant le partenariat de Reade et Zapata. Apprenant qu’ils avaient tous les deux joués au football les deux hommes en vinrent rapidement à parler de sport.


-S’il te plaît ne me dis pas qu’il est aussi fan des Lakers ? Implora la futur maman en s’adressant à son ancienne meilleure amie.
-Si, pourquoi ? Est-ce que Mark a également été contaminé par la Californie ?
-C’est pire que ça. Sérieusement je ne sais pas ce que les mecs ont tous avec Mickael Jordan.


-J’imagine que ça veut dire que tu es aussi fan des Knicks,
fit remarquer Reade en souriant.
-Evidement, est-ce que tu connais une équipe avec d’aussi bonnes statistiques ou encore avec de meilleurs joueurs ? Taquina-t-elle sachant très bien qu’elle allait faire réagir leurs deux cavaliers.

Immédiatement un débat se lança entre les quatre passionnés de sports qu’ils étaient. Dans la joie et la bonne humeur ils continuèrent ainsi pendant un long moment. Les deux jeunes femmes avaient toujours été proches et l’alchimie qui liait la policière à son équipier n’était plus à démontrer seulement Natasha n’aurait jamais pensé trouvé une telle complicité ce soir.

Elle savait que Reade aurait des questions. Il la connaissait suffisamment pour savoir que ce n’était pas deux pestes blondes qui l’avait autant traumatisé. Néanmoins la brune pensait être capable de s’ouvrir à lui car il était la seule personne au monde qui la faisait se sentir en sécurité. Sans lui elle n’aurait jamais trouvé le courage de se rendre à cette soirée. Une chose était sûre, ces derniers mois l’avaient changé et la jeune femme était enfin prête à avancer.

Publicités

Chapitre 6: Un petit conseil en passant

Le repas se déroulait sans encombre entre rires et souvenirs. Finalement Tasha était heureuse que son ami l’ait poussé à dépasser sa peur de venir à cette réunion. Malgré cette réminiscence du passé, se replonger dans son ancien environnement n’était pas aussi désagréable qu’elle l’aurait pensé. Au cours de la soirée Reade dut s’absenter quelques minutes. Par conséquent la jeune femme se retrouva seule avec le couple.


-Bon je pense qu’il n’en a pas pour longtemps alors je vais aller droit au but. Est-ce que vous n’êtes vraiment qu’amis ? Questionna Sarah sans ménagement.
-Bien sûr, pourquoi est-ce que je te mentirais ? Rétorqua son ancienne meilleure amie, s’attendant à ce genre d’interrogation depuis leurs retrouvailles.


-Je ne sais pas mais sérieusement la tension sexuelle qui règne entre vous deux est ahurissante. C’est impossible qu’il ne se soit jamais rien passé.
-Sarah ! S’exclamèrent ses deux interlocuteurs amusés mais pris de cours par son étonnante franchise.
-Ose me dire que tu ne l’as pas également remarqué, adressa l’avocate à son mari. Ce dernier leva les yeux au ciel, conscient qu’elle avait parfaitement raison.


-Bien sûr que si mais tu n’as pas besoin d’être aussi percutante. C’est très personnel comme sujet, argua-t-il en entrant dans son jeu. Ils se chamaillèrent gentiment pendant une ou deux minutes puis reprirent leur discussion.
-Je crois que je commence vraiment à comprendre le truc, fit remarquer Zapata en parlant de leur relation. Elle évita sciemment de répondre à la question initialement posée.


-Je ne veux pas casser l’ambiance ni être indiscret mais j’aimerais assez éviter de commettre une maladresse. Je me demandais si tu l’avais mis au courant de quoi que ce soit concernant Ricky, interrogea Mark sous le regard approbateur de sa femme. A cette interruption l’hispanique s’assombrit. Elle choisit néanmoins de répondre comprenant leurs bonnes intentions.


