Réunion de famille : Fanfiction Hawaii 5-0 (1) chapitre 4 à 6

Présentation

réunion de famille

Résumé :

Un oncle de Junior organise une réunion de famille pendant le weekend précédant Thanksgiving. L’ex-Navy Seal souhaite y aller mais est assez angoissé à l’idée d’affronter son père et un si grand pan de son passé. Encore une fois il pourra compter sur le soutien de sa collègue seulement ce petit séjour en famille risque de réveiller des sentiments profondément enfouis

Publicités

Histoire « Réunion de famille »

Chapitre 4 : L’arrivée

Cela faisait déjà bien une demi-heure qu’ils étaient en route. La circulation était calme et les deux amis discutaient joyeusement sur fond de musique rock des années 80. Après un moment Tani se résolu à poser des questions.
-Est-ce que tu pourrais me parler un peu plus de ta famille ? Je veux dire tu m’as raconté quelques bons souvenirs mais qui va-t-on rencontrer exactement ? Comment sont-ils ?


-Comme tu le sais mes parents sont invités. Nous allons chez mon oncle et ma tante. Il est aussi mon parrain. Il y aura également ses deux filles, leurs maris et leurs cinq petits-enfants. Nous verrons également trois oncles et tantes qui ont tous des enfants. Mon grand-père est décédé il y a quelques années maintenant mais ma grand-mère sera là également. En tout, il y aura plus d’une trentaine de personnes. Ils sont tous très gentils et je suis sûr qu’ils seront ravis de t’accueillir, particulièrement si ça leur permet de glaner quelques détails sur ma vie privée. J’ai des cousines extrêmement curieuses.


-Attend je ne savais pas que tu avais une si grande famille. Est-ce qu’ils habitent tous sur l’île ou certains viennent du continent ? Si on dort tous sur place c’est que ton oncle doit avoir une maison vraiment immense,
s’interrogea curieusement la brune. Elle mourrait d’envie de tous connaître au sujet de Junior et sa famille.


-Certains de mes cousins les plus jeunes vivent sur le continent pour leurs études mais sinon le reste de la famille vie sur l’archipel. Je te confirme que cette maison est immense. Il se trouve qu’ils ont tous les deux très bien réussi leurs reconversions. Ma tante, qui était médecin dans l’armée, travaille désormais à l’hôpital d’Oahu. En plus de son entreprise de sécurité privée mon oncle possède quelques affaires s’occupant d’excursion pour les vacanciers. On n’a définitivement pas choisi la voie la plus lucrative, expliqua le jeune homme ravi de son intérêt. Il la sentit profondément sincère et ça lui fit chaud au cœur.


-Ça c’est le moins que l’on puisse dire. Enfin je ne changerais ça pour rien au monde. Avant j’étais seule mais avec le 5-0 j’ai trouvé un but et une vraie famille, confessa mélancoliquement l’hawaiienne. Junior remarqua sa tristesse mais ne fit aucune remarque. Il était conscient que la mort de son père lui pesait encore beaucoup. De plus elle ne parlait jamais de sa mère, ce qui était très étrange la connaissant. Le policier se promit de tout faire pour apaiser sa peine mais il voulait trouver le bon moment, lorsqu’ils seraient seuls, sans aucune perturbation extérieure et qu’il la sentirait prête.
-On est arrivé. Admire un peu le paysage, sourit-il en faisant un signe de tête. Il savait que l’endroit faisait toujours le même effet aux nouveaux arrivants.

Quand elle regarda dans la direction indiquée elle fut bouche bée.  Ils se trouvaient devant une immense bâtisse de style typiquement hawaiien composée de plusieurs bâtiments. Le jardin était immense avec une végétation luxuriante. On pouvait en effet y observer une herbe extrêmement verte, de nombreux arbres et des fleurs de toutes les couleurs. Pour couronner le tout, il y avait un accès à une plage privée à couper le souffle. Les deux amis descendirent de la voiture. L’ancien marin se dirigea vers le coffre pour sortir leurs affaires lorsqu’ils furent accueillis par un couple avoisinant la cinquantaine d’années.


-Junior, mon chéri te voilà enfin, nous sommes tellement contents de vous voir, s’exclama la femme folle de joie. Il embrassa rapidement le duo puis se tourna vers sa collègue.
-Tata, tonton, je vous présente ma coéquipière Tani.
-Monsieur et Madame Reigns je suis sincèrement ravie de vous rencontrer et permettez-moi de vous dire que vous avez une maison absolument superbe,
salua poliment la brune en essayant de passer par-dessus sa soudaine timidité.


-Oh s’il vous plaît, pas de ça avec nous appelez nous Elizabeth et George. Tous les amis de Junior sont ici chez eux. Nous sommes très heureux de vous rencontrer depuis le temps que l’on entend parler de vous et de vos collègues, rassura-t-elle en se penchant pour lui faire une accolade amicale. La policière se détendit instantanément face à la convivialité apparente de ses hôtes. Elle ne put également s’empêcher de s’interroger sur la signification de ses derniers mots.
-Est-ce que vous avez faits bonne route ? Interrogea l’homme.


