Fan du monde

Retour au lycée : Fanfiction Blindspot (1) chapitre 1 à 3

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Publicités

Présentation

Personnages: Reade et Zapata

Résumé:  Tasha reçoit une invitation à la réunion d’anciens élèves de son lycée. Seulement elle a détesté cette partie de sa vie et n’a aucune envie d’y aller. En voyant le trouble de sa coéquipière Reade décide de l’aider à faire face à son passé.

Publicités

Histoire « Retour au lycée »

Chapitre 1: Un mauvais début de journée

On était mi-mars et le printemps commençait à arriver à New York. C’était un jeudi comme les autres. Le ciel était bleu, la température était douce. Il ne faisait ni trop chaud ni trop froid. De plus l’équipe de l’agent Weller n’avait pas de grosse affaire en cours.

En résumé c’était le début d’une journée parfaite. Seulement, contrairement à tous ses collègues, l’agent Zapata arriva en retard et de mauvaise humeur. Sans un mot elle s’installa à son bureau et commença à taper un rapport. Surprit par l’attitude de leur collègue, les agents Patterson et Reade se regardèrent, étonnés. La jeune informaticienne décida donc d’aller parler à son amie. Elle s’approcha de son bureau et se positionna juste à côté d’elle.


-Salut ça va ? Demanda-t-elle sans faire de fioriture.
-Oui je vais bien et toi ? Rétorqua la brune en essayant de cacher son trouble. Elle était tellement plongée dans ses pensées qu’elle n’avait pas entendu l’arrivée de sa meilleure amie.


-Ça va mais toi tu es sûre que tout est en ordre. Enfin tu sais que je suis là en cas de besoin ?
-Bien sûr mais tu n’as pas à t’inquiéter. Je vais bien. Je suis juste un peu distraite parce que je me suis levée en retard, c’est tout,
mentit Tasha. Elle était touchée par l’inquiétude de son amie mais elle n’avait pas très envie de parler. Ce n’était rien d’important, juste un stupide rappel de son passé et de l’échec de sa vie.


-Ok dans ce cas je vais retourner bosser. Enfin tu sais où me trouver si tu veux parler, précisa l’informaticienne. Elle retourna près de son collègue masculin et déclara.
-Je ne sais pas ce qu’il ne va pas mais il y a définitivement un truc. Essaye, elle te parlera plus qu’à moi.


-Si tu le dis. Je ne te garantis rien mais je vais garder un œil sur elle aujourd’hui et si j’ai une occasion j’essayerais de la faire se confier,
annonça Edgar en ne quittant pas sa coéquipière des yeux.

Il était inquiet pour elle car ce n’était pas dans les habitudes de son amie d’être aussi froide et distante. Même quand elle allait mal elle n’était jamais si loin de la réalité. Elle avait l’air complètement perdue. Tout au long de la matinée les membres de l’équipe tapèrent silencieusement leur rapport en retard mais personne ne parlait. Vers dix heures Reade, en voyant le visage pâle et fatigué de sa partenaire, décida qu’il était plus que temps d’agir. Il s’approcha de son bureau et s’installa là où Patterson était quelques heures plus tôt.


-Ça te dit d’aller boire un café parce que je ne sais pas toi mais j’ai vraiment besoin de prendre l’air, proposa-t-il en souriant tendrement. Natasha savait très bien qu’il essayait de la faire se confier. La jeune femme n’en n’avait absolument pas envie seulement elle était vraiment épuisée et avait bien besoin d’un café. En plus elle ne pouvait pas résister à son sourire. Edgar avait le don de la faire se sentir mieux en un claquement de doigt.
-Bonne idée ça me fera du bien, répondit-elle en souriant faiblement.

L’hispanique se leva puis ils se rendirent côte à côte et en silence dans la salle de pause. Reade alla chercher leurs boissons favorites pendant que la jolie brune leur réserva une table dans la salle pleine. Ils s’assirent ensuite face à face. Les deux amis discutèrent un moment des affaires en cours et de l’avancée dans leur rapport puis voyant qu’elle se détendait il tenta une approche.
-Alors tu vas te décider à me dire ce qui ne va pas ou je vais devoir trouver tout seul ?
Tasha sourit et avala pensivement une gorgée de café.