-Non et j’aimerais que ça reste entre nous pour le moment. Je ne sais pas si je vais lui en parler encore moins quand ou comment mais je ne veux pas qu’il l’apprenne par quelqu’un d’autre.
-Bien sûr c’est pour ça que je me suis permis de poser la question. J’espère vraiment que je n’ai pas fait ressurgir quelque chose de douloureux.

-Il n’y a pas de soucis. J’apprécie l’attention. En plus, en venant ici, je savais bien que ça referrait surface, interrompit la brune se voulant rassurante. Ricky était la véritable raison qui l’avait fait redouter cette soirée. Même si son couplet sur la solitude et le harcèlement était vrai le jeune homme était le traumatisme qu’elle fuyait depuis toutes ses années. Percevant le malaise de son amie, la future maman décida de changer de sujet pour alléger l’atmosphère.


-Est-ce qu’il s’est déjà passé quelque chose entre vous ? Après tout ça pourrait expliquer pourquoi il te dévore des yeux, continua-t-elle incapable de s’enlever cette idée de la tête. L’alchimie entre les deux partenaires était plus qu’évidente. Natasha sourit devant cette ténacité et ne put empêcher le souvenir de leur baiser de remonter à la surface. Elle se mit à rougir ce qui fit comprendre à son interlocutrice qu’elle avait vu juste. Cependant son ancienne camarade de classe ne put poursuivre car leur sujet de conversation revint à table.


-Je suis désolé de l’interruption. Il fallait que je réponde, s’excusa-t-il en s’asseyant aux côtés de sa collègue.
-Est-ce que tout va bien ? Le questionna sa coéquipière légèrement inquiète.
-Oui, c’était juste une histoire de formalité administrative, sourit le policier habitué à cette sollicitude.


-Messieurs il va falloir nous excuser mais c’est à nous de nous éclipser quelques minutes.
-Pourquoi ?
S’intrigua Tasha, murmurant sa surprise à l’oreille de son amie pendant qu’elles se levaient de leurs chaises.
-Il y a un bébé là-dedans qui prend ma vessie pour son jouet alors j’ai besoin d’aller aux toilettes. En plus il faut vraiment que l’on parle, rétorqua Sarah amusée. Les deux jolies brunes partirent sous le regard interrogateur de leurs cavaliers respectifs.

-Ma femme est d’une subtilité absolument déconcertante, fit remarquer Mark une fois qu’elles furent parties. Son interlocuteur sourit.
-C’est vrai que c’est une personne assez surprenante. Enfin je ne suis pas du tout étonné qu’elle et Tasha s’entendent si bien. D’ailleurs nous avons deux autres collègues avec qui ça collerait parfaitement. Je ne pense pas me tromper en supposant qu’elles étaient déjà aussi proche à l’époque du lycée.


-Honnêtement je les ai très peu connus durant cette période. J’étais le genre de crétin qui ne faisait pas attention à ce qu’il se passait autours de lui mais de ce que je me souviens c’était le cas.
-J’étais à peu près pareil. Heureusement on a tous bien grandit depuis le temps. Est-ce que tu sais pourquoi elle avait si peur de revenir ici ? Je veux dire je connais Tasha et ce n’est pas les deux clones de star de téléréalités qui lui font cet effet.


-Je pense connaître la raison de son malaise mais même si nous n’étions pas proche c’est beaucoup trop personnel. Il est préférable que tu lui demandes toi-même.
-C’est bien ce que je pensais, conclut Edgar se demandant ce que cela pouvait être.
-Vous avez l’air très proche. Depuis combien de temps est-ce que vous vous connaissez ?
-Mon dieu ça fait presque six ans que l’on est amis.


-Effectivement ça fait un sacré bout de temps. Avec votre travail vous avez dut vivre des choses assez impressionnantes. Ça ne m’étonne pas qu’elle ait eu assez confiance pour te demander de l’accompagner.
-C’est vrai que l’on est vraiment proche. On a plutôt intérêt à être présent l’un pour l’autre. C’est très important d’avoir quelqu’un qui couvre tes arrières même si ça a largement dépassé l’aspect professionnel au fil des années.