-Oui très bonne, la journée a été relativement calme. Nous avons donc pu partir suffisamment tôt pour éviter les embouteillages, répondit-elle. Son ami prit les deux sacs et ils se dirigèrent vers la maison tout en continuant à échanger des banalités. En entrant elle put observer une décoration mixant modernisme et traditions hawaiiennes à la perfection. Les murs tiraient entre le jaune pâle et le marron. Le mobilier était en bois de différentes teintes, le tout agrémenté de tapis beiges, diverses plantes et tableaux. L’entrée était composée deux grands escaliers menant à l’étage, chacun vers une aile de la maison.
-Est-ce qu’il manque beaucoup de monde ? Interrogea son filleul en regardant autour de lui.


-Tes parents, tantes et oncles sont arrivées ainsi que ta grand-mère. Sinon tes cousins et leurs tribus arriveront d’ici une petite heure tout comme ceux arrivants du continent. Nous avons encore quelques petites choses pour eux mais nous t’avons mis dans la même chambre qu’avant. Vous êtes dans la chambre juste à côté. Fils, tu connais la maison et ses habitudes alors surtout faites comme chez vous, annonça George en lui donnant une tape amicale dans l’épaule. Ils se sourirent puis les deux aînées partirent vaquer à leurs occupations.
-Comment est-ce que tu veux la jouer ?
-Je pense que l’on devrait aller les saluer,
affirma-t-il après quelques secondes d’hésitations. Le jeune homme ne savait vraiment pas à quoi s’attendre de la part de son père et c’était perturbant. Les Seals lui avaient appris que tout était dans la préparation. Le duo se dirigea vers la véranda.

En voyant arriver le jeune homme tout le monde sourit et sa mère se leva immédiatement.
-Mon chéri je suis tellement contente de te voir. Ne t’inquiète pas tous ira bien, lui murmura-t-elle à l’oreille en le prenant dans ses bras. Il sentit immédiatement son cœur se réchauffer face à ses paroles. Tani, ayant perçue ce moment de complicité, ne put s’empêcher de sourire. Chose qui n’échappa à personne. Elle desserra son étreinte et s’empressa
d’aller saluer la plus jeune.


-Madame Reigns je suis ravie de vous rencontrer. Junior m’a énormément parlé de vous.
-Appelez-moi Claudia, s’il vous plaît on est ici en famille,
sourit la mère en essayant de la mettre à l’aise.
-Oh ne t’inquiète pas c’était pareil avec tonton et tata, s’exclama l’Officier Reigns d’un air taquin. Comprenant immédiatement où il voulait en venir elle rentra dans son jeu.
-Vraiment, c’est comme ça que tu veux la jouer. Quand il est arrivé votre fils lâchait un nombre de monsieur et de commandant par phrase absolument impressionnant.
-Je suis sûre que vous avez tout un tas d’histoire très intéressante mais je vois que vous n’avez même pas encore déposés vos sacs. Allez-vous installez tranquillement. On aura tout le temps de finir cette conversation plus tard. Avec un peu de chance Junior me laissera même vous raconter quelques histoires de quand il était enfant. Sa grand-mère et moi en avons une quantité faramineuse.
-J’adorerais entendre ça,
se ravie l’ex maitre nageuse. Leur ainée s’en alla et ils partirent saluer les autres membres de la famille. Tous furent ravis de revoir Junior et de rencontrer sa coéquipière. A la fin de cette séance de retrouvailles le duo arriva devant le père du militaire.
-Papa, salua-t-il en lui tendant la main. Froidement il empoigna la main de son fils puis hocha la tête. Il salua ensuite sa coéquipière et s’en alla.
-Est-ce que ça va ?
-Il n’a pas crié et il ne m’a pas complétement repoussé. On progresse. Aller, viens, je vais te montrer les chambres,
souffla-t-il en essayant de faire preuve d’optimisme. Il lui prit son sac des mains et l’emmena vers les escaliers.

Les deux jeunes gens traversèrent un long couloir où plusieurs chambres étaient alignées. Au mur il était possible de voir qu’un grand nombre de photographies de famille y était accroché. Au bout du couloir, ils se rendirent chacun dans une chambre et installèrent leurs affaires. Quelques minutes plus tard Tani ressorti pour trouver son partenaire devant une image de lui et sa sœur. Tendrement, elle posa une main sur son épaule. Il l’amena près de lui et passa un bras autour de sa taille. Ils restèrent enlacés pendant quelques minutes ce qui permit à Junior de revenir progressivement dans le présent. Ce qu’ils ne savaient pas, c’était qu’une femme d’environ 75 ans étaient en train de les observer. Elle sourit tristement puis quitta son poste quand elle les vit redescendre au salon.