-C’est dingue ça fait tellement longtemps qu’on bosse ensemble que parfois j’oublie à quel point tu me connais bien, essaya-t-elle en voulant détourner son attention tout en lui faisant un compliment.
-Tash’ je te vois venir. N’essaye pas de changer de sujet. Je vois bien que quelque chose ne va pas et je m’inquiète pour toi.
-Écoutes ce n’est rien vraiment, juste des mauvais souvenirs alors laisse tomber ça n’a pas d’importance.
-C’est hors de question. Si ça te met dans cet état là c’est que ça compte pour toi et dans ce cas ça compte pour moi aussi,
rétorqua le jeune policier en posant délicatement sa main sur celle de sa meilleure amie.

Tasha frémit à ce contact. Malgré toutes ses années elle ne s’était jamais habituée à sa tendresse, ses attentions et sa gentillesse. Elle se sentait en sécurité et en paix quand elle était avec lui. En plus c’était stupide elle le savait, jamais Reade ne la jugerait. Ils connaissaient tous les deux l’importance que pouvaient avoir les souvenirs. Seulement tous ce qui découlait de ses années de lycée était complexe et encore très douloureux, même après quinze ans à essayer d’oublier.


-Non mais vraiment c’est stupide en plus j’ai horreur de ça.
-Horreur de quoi ? D’être perturbée par quelque chose ? De te confier à quelqu’un ? D’accepter de l’aide ? Tu as le droit d’avoir des sentiments Tasha et tu as le droit de pouvoir compter sur quelqu’un, d’être vulnérable.

Le policier savait qu’il lui en demandait beaucoup, qu’être là avec lui à parler était déjà un grand pas pour la jeune femme. Seulement il savait aussi que s’il ne la poussait pas à parler elle allait se renfermer sur elle-même et il ne voulait pas la voir souffrir comme il avait souffert. Même quand il avait été au plus bas elle avait toujours été là pour lui. Alors il serait à ses côtés parce que l’idée de la savoir malheureuse, en colère ou triste lui retournait le cœur.
-Ce matin j’ai reçu une invitation pour la réunion des anciens élèves de mon lycée, avoua-t-elle finalement.


-Je vois. Tu sais le lycée ça n’était facile pour personne si tu n’as pas envie d’y aller tu n’as qu’à jeter l’invitation, la rassura Edgar compréhensif mais aussi intrigué. Il sentait bien que c’était plus compliqué que ce qu’elle voulait bien admettre néanmoins il ne voulait pas la brusquer. Le jeune homme décida de dédramatiser la situation afin de relâcher la pression qui pesait sur ses épaules.
-Honnêtement j’aimerais bien que ça soit aussi facile.


-Seulement il y a plus et cette invitation a ouvert une porte que tu souhaiterais refermer pour de bons,
l’interrompit Reade en voyant qu’elle ne trouvait pas ses mots. Sa coéquipière avait définitivement vécu des expériences assez dures et elle avait besoin d’y faire face. Tendrement il entrelaça leurs doigts et caressa le dos de sa main avec son pouce.


C’est un truc dans le genre. Tu es au courant que c’est assez flippant la manière dont tu lis dans mes pensées comme ça. Malgré la multitude de mauvais souvenir qui l’assaillait depuis le matin elle ne put s’empêcher de sourire. Elle se sentait chanceuse d’avoir une personne aussi attentionnée et délicate que lui à ses côtés. Il avait toujours su comment la faire se sentir bien.

-Que comptes-tu faire ?
-Je n’en ai pas la moindre idée. D’un côté je n’ai aucune envie d’y aller pour passer la soirée à faire semblant d’apprécier des personnes que j’ai toujours détestées dans un endroit qui ne fera que me rappeler de mauvais moments mais de l’autre ça serait peut-être bien que j’y aille pour « fermer cette porte pour de bon » comme tu l’as si bien dit.


-Je peux me permettre de te donner mon opinion.

-Bien sûr que tu peux je serais sincèrement vexée si tu ne le faisais pas depuis le temps.
-Tu devrais y aller pour pouvoir passer à autre chose. Je ne sais pas ce que tu as vécu exactement mais s’il y a bien une chose que j’ai appris avec l’enquête sur Jones c’est que parfois il faut faire face à ses pires cauchemars pour avancer. En fait ça me vient même de toi.