-J’ai connu ça aussi avec ma femme.
-Nous ne sommes absolument pas … Enfin notre relation a été assez ambiguë pendant un moment mais ça ne s’est pas fait,
annonça Reade une pointe de déception dans la voix.
-Oui bien sûr, termina son interlocuteur comprenant la complexité de la situation. Ils continuèrent à parler de sport en attendant le retour des deux amies.

De leur côté les jeunes femmes poursuivirent leur conversation.
-Ok maintenant que nous sommes seules tu peux tout me raconter. Je te préviens ne me mens pas, je connais ce petit sourire.
-Tu es vraiment incorrigible. Il y a presque un an il y a eu un raid qui a mal tourné. Reade a été blessé assez gravement. Quand je l’ai ramené de l’hôpital après son opération il m’a embrassé, avoua Zapata sans opposer de résistance.

Elle savait très bien que son interlocutrice n’abandonnerait jamais maintenant qu’elle avait perçu sa gêne. Lutter était vain.
-C’est ce que tu appelles être juste amis.
-Nous ne sommes qu’amis parce que je l’ai repoussé et je suis partie. Quand on s’est revu il m’a avoué que ce n’était que les antidouleurs et le choc. Ce qui était plus que probable.
-Je comprend mieux.
-Qu’est-ce que tu comprends ?


-Votre opération qui a mal tourné a fait remonter de terribles souvenirs. Quand il t’a embrassé tu as eu peur de revivre le passé alors tu as préféré botter en touche pour éviter de prendre le risque de perdre ton meilleur ami.
-J’ai deux amies avec qui tu t’entendrais incroyablement bien. Sérieusement est-ce que je suis devenue si transparente que ça ?


-Je n’en sais rien. Une chose est sûre, vous êtes tous les deux extrêmement proches. C’est toujours dur de se détacher du passé. Ça m’a pris un moment avant d’être prête à avancer alors je comprends tout à fait ton comportement. Néanmoins la manière dont il te regarde est sans équivoque. Parfois prendre le risque ça vaut le coup. Après tout, si à notre entrée en seconde on m’avait dit que je finirais avocate, mariée à Mark est bientôt mère j’aurais éclaté de rire,
exposa Sarah en se voulant bienveillante.


-C’est vrai que récemment j’ai commencé à l’envisager. Particulièrement depuis que j’ai reçu l’invitation.

-Alors si tu considères déjà cette option je n’ai pas besoin d’en dire plus. Je crois qu’il est temps que l’on rejoigne les garçons, conclut-elle, ne voulant pas insister plus que nécessaire. Elles retournèrent dans le gymnase puis Tasha décida qu’il était temps de s’ouvrir à son meilleur ami.

-Hey, ça te dit d’aller faire un tour ?
-Bien sûr, avec plaisir,
approuva le policier, percevant que quelque chose avait changé. Le duo partit faire le tour de l’établissement pour se replonger dans le passé. Pour la première fois depuis longtemps elle se dit qu’elle était prête à se décharger du passé pour pouvoir avancer et être pleinement heureuse.

Publicités

Version fanfiction.net : https://www.fanfiction.net/s/13354311/1/Retour-au-lyc%C3%A9e

Remerciement

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, merci pour votre attention et j’espère que la lecture vous à plus. Si vous avez des remarques ou des suggestions rejoignez-nous sur les réseaux sociaux, envoyez un mail à l’adresse indiquée ou contactez-nous à travers le formulaire. C’est avec plaisir que je répondrais à toutes vos questions et que je dialoguerais avec vous dans le but de vous aider mais aussi de m’améliorer.

N’hésitez pas à vous abonnez-vous à mon blog

Cliquez pour recevoir directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception. Ainsi vous serez les premiers au courant de notre actualité, des histoires publiés mais aussi de nos dernières promotions et bons plans sur Etsy.

Laisser un commentaire

Recevez un cadeau dans votre boîte mail dans la semaine.

%d blogueurs aiment cette page :