Publicités

Chapitre 5 : La fin de journée

Après cet émouvant moment les deux jeunes gens redescendirent au salon pour se mêler aux autres invités. C’est ainsi que le brun pu constater l’arrivée de sa grand-mère. Il sourit immédiatement et s’empressa d’aller l’embrasser.
-Vous devez être Tani. Junior nous a beaucoup parlé de vous. Je m’appelle Rose. Je suis tellement contente d’enfin pouvoir vous rencontrer, l’aînée de la famille se présenta après avoir chaleureusement saluée son petit-fils. La jolie brune allait lui serrer la main mais elle se vit embarquer dans une chaleureuse accolade. Elle ne put s’empêcher de sourire devant tant de jovialité. Visiblement la gentillesse, la bonne humeur et la bonté de son coéquipier étaient des qualités héréditaires.


-J’en suis également très heureuse. Junior m’a dit tellement de bien de vous.
Le trio commença à discuter et progressivement le reste de la famille arriva. Chacun pris des nouvelles des uns et des autres, heureux de se retrouver pour cette réunion annuelle. Une fois tout le monde arrivée ils passèrent à table dans la bonne humeur

-Alors, j’ai entendu dire que vous faisiez languir tout le monde en ne voulant pas dévoiler le sexe du bébé. Je suis sûr que ça rend tes parents complètement dingues, sourit l’ex marin en s’adressant à sa cousine et son mari.
-Tu n’as pas idée à quel point ils détestent ça et c’est justement ce qui m’amuse le plus, sourit la jeune femme en caressant un ventre déjà très arrondi. Tout le monde se mit à rire joyeusement. Le repas avait commencé depuis une petite vingtaine de minutes et tous se déroulait à merveille. Tani avait abandonné toute timidité tant ils avaient tout fait pour la mettre à l’aise.


-Tu es vraiment comme ta mère c’est dingue enfin si tu veux te retrouver avec des cadeaux uniquement en vert et jaune c’est ton problème, plaisanta son père, le parrain de Junior.
-Si je me souviens bien nous n’avions pas voulu savoir, pour aucune de mes grossesses, intervint sa femme.
-Je ne sais pas comment tu as fait. Ça me rendrait dingue de ne pas savoir, rétorqua sa fille.
-Je suis complètement d’accord. Je veux dire, c’est vrai que je n’ai pas encore eu l’occasion d’y penser mais je n’imagine pas ne pas savoir. Ça doit demander un self control incroyable. Je ne suis définitivement pas assez patiente, ajouta la policière en se mêlant à la conversation. Junior sourit à cette remarque.


-Ça ne m’étonne pas que vous vous entendiez si bien. Même enfant tu as toujours été du genre à agir tête baissée. Heureusement pour toi tu réfléchis suffisamment vite pour t’éviter les ennuies, annonça Claudia Reigns.
-Alors comme ça tu étais un rebelle. Je n’aurais jamais cru ça de toi Junes.
-Mais monsieur le Navy Seal était un casse-cou et une véritable petite terreur. Il faut absolument que l’on te raconte l’année où l’on est parti en douce faire une escapade dans la forêt. Nous avons voulu explorer les alentours et je peux te dire que l’on n’a pas été déçu, commença un autre cousin ravi de partager d’heureux souvenirs d’enfance.

Pendant un long moment Junior, sa cousine, son frère ainsi que deux autres membres de leur petit groupe contèrent leurs aventures sous le regard attentif de Tani mais aussi des plus jeunes émerveillés. La future maman évoqua prudemment la participation de Maya. Même s’ils avaient tous fait leur deuil, chose qui n’avait pas été facile, toute la famille savait que les relations entre Junior et son père étaient plus que tendu après l’audience de libération sur parole.
-J’espère que vous savez qu’il n’y a pas vraiment de quoi être fières de vos bêtises, réprimanda gentiment le chef de famille.
-Comme si vous ne m’en aviez pas fait de belle vous aussi, intervient Rose en venant au secours de ses petits-enfants.

Tout le monde se mit à rire et ils continuèrent à manger en évoquant des histoires d’enfances. Ils rirent à ces moments heureux laissant toute la peine et la douleur de la perte de l’un des leurs derrières eux. A un moment donnée les deux policiers échangèrent un tendre regard. Il se pencha délicatement et lui chuchota un « merci » au creux de l’oreille. En retour, elle lui sourit puis prit sa main. Lorsqu’elle entrelaça leurs doigts la jeune femme senti son cœur faire un bon dans sa poitrine. Le duo passa le reste du repas en maintenant ce contact physique.

Environ une demi-heure ils eurent tous finit de manger chacun débarrassa son assiette puis les enfants partirent se coucher, non sans difficultés. Après cela, ils s’éparpillèrent plus ou moins afin de prendre le dessert dans le salon, discutant par petit groupe. Dans un élan de romantisme George mis en route de la musique et invita sa femme à danser. Progressivement les autres couples les rejoignirent et ils tournoyèrent tous plus ou moins en rythme, profitant de ce simple moment de bonheur.