-Comme quoi je suis plutôt de bon conseil, plaisanta-t-elle afin d’alléger l’atmosphère. La jeune femme commençait à être ébranlé par ce trop-plein de sentiments. Elle lâcha donc la main de son coéquipier et se réinstalla au fond de son siège en passant une mèche de cheveux derrière son oreille. Elle se mordilla la lèvre inférieure et sourit timidement.


-C’est vrai que tu es plutôt douée quand tu veux. C’est dans combien de temps exactement ?
-Deux jours, c’est samedi soir.
-Bien ça veut dire que tu as un peu de temps pour réfléchir et prendre la décision qui te conviendra le mieux.
-C’est vrai. Ça fait déjà une demi-heure on devrait y retourner.
-Bonne idée, après tout la paperasse ne va pas se faire tout de seule,
acquiesça l’agent en comprenant qu’elle avait besoin de temps pour réfléchir.

Ils remontèrent à leur étage en discutant de tout et rien comme à leur habitude. C’était toujours facile entre eux. Peu importe le problème ils trouvaient un moyen de le régler, ils savaient toujours quand pousser l’autre dans ses retranchements et quand y aller en douceur. Au détour dans couloir Tasha interrompit leur marche.


-Tu sais quoi je viens de me rappeler qu’il fallait que j’aille voir Patterson pour ses rapports de la dernière enquête. En plus j’aimerais assez m’excuser, j’ai été un peu froide ce matin.
-Pas de soucis je pense que je suis assez grand pour retourner dans l’open space seul tu sais
, blagua gentiment Edgar. La jolie brune se mit à rire puis partit en direction du laboratoire quand elle fut interrompue.


-Tash’ si tu as besoin de parler ou même d’un soutien moral si tu décides d’y aller je suis là. Surtout n’hésite pas d’accord.
-Merci,
murmura-t-elle timidement, touchée que quelqu’un se préoccupe autant de son bien-être, que Reade le fasse. L’hispanique sourit et reprit son chemin en se disant qu’il fallait vraiment qu’elle aille une discussion avec sa meilleure amie.

Publicités

Chapitre 2 : Une discussion entre amis

Quand Zapata arriva à destination elle se rendit compte que c’était aussi calme que dans leur service. Les laborantins vaquaient à des occupations diverses et variés tout en discutant tranquillement. Au bout de quelques secondes elle aperçut Patterson et Jane, isolées, en grande conversation. La blonde distingua son amie et lui fit immédiatement signe de les rejoindre.


-Hé salut ça va mieux ? Demanda la brune de manière concernée. Elle avait passé son début de matinée à s’inquiéter pour sa collègue.
-Oui ça va mieux merci. J’étais venue pour m’excuser je ne voulais vraiment pas être froide ce matin. Je sais que tu voulais juste m’aider
-Ne t’inquiète pas pour ça je comprends tout à fait. Après tout on a tous de bons et de mauvais jours. J’espère juste que ça va, rassura l’informaticienne bienveillante.


Oui ne t’inquiète pas. J’ai reçu une invitation pour ma réunion d’anciens élèves et ça m’a rappelé des souvenirs que j’aurais préféré oublier mais ça va, vraiment.
-Tu es sûre ?
Questionna Jane sachant très bien que son amie était très douée pour cacher ses émotions.
-Absolument, j’ai parlé avec Reade et il m’a aidé à m’éclaircir les esprits.


-Je vois. Alors si tu as parlé avec Reade,
rit gentiment la blonde. Elles échangèrent un regard entendu avec sa collègue en souriant malicieusement. Toute l’équipe savait à quel point les deux partenaires étaient proches, quel influence l’un pouvait avoir sur l’humeur de l’autre ou même à quel point ils pouvaient être amoureux sans même se rendre compte des sentiments de l’autre.
-Ok c’était quoi ça ? Interrogea Tasha interpellée par cet échange complice.


-Rien du tout on est juste rassuré que tu lui te sois confié à quelqu’un. Je suis certaine qu’il s’est montré attentif et adorable, comme à chaque fois qu’il est avec toi, continua sa meilleure amie en sachant très bien où elle voulait amener la conversation.
-Écoute, tu ne vas pas recommencer avec ça. Il ne ressent rien de plus pour moi que de l’amitié.
-Mais oui bien sûr et c’est la même chose pour toi. Il faut que tu arrêtes de te voiler la face.


-Je ne me voile pas la face il me la garantit après le raid contre Sandstorm. Quant à ce que je peux ressentir pour lui ça n’a pas d’importance.
-Bien sûr qu’il t’a garanti une chose pareille après que tu as flippé quand il t’a embrassé. Tu devrais lui dire ce que tu ressens. Je suis certaine tu serais agréablement surprise,
assura Jane calmement. Elle comprenait très bien l’angoisse de sa collègue seulement ils loupaient quelque chose de beau tous les deux et c’était vraiment dommage. Après tout si elle n’avait pas déclaré ses sentiments à Kurt ils ne seraient pas aujourd’hui sur le point de se marier.


-Comment pouvez-vous en être aussi sûres ?
-C’est évident Tash’. Il te regarde comme si tu étais la huitième merveille du monde. Vous passez votre temps ensemble. Vous vous connaissez sur le bout des doigts et vous êtes complètement en osmose.

-Quand vous avez discuté tout à l’heure comment s’est-il comporté exactement ?
-Comme d’habitude il a été attentif, compréhensif et presque tendre. Il m’a même dit que si j’avais besoin d’un cavalier je pouvais compter sur lui, enfin si je décidais d’y aller.


-Et tu comptes aller à cette soirée je suppose sinon tu ne nous parlerais même pas de sa proposition. J’en déduis donc que tu ne sais pas si tu dois lui demander de venir avec toi, déclara Patterson.
-Non mais il faut vraiment que vous arrêtiez de lire dans mes pensées ainsi. Je deviens vraiment trop prévisible.
-Absolument pas on te connaît c’est tout,
rétorqua la jeune tatouée.
-Sérieusement tu crois vraiment qu’il se comporterait comme ça si tu n’étais qu’une amie parce qu’aussi génial que soit Reade je ne pense pas qu’il fera ça pour n’importe qui, ajouta la blonde.

-Je n’en sais rien. C’est ça le problème. Je ne veux pas gâcher notre amitié à cause de mes sentiments ou d’une mauvaise interprétation. Enfin sinon vous croyez que je devrais lui demander de venir avec moi ?
-Ça dépend. As-tu envie d’aller à cette soirée ?


-Je n’irais pas jusque-là mais je pense que j’en ai besoin, pour passer à autre chose. Le truc c’est que d’un côté je ne suis pas certaine d’y arriver toute seule mais il y a certaines choses que je n’ai pas envie qu’il découvre.
-Demandes lui. Même si tu es assez forte pour y aller seule ça ne veut pas dire que tu dois l’être Tash’. En plus tu connais Reade, jamais il ne te jugera ou te poussera à parler si tu n’en as pas envie.
-Je sais mais je ne veux pas être ce genre de personne.


-Dépendante de quelqu’un, vulnérable ? Arrête s’il te plaît il n’y a aucun mal à demander de l’aide alors files et fais-le,
termina Patterson de manière autoritaire.
-Bon d’accord visiblement je n’ai pas le choix, fit remarquer la jolie brune d’un air désespéré. Elle regarda tour à tour ses amies puis se leva sans un mot pour retourner dans l’open space.
-Tu crois vraiment qu’elle va lui demander ? Demanda Jane après que son amie soit partie.


-Je pense et je tuerais pour voir ça seulement elle ne nous donnera aucun détail, répondit l’informaticienne dépitée. Elles restèrent silencieusement quelques minutes puis le visage de la future madame Weller s’illumina.
-Les bureaux sont pleins de caméras de surveillance tu pourrais avoir accès à celles à côté du leur ?
-Mais bien sûr Jane tu es géniale. Il ne reste plus qu’à espérer qu’elle suive nos conseils.

Sur le trajet Tasha se dit que ses collègues avaient raison. Il n’y avait aucune honte à demander de l’aide surtout qu’il lui avait proposé. Seulement l’idée de montrer cette partie de sa vie à Reade la terrifiait. La jeune femme avait vécu en enfer pendant ses années lycées, sur tous les plans et il fallait vraiment qu’elle tourne la page. Elle arriva à son bureau et s’installa sous le regard attentif de son ami. Au bout de quelques minutes elle sourit en se rendant compte qu’il n’arrêtait pas de la regarder.