Le jeune homme, qui était en train de discuter avec sa grand-mère, se leva et l’invita à se joindre à lui.
-Tu as bon goût mon chéri. Cette petite est intelligente, avec un bon cœur et très jolie pour ne rien gâcher, déclara l’ainée en souriant à son petit-fils de manière bienveillante.
-Mamie, je t’ai déjà dit que nous n’étions qu’amis.
-Je sais mais je suis vielle et non gâteuse. Tu crois que je n’ai pas vue la manière dont tu la regardes. En plus, tu as décidé de l’amener ici et tu lui as aussi visiblement parlé de ta sœur. Que tu sois prêt à l’admettre ou non mon chéri c’est plus qu’évident que tu es dingue de cette fille, exposa-t-elle en relevant la tête pour lui sourire. Il lui rendit puis baissa les yeux devant l’évidence.


-Tu sais après avoir perdu Maya je ne pensais pas être capable de me sentir vraiment heureux mais avec Tani c’est … Je ne sais pas vraiment comment expliquer ce que je ressens. Elle est spéciale et même dans les pires moments j’ai l’impression que je pourrais tout affronter tant que je l’ai à mes côtés. Je n’avais jamais ressenti ça auparavant, même avec Leïla. Quand elle sourit c’est comme si le temps s’arrêtait et je n’arrive pas à me passer de cette sensation.
-C’est très beau comme sentiment. Ton grand-père avait l’habitude de me faire cet effet. Crois-moi sur parole la vie est trop courte pour perdre du temps. Peu importe ce qui te retient, balais le et fonce.


-Alors tu crois que j’ai mes chances ?
Interrogea le policier oscillant entre incertitude et joie.
-Bien sûr que tu as toutes tes chances. Je sais qu’il n’y a pas beaucoup de femmes dans la Navy mais il n’y a pas besoin d’être un génie pour savoir que quiconque veillant sur toi à ce point est quelqu’un qui t’aime profondément, conclut Rose sur un ton qui laissait peu de place pour d’autres remarques.

Pendant ce temps sa coéquipière dialoguait avec la mère de son ami en les observant de loin. Les deux femmes s’entendaient très bien. Claudia était ravie d’en apprendre plus sur son fils et sa nouvelle vie. Tani n’avait jamais vraiment eu de mère alors c’était plutôt agréable pour elle d’être aussi entourée.
-Je voulais vous remercier d’avoir convaincu mon fils de venir ce weekend. Je sais que ce n’est pas simple pour lui, même s’il en a envie, et j’espère sincèrement pouvoir les réconcilier.


-Je n’ai rien fait de plus que n’importe quel ami aurait fait. Il voulait vraiment venir il ne m’a suffi que de lui donner un petit coup de pouce. Il en a fait autant pour moi et bien plus encore. Vous avez vraiment un fils incroyable,
souffla la jolie brune un léger sourire sur les lèvres. Son aînée ne put s’empêcher de remarquer la tendresse de ses propos.


-C’est vrai que c’est vraiment quelqu’un de bien. Je sais que vous l’avez également accompagné à l’audience de libération sur parole. C’est bien qu’il n’y soit pas aller seul. J’aurais aimé avoir la force de venir mais …
-Oh non je comprends totalement et Junior aussi. Je n’ose même pas imaginer ce que vous avez dû enduré. La perte d’un enfant c’est innommable. Ça a beaucoup compté pour lui que vous l’ayez soutenue après l’audience, bien plus qu’il n’a du vous le dire,
avoua Tani émue. Son interlocutrice lui sourit touchée.

-Honnêtement je ne suis pas certaine d’avoir compris pourquoi mon fils a fait ce qu’il a fait mais j’ai confiance en lui. Perdre sa sœur a brisé quelque chose en lui qui ne reviendra probablement jamais alors s’il a pardonné à cet homme c’est qu’il avait une bonne raison. Ce petit a un si grand cœur. J’ai une entière confiance en lui. J’aimerais que son père le voie ainsi, confia-t-elle surprise de se sentir si à l’aise avec l’amie de son fils. La jeune femme la regarda affectée par cette détresse mais aussi l’amour profond qu’elle portait à ses enfants.

-Hey je vois que l’on est en grande discussion je suis content de voir que vous vous entendez bien, interrompit Junior en les rejoignant enjoué.
-Le contraire est difficile lorsque l’on est en si bonne compagnie, lui sourit sa mère.
-Je venais voir si je pouvais inviter ma très chère maman à danser.
-Ça sera avec plaisir,
s’enjoua-t-elle en prenant la main qu’il lui tendait.
-Partenaire tu me gardes la prochaine ? Interrogea-t-il en lui lançant un sourire enjôleur.


-Absolument, affirma-t-elle enchantée à cette idée. Pendant un peu plus de trois minutes elle regarda son coéquipier danser, entouré de sa famille et plus heureux qu’elle ne l’avait jamais vu. A la fin de la chanson la jeune hawaiienne le vit se diriger vers elle. Tendrement il lui tendit la main. Elle la prit et ils partirent sur la piste de danse plus proches que jamais. Leurs deux visages n’étaient séparés que de quelque centimètres. La jolie brune avait passé ses bras autour de sa nuque quand il avait les siens dans le bas de son dos. Leur cœurs battaient à l’unisson. Elle posa la tête au creux de son cou et lui murmura amoureusement.


-C’est agréable de te voir si heureux.
-Tout ça c’est grâce à toi,
lui répondit le policier sur le même ton. Il la sentit sourire contre sa peau.
-Je n’ai rien fait de plus que ce que tu aurais fait pour moi.
-Evidement et même bien plus encore mais ça ne veut pas dire que ça ne compte pas. Je suis sincère. Je n’aurais jamais pu si bien m’en sortir depuis mon retour si tu n’avais pas été là. Je suis plus qu’heureux de partager ce weekend avec toi. Pour être honnête si je t’ai demandé de venir c’est aussi parce que je voulais que toutes les personnes qui comptent le plus pour moi soient tous réunis. Tu me rends heureux Tani, plus que des mots ne pourraient l’exprimer,
avoua-t-il en prenant son courage à deux mains. Le marin releva la tête et plongea ses yeux dans les siens en essayant de lui transmettre toute l’intensité de ses sentiments. En croisant son regard, il n’eut aucun mal à voir à quel point elle était émue.


-Tu me rends aussi vraiment très heureuse, formula difficilement la jeune hawaiienne. Sur le point de l’embrasser il se ravisa en réalisant que la musique s’était arrêtée. Aucun d’eux ne savait depuis combien de temps ils dansaient. Ils n’avaient pas vu le temps passé devant la magie du moment. Le duo s’écarta et la soirée repris son cours bien que la tension entre les deux amis ne redescendît pas. Leur relation était définitivement en train de changer.  Les implications et possibles conséquences avaient beau être effrayantes ils ne changeraient ça pour rien au mode.

Environ une heure plus tard la fatigue commença à se faire sentir et tous les invités montèrent dans leurs chambres. Main dans la main Junior et Tani rejoignirent leur étage sous le regard attentif de ses parents, oncle, tante et cousines.


-S’il vous plaît, dites-moi que je ne suis pas la seule à avoir remarqué qu’il y a bien plus que de l’amitié entre ses deux-là, annonça la future maman. Tout le monde se mit à rire devant l’évidence.
-Bien sûr que non, seulement ne t’en mêle pas. Ton cousin a beaucoup de choses à régler. Il fera un pas en avant quand il sera près, ce qui d’après ta grand-mère, ne devrait pas tarder.
-Alors si grand-mère le dit c’est que ça doit être vrai,
conclut la jeune femme, connaissant l’instinct sans faille de leur aînée. Pendant ce temps ; dans le couloir, les policiers étaient toujours en train de discuter.
-Je voulais encore te remercier de m’avoir accompagné. Ça compte énormément pour moi.

-C’est normal, puis jusque-là j’ai sincèrement passé un très bon moment. Tu as une famille vraiment adorable, souffla-t-elle en posant un main sur son épaule, réduisant encore un peu plus l’écart entre leurs deux corps. Le militaire lui sourit et se pencha doucement vers elle. Le cœur de la maître nageuse se mit à battre à toutes vitesses quand elle fut assez près pour sentir son parfum. Avec toute la tendresse du monde il déposa un baiser sur sa joue, extrêmement près de ses lèvres.


-Passe une bonne nuit, murmura-t-il avant de tourner les talons pour rejoindre sa chambre. Sa partenaire sourit et rentra dans la sienne encore surprise par ce comportement audacieux. Les fois où Junior avait été aussi entreprenant avec elle se faisaient rares. En se mettant au lit elle prit son téléphone et écrivit à Quinn : « Tu avais raisons la soirée a été incroyable. Ils sont adorables et Junior n’a pas cessé de m’étonner (dans tous les sens du terme). Je te donnerais les détails plus tard. Merci pour ce matin. ». Elle n’avait aucune idée de ce qui allait se passait le lendemain mais elle était impatiente de le découvrir.

Publicités

Chapitre 6 : Une journée bien rempli

Le lendemain matin Junior se réveilla très tôt comme à son habitude. C’est une des nombreuses manies qui ne l’avait pas quitté depuis qu’il était entré dans les marins. Cependant une chose avait changé. Ce matin il n’avait plus ce poids sur la poitrine. Être auprès de sa famille lui était bénéfique, bien plus qu’il ne l’aurait jamais imaginé. Ils leur avaient tellement manqués.

De plus, la présence de Tani, et leur récent rapprochement, étaient vraiment plus qu’agréables. Il voulait vraiment lui prouver à quel point il tenait à elle. De bonnes humeur il se leva, s’habilla et parti faire un jogging sur la plage, certain que personne n’était réveillé. Une heure plus tard, il revient et trouva une partie de sa famille en train de préparer le petit déjeuner. A sa grande surprise, en passant par la cuisine, le jeune homme tomba sur sa mère, deux de ses cousines, sa tante et sa coéquipière en pyjama en train de faire des pancakes. Il sourit devant la familiarité de cette scène. C’était définitivement une chose auquel il pourrait s’habituer.