-Je vais bien ne t’en fait pas, rassura-t-elle en tournant son fauteuil vers lui.
-J’en suis ravi. Est-ce que ça s’est bien passé avec Patterson ?
-Oui elle a parfaitement compris. On en a un peu discuté elle m’a à peu près tenu le même discours que toi,
raconta-t-elle en omettant délibérément une partie de la conversation.
-Et ?


-Il se trouve que vous avez tous les deux raisons. Je vais aller à cette soirée en espérant que mes anciens camarades de lycée aient un minimum murit.
-Je t’ai vu neutraliser une bande de terroriste alors qu’on était coincé sur une île turque sans aucun renfort alors sincèrement je suis sûr que tu sauras gérer.
-T’es gentil mais c’est un peu plus compliqué que ça. Enfin merci d’essayer,
sourit Natasha toujours hésitante. La jeune femme s’adossa dans son siège et resta immobile un moment.

Edgar voyait bien qu’elle avait quelques choses en tête et à la manière qu’elle avait de le regarder il avait une idée de ce que cela pouvait être mais il ne voulait pas paraître insistant. Quelques minutes plus tard elle se tourna à nouveau vers lui.
-Reade ?
-Oui, répondit le jeune homme en lui lançant son plus beau sourire. Il se voulait rassurant seulement quand Tasha le vit elle ne put s’empêcher de paniquer.


-Non laisse tomber c’est rien. Elle se remit à sa place une nouvelle fois en se maudissant. Quand il vit son comportement Edgar comprit que lui demander son aide était quelque chose de difficile pour elle.
-Je passe te prendre vers quelle heure ? Se risqua-t-il à demander.
-18 h 30 s’il te plaît, rit l’hispanique en bénissant sa clairvoyance. Le fait qu’il la connaisse aussi bien était à la fois adorable mais aussi assez terrifiant. Elle n’avait pas l’habitude d’être si vulnérable avec qui que ce soit. Le plus déroutant était qu’elle ne s’en sentait pas menacé. Au contraire elle ne s’était jamais sentit aussi en sécurité qu’avec son meilleur ami.
 

Les deux collègues se remirent au travail comme si rien n’était même s’ils étaient tous les deux distraits par une multitude d’émotions et de questions. En fin de journée Weller réuni l’équipe pour leur donner leur weekend. Comme c’était plutôt calme il s’était dit qu’un peu de temps libre serait bénéfique à tout le monde. En cas de problème il n’aurait qu’à les appeler.

Dès cette annonce Jane et Patterson s’empressèrent d’organiser une journée fille ce qui en plus de leur faire un bien fou, leur permettrait de faire en sorte que Tasha se confie plus à propos de sa relation avec Reade ainsi que ces années de lycée. La jolie brune, bien forcé d’accepter, donna rendez-vous à ses amies le lendemain pour un jogging matinale.

Publicités

Chapitre 3 : Une rentre surprenante

Vers sept heures et demie le lendemain les trois jeunes femmes se retrouvèrent dans Central Park et firent une course de plusieurs kilomètres ainsi que quelques exercices de self défense et de musculation. Après plusieurs heures de sport intensif elles s’arrêtèrent dans leur café habituel afin de prendre un petit déjeuner. Ce qu’elles ne savaient pas c’est que Reade et Weller avaient eu la même idée.


-Franchement Tash’ tu peux me dire pourquoi est-ce que tu as voulu faire du sport si tôt le matin alors qu’on est en congé ? Demanda Patterson essoufflée en se dirigeant vers la caisse pour commander.
-Quoi, j’avais de l’énergie à évacuer et puis ça n’a jamais fait de mal à personne un peu de sport, se moqua gentiment Zapata. Bien que les discussions de la vieille lui aient fait beaucoup de bien la brune avait énormément de choses en tête. Le sport l’aidait à s’éclaircir les esprits.
-C’est vrai enfin de si bon matin j’ai tendance à préférer un autre type de sport, plaisanta Jane avec un sourire en coin.
-S’il te plaît, pas ce genre d’imagines c’est notre patron je te rappelle, rit la blonde.
-Madame la future mariée nous n’avons pas toutes un homme sur qui compter je te signale, s’exclama Tasha.
-Alors là c’est complètement ta faute. Si tu nous écoutais un peu tu ne serais pas célibataire, rétorqua son amie en voyant une ouverture.
-Oh c’est bon vous n’allez pas recommencer.
-Bien sûr que si et on ne te lâchera pas jusqu’à ce que tu lui aies dit,
continua l’informaticienne en se retournant vers sa collègue.