-Sérieusement Junior, un footing à sept heure du matin ? Interrogea la futur mère dubitative. Automatiquement, il leva les yeux au ciel en souriant puis parti prendre une douche sans plus de réponse.
-Il est toujours si …
-De ce que je sais oui. Enfin je ne pense pas que vous ayez à vous inquiéter. Personne de l’équipe n’a remarqué quoique ce soit d’inquiétant. J’imagine que c’est dans leur nature. Notre patron est pareil, termina la policière en voyant très bien où Elizabeth voulait en venir. Ils savaient toutes que l’hyper activité était un trait commun chez les anciens combattant. Dormir tard n’était vraiment pas dans les habitudes des hommes de la famille. Ses interlocutrices furent rassurées à cette remarque.


-Sinon j’espère que vous avez bien dormi. Les chambres de ce côté de la maison sont rarement utilisées en dehors de nos réunion annuelle.
-Sincèrement tout est plus que parfait. Cet endroit est plus que magnifique.
-C’est vrai que l’on est tout de suite tombé sous le charme de cette maison et de son histoire
, raconta la propriétaire des lieux. Elles continuèrent à discuter tout en préparant le repas. A peine une dizaine de minutes plus tard les derniers retardataires étaient descendus et tout le monde passa à table. Ils petit déjeunèrent dans la bonne humeur.


-C’est dingue d’avoir autant d’énergie dès le réveil. Ce n’est pas étonnant que vous soyez de la même famille, murmura l’ancienne maître nageuse à l’oreille de son partenaire. D’un geste de la tête elle montra les enfants en train de jouer en souriant.
-Je crois que c’est plutôt une question d’âge. Ils sont increvables c’est dingue. Est-ce que ça te dirait de faire une ballade sur la plage après manger ? Il y a plein d’endroit absolument magnifique que j’aimerais te montrer.
-Avec plaisir, laisse-moi le temps de me changer et on aura qu’à y aller quand tu veux.

Ils finirent leur repas puis la jeune femme remonta se préparer. Après une douche rapide elle se coiffa, enfila un maillot de bain et une combinaison short vert émeraude qui lui allait à ravir. La brune laissa de côté l’idée de se maquiller sachant qu’ils iraient probablement se baigner. De toute façon elle n’avait jamais vraiment aimé ça. La jolie hawaiienne était en pleine préparation quand elle vit son téléphone sonner. Quinn était définitivement trop impatiente pour attendre.


-Agréablement surprise, sérieusement Tani c’est tout ce que tu as en stock pour décrire une soirée entière, annonça la nouvelle en riant dès que son amie décrocha.
-Bonjour à toi aussi Quinn.
-Salut, je ne te réveille pas j’espère.
-Non je suis en train de me préparer. Junior et moi allons faire une ballade sur la plage de son oncle, qui soit dit en passant est époustouflante
, expliqua la policière de très bonne humeur.


-Au ton de ta voix j’en déduis que tout se passe bien.
-Tout se passe à merveille. Il a une famille aussi nombreuse qu’adorable et c’était moins difficile de revenir qu’il ne le pensait.

-Si tout va si bien je peux savoir à quoi est dû le manque de vocabulaire dans ton message d’hier soir. Sérieusement même une enfant de cinq ans aurait ajouté plus de description, taquina la militaire néanmoins ravie pour ses collègues. Tani hésita quelques secondes puis décida de cracher le morceau.


-Alors, je peux avoir mal interprété les évènements mais après avoir dansé pendant un moment de manière plus qu’ambiguë j’ai vraiment cru qu’il allait m’embrasser.
-Pardon ?
S’étouffa-t-elle à cette nouvelle. Elle savait que leur relation était inexorablement faite pour évoluer mais elle avait définitivement sous-estimé à quelle vitesse cela allait se faire.
-En fait, on est dans des chambres voisines et il m’a embrassé sur la joue juste avant d’aller se coucher. Seulement ce baiser était un peu trop près de mes lèvres pour que ça soit une simple coïncidence, expliqua la brune plus en détails.

Tout en continuant de se préparer elle continua de lui raconter sa soirée dans les moindres détails : le repas, la danse ou même les discussions avec sa famille. Les deux femmes tombèrent rapidement d’accord sur le fait que Junior était définitivement prêt à faire un pas en avant.  Au bout d’une demi-heure elle enfila une paire d’espadrille puis pour parfaire le tout elle prit un sac de plage avec le nécessaire pour rejoindre son ami dans le salon.
-Il faut que je te laisse on va y aller. Passe une bonne journée.
-Toi aussi et tu as plutôt intérêt à me donner tous les détails la prochaine fois
, ordonna la jolie brune de manière suggestive. Le duo se mit à rire puis mit fin à la conversation.


-Est-ce que Quinn va bien ? Interrogea le marine lorsqu’elle arriva devant lui. Sa partenaire leva les yeux au ciel.
-Je deviens vraiment trop prévisible. Elle te passe le bonjour.
-Je trouve ça génial que vous vous entendiez si bien même McGarrett, Dani, Lou, Adam et moi allons probablement le regretter rapidement,
conclu-t-il sur le ton de la blague. Tranquillement et tout en discutant de choses et d’autres ils partirent en direction du jardin.