En levant la tête elle put voir ses coéquipiers masculins, assis à une table pas très loin d’elles, suffisamment près pour qu’ils aient entendu leur conversation. Lorsqu’elles virent le trouble de Patterson, Tasha et Jane se retournèrent.
-Tu savais qu’ils seraient là, chuchota l’hispanique anxieuse à l’idée qu’ils aient entendu leur conversation. Ce n’était pas dramatique puisque elles n’avaient rien de plus qu’une discussion classique entre amies seulement ça restait affreusement gênant.


-Pas du tout ils ont dû décider ça ce matin. Quand je suis partie Kurt dormais encore.
-Je sais qu’on est capable de beaucoup mais si nous avions voulu te caser avec Reade nous ne nous y serions pas pris de cette manière.


Les trois jeunes femmes se regardèrent puis Zapata se mit à sourire en imaginant parfaitement de quoi ses meilleures amies étaient capables dans ce genre de situation. Elles récupérèrent leurs cafés puis se rendirent à leur table quand les deux hommes leur firent signe de les rejoindre. Jane échangea un baiser avec son mari puis s’installa à ses côtés. Patterson s’installa entre elle et Reade et Zapata entre ses deux collègues masculins.

-Vous êtes très matinal à ce que je vois. Sincèrement un jogging à sept heures du matin je peux savoir pourquoi ? Interrogea Edgar en riant, intrigué par les brides de conversation qu’il avait entendues.
-Comme tu l’as entendu juste de l’énergie à dépenser. En plus il faut bien que l’on se maintienne en forme, répondit Jane en essayant de changer de conversation. Elle ne voulait pas que l’un des deux nouveaux arrivant commence à poser des questions et que Tasha se sente embarrassé.


-Qu’est-ce que tu crois ce n’est pas en restant dans mon canapé que j’arrive si souvent à te battre à l’entraînement, se moqua gentiment l’hispanique, lui souriant tendrement. Les deux partenaires se mirent à rire de manière bon enfant puis le reste de l’équipe se joignirent à eux conscient de l’alchimie entre leurs amis. L’équipe prit le petit déjeuner en discutant joyeusement de tout et rien. Une bonne heure plus tard ils décidèrent qu’il était temps de se quitter.


-Alors on se rejoint vers midi au restaurant habituel ? Proposa la jolie blonde à ses amies. Les deux autres femmes hochèrent la tête en signe d’approbation.
-Qu’est-ce que vous allez faire cette fois-ci ? À votre dernière sortie entre fille Patterson tu es revenu avec les cheveux deux fois plus long et Tash’ deux fois plus court sans parler de la couleur, demanda l’afro américain amusé.

Il n’avait jamais compris ce besoin que les femmes avaient d’aller s’acheter de nouveaux vêtements ou de changer de coiffure. En plus ses amies étaient loin d’en avoir besoin.
-On va faire du shopping pourquoi tu as un problème avec nos coupes de cheveux, taquina une nouvelle fois la brune d’humeur joueuse. Elle s’approcha de lui en le regardant dans les yeux. Le jeune homme, troublé, se mit à bégayer.
-Absolument pas ça vous va très bien, à toutes les deux, ça te va magnifiquement bien enfin je …

Quand elles virent l’état dans lequel il était les trois jeunes femmes se mirent à rire.
-Tu t’es fait avoir, sourit Kurt en sachant très bien l’effet que leur amie avait sur son collègue, le même que celui de sa future femme sur lui.

Chacun repartit chez soi de bonne humeur. Même s’ils passaient toutes leurs journées ensemble lorsqu’ils travaillaient ils étaient toujours plus qu’heureux de passer du temps. Deux heures et demie plus tard Weller et Edgar vaquaient respectivement à leurs occupations. Jane, Patterson et Tasha étaient rentrées se doucher et se changer afin de rejoindre leur restaurant favori. Elles s’installèrent, commandèrent puis se remirent à discuter tranquillement.