Pendant près d’une heure ils arpentèrent la plage et ses environs à la découverte de lointain souvenir d’enfance. Junior était aux anges et chaque moment partagé lui apportait un peu de la paix qu’il cherchait depuis toutes ses années. Le jeune homme avait toujours cru que cela serait trop dur d’évoquer sa sœur seulement c’était tout le contraire. Il ne s’était jamais senti si léger.

Tani était enchantée de le voir ainsi, lui qui semblait toujours porter le poids du monde sur ses épaules. Leurs discussions étaient tellement fluides, profondes et légères à la fois. Ils pouvaient parler de tout sans aucun problème. Peu de temps après le début de leur ballade le policier lui prit la main sans même s’en rendre compte. La tendresse de ce geste fit battre le cœur de la jolie hawaiienne bien plus vite qu’à l’accoutumée. Au bout d’un moment ils revinrent devant la maison et s’assirent dans le sable à regarder les plus jeunes jouer dans l’eau. Leurs mains toujours enlacés la brune fit reposer sa tête sur son épaule. Le duo resta dans cette position un moment quand deux jeunes enfants se séparent du groupe pour les interrompre.


-Est-ce que vous voulez venir jouer avec nous ? Questionna une petite brune d’environ 6 ans.
-On a des masques, des bouées et pleins d’autres choses super cool pour essayer de voir des poissons, ajouta un petit garçon un peu plus jeune qui ressemblait comme deux goûtes d’eau à sa camarade. Leurs répliques firent immédiatement rire les deux jeunes gens.


-Jenny, Luke prévenez moi la prochaine fois que vous vous écartez du groupe. J’ai eu peur en ne vous voyant plus, s’exclama une cousine de Junior en les rejoignant. Elle prit par la main les deux enfants, qui étaient visiblement les siens.
-Désolé maman mais il fallait qu’on invite Junior et Tani à jouer avec nous. On s’amuse beaucoup trop. Ça serait dommage qu’ils manquent ça, fit remarquer l’aînée. Les trois adultes sourirent immédiatement à cette réflexion.
-C’est une excellente idée.


-Est-ce que tu es sûre ? Murmura l’ancien marin, son visage près de l’oreille de son amie. Elle lui sourit en signe d’approbation mais retrouva une expression sérieuse en levant la tête. Ses deux interlocuteurs suivirent son regard. Au loin ils purent tous voir monsieur Reigns debout, en train de les observer. Il leur fit un signe de la main.
-Qu’est-ce que tu veux faire ? Lui demandèrent les deux jeunes femmes d’une même voix.


-Je pense qu’il faut crever l’abcès. Tu n’as qu’à aller jouer avec eux. Je vous rejoins plus tard.
-Est-ce que ça va aller ? Interrogea Tani inquiète, consciente que quoi qu’il arrive la tournure de cette discussion serait déterminante.
-Oui, ne t’inquiète pas. Surtout n’oublie pas de leur parler des sirènes. Je suis sûre que tu vas te faire des fans, rassura l’officier avant de se diriger vers son père le cœur lourd. Sa coéquipière se mit en maillot de bain, posa ses affaires dans le sable puis parti s’amuser avec le reste du groupe tout en gardant un œil sur lui.

-Je n’ai aucune envie de revivre notre dernière discussion alors si tu dois me hurler dessus fait le vite. Je suis attendu, déclara-t-il difficilement en faisant un signe de tête vers la mer.
-Celle-là je l’ai mérité. Je ne suis pas venu pour crier mais pour m’excuser de m’être comportée comme un monstre, annonça son aîné.
-Je n’irais pas non plus jusque-là mais j’ai trouvé ça injuste. Tu sais à quel point Maya me manque et comme j’aimerais qu’elle soit avec nous aujourd’hui.


-Oui je le sais. Je n’aurais jamais dû te dire ça. Seulement j’étais en colère, en colère contre moi-même de ne pas être aussi fort que toi. Ta sœur avait un si grand cœur. Elle aurait été fière de ce que tu as fait, fière de la personne que tu es devenu. En tout cas moi je le suis et je suis sincèrement désolé que ma douleur ait rejailli sur toi, confia son père difficilement. Il avait les larmes aux yeux et encore beaucoup à dire mais être si ouvert était une nouveauté pour lui. L’homme avait décidé d’y aller progressivement mais quoi qu’il arrive, il voulait se faire pardonner auprès de son fils.


-Merci, merci papa, souffla le jeune homme en le prenant dans ses bras. Cette accolade paternelle dura un moment puis ils se séparèrent émus. Les deux hommes s’assirent un moment puis continuèrent à parler de chose et d’autres. Ils étaient conscients que leur relation ne reviendrait pas à la normal immédiatement mais ce petit moment de simplicité était très agréable.
-Je suis content que ton amie t’ait convaincu de venir. J’aimerais vraiment que l’on continue sur cette voie.