-On peut savoir ce qu’il s’est passé ce matin entre Reade et toi ? Demanda l’informaticienne en souriant malicieusement.
-Qu’est-ce que tu veux dire par « ce qu’il s’est passé » ?
-Oh pitié je ne vous ai jamais vu aussi, je n’ai même pas le mot, joueurs. Franchement Tash’ vous flirtiez comme des adolescents. Tu riais à toutes ses blagues et dès que tu avais une occasion tu le taquinais jusqu’à ce que vous rougissiez comme deux lycéens à leur bal de promo.

-Il faut que tu arrêtes de regarder des comédies romantiques tu te fais des idées.
-Absolument pas, j’ai l’impression que ta proposition à encore accentué l’ambiguïté de votre relation,
interrompit la brune.
-En fait je ne lui ai pas vraiment demander.


-Quoi mais tu as dit que vous y alliez tous les deux,
s’étonnèrent ses amies.
-C’est vrai seulement on ne peut pas dire que je lui ai demandé en bonne et due forme. J’allais le faire mais j’ai hésité. Il a dû le voir parce qu’il m’a tout simplement demandé à quelle heure il devait venir me prendre.
-Ok c’est vraiment trop mignon,
s’enthousiasma la blonde.
-J’avoue que sur le moment ça m’a fait sourire mais le fait est que ce n’est pas un rendez-vous.

-Le fait est que ça ne dépend que de toi. Je ne te dis pas de lui avouer ce que tu ressens parce que je comprends tout à fait que ça te fasse peur mais s’il te plaît reste ouverte. Essayes de l’observer et ne pars pas totalement défaitiste.
-Si je te promets de rester ouverte à toutes les possibilités on peut changer de sujet ?


-D’accord mais on va acheter des nouvelles robes. Comme ça tu pourras la mettre demain soir. En plus de montrer à tous ses crétins de ton lycée la femme extraordinaire que tu es devenu tu achèveras de faire tourner la tête de notre cher ami. Je peux te garantir que même ton pessimisme légendaire ne pourra pas nier la vérité.
-Si ça peut te faire plaisir après tout je ne savais pas quoi me mettre mais toi pourquoi tu veux une nouvelle robe ?
S’intrigua l’hispanique amusée par le comportement de sa collègue.

Elle savait que son amie faisait ça pour son bien. Elle lui redonnait également espoir parce que Tasha savait que jamais Patterson ne lui garantirait de telles choses sans en être sûre.
-Depuis quand est-ce que j’ai besoin d’une bonne excuse pour m’acheter de nouveaux vêtements ? Rétorqua l’informaticienne de manière enthousiaste. Pour la première fois depuis ce qu’il semblait être une éternité ils avaient enfin un moment de répits et ils étaient heureux. Tous ce qu’elle voulait c’était recommencer à vivre et que sa meilleure amie en fasse autant.

Les deux brunes se regardèrent et se mirent à rire. C’était agréable d’être spontanées et légères. Pour une fois elles pouvaient penser à des choses simples comme leurs amours, leurs gardes robes ou même s’amuser sans aucun psychodrame à l’horizon.

Les trois jeunes femmes ne savaient pas combien de temps cette accalmie durerait mais elles comptaient bien en profiter. Une heure plus tard elles finirent de déjeuner puis partirent à la recherche de la robe parfaite pour la soirée du lendemain. Elles la trouvèrent dans une petite boutique qu’elles avaient l’habitude de fréquenter.

Zapata, d’abord réticente, se décida à l’acheter sous les supplications de ses deux collègues qui lui assurèrent que leur coéquipier ne pourrait jamais lui résister dans une tenue pareille. La jeune femme céda avec le maigre espoir que le génie qu’était sa collègue ait raison.

Publicités

Version fanfiction.net : https://www.fanfiction.net/s/13354311/1/Retour-au-lyc%C3%A9e

Remerciement

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, merci pour votre attention et j’espère que la lecture vous à plus. Si vous avez des remarques ou des suggestions rejoignez-nous sur les réseaux sociaux, envoyez un mail à l’adresse indiquée ou contactez-nous à travers le formulaire. C’est avec plaisir que je répondrais à toutes vos questions et que je dialoguerais avec vous dans le but de vous aider mais aussi de m’améliorer.

N’hésitez pas à vous abonnez-vous à mon blog

Cliquez pour recevoir directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception. Ainsi vous serez les premiers au courant de notre actualité, des histoires publiés mais aussi de nos dernières promotions et bons plans sur Etsy.

Exit mobile version