-Moi aussi, c’est tous ce que je veux. Les autres m’attendent mais …
-Va t’amuser. De toute façon je dois aller rejoindre ta mère pour lui raconter ce qu’il vient de se passer immédiatement avant qu’elle ne l’apprenne par quelqu’un d’autre. Ça lui donnerait des envies de meurtres. Ne t’inquiète surtout pas. Je veux vraiment que notre relation change. On ira petit à petit mais je compte bien faire en sorte que ça marche, rassura l’homme timidement. Il n’était pas habitué à s’ouvrir ainsi mais il était prêt à faire ce sacrifice, pour son fils. Le jeune homme se mit à rire doucement puis parti sans un mot.

Le marin était plus qu’heureux que cette discussion ait eu lieu mais c’était beaucoup d’émotions. Il avait vraiment besoin de faire le point. Tranquillement il rejoint sa coéquipière et sa cousine qui étaient encore en train de jouer dans l’eau avec les enfants. Le jeune homme ne put s’empêcher de sourire. Cela faisait une éternité qu’il s’était senti si heureux. Non seulement sa famille se remettait enfin du terrible drame qu’avait été la perte de sa sœur ainée mais il avait aussi trouvé une femme qui le faisait se sentir complet. Le brun enleva son t-shirt et déposa ses affaires à côté de celle de sa partenaire puis rentra dans l’eau.


-Est-ce que tout va bien ? Ne put-elle s’empêcher de demander en le voyant arriver. C’était plus qu’évident pour les deux femmes que cette conversation avait été riches en émotions.
-Oui tout va vraiment bien en fait, répondit-il ému, un fin sourire au coin des lèvres. Rapidement Junior lui prit la main et l’amena contre lui pour une étreinte pleine de tendresse. La jolie hawaiienne frémit au contact de leurs peaux nus et humides. D’abord surprise, elle se détendit rapidement et fit reposer sa tête contre son épaule. Ses mains s’étaient naturellement positionnées au milieu de son dos musclé. Ce serait un mensonge de dire que cette soudaine proximité ne leur faisait pas d’effet. Quand il décida enfin de s’écarter la jolie brune lui sourit confuse.


-Qu’est ce qui me vaut ce plaisir ?
-Tu es vraiment incroyable. J’espère que tu le sais. Je ne sais pas combien de temps ça prendra mais j’ai vraiment l’impression que les choses entre mon père et moi vont revenir à la normal. Il s’est platement excusé en me disant que j’étais bien plus fort qu’il ne le serait jamais. Si tu ne m’y avais pas encouragé je ne serais même pas venu.


-Junes c’est vraiment génial. Je suis tellement heureuse d’entendre ça. Je sais combien ça compte pour toi,
s’enjoua-t-elle ravie. Tani était tellement heureuse qu’elle en oublia sa gêne. Pendant un long moment ils continuèrent à s’amuser avec les enfants dans la joie et la bonne humeur, toujours si proche l’un de l’autre. De loin son père continua de les observer en souriant. Il était ravi de renouer le contact avec son fils mais il se sentait encore coupable du mal qu’il lui avait fait. Enfin cela le rendait heureux de voir qu’il avait trouvé paix et bonheur.

Environ une heure plus tard le duo sorti de l’eau et retourna se sécher sur la plage. Junior tendit une serviette à sa partenaire en souriant, ébloui par sa beauté naturelle.
-Je ne savais pas que tu étais si douée avec les enfants. Tu viens de te faire des fans pour la vie avec toutes tes histoires.
-Ce n’était pas difficile je me suis bien amusée
, souffla la brune en retour. Elle se mit à frissonner quand il lui passa autour des épaules. Ils s’habillèrent puis retournèrent se balader main dans la main.

A un moment donner il la fit s’arrêter pour regarder l’océan un bras autours de sa taille fine, sa tête sur son épaule musclée. Tendrement passa sa main dans ses cheveux. Emportée par la magie du moment la jolie hawaiienne soupira de contentement. En sa présence toutes ses peurs s’envolèrent et plus rien n’avait d’importance. Le marin se tourna vers elle et la regarda amoureusement. Il n’y avait plus de retour en arrière possible. Leurs sentiments étaient bien trop intenses pour les nier plus longtemps. Doucement il caressa la joue de son amie du plat de la main. Tani frémit à ce contact. Aucun des hommes avec qui elle était sortie ne l’avait traité avec autant de délicatesse, ça la faisait fondre de l’intérieur. La brune sentit ses barrières se fissurer progressivement. Du bout des doigts il continua d’effleurer la joue de sa coéquipière il se mit à tracer les contours de son visage, frôla ses pommettes, caressa ses joues et son front, dégagea quelques mèches de cheveux de ses magnifiques yeux bruns. Le policier déposa un doux baiser sur son front.

A ce contact le cœur de la maître nageuse fit une embardée. Un flot ininterrompu de sensation la submergea, des fourmillements lui parcoururent le corps et ses pupilles se dilatèrent de plaisir. Sa respiration se fit plus anarchique, elle ne pouvait plus résister. Reigns se pencha vers elle et posa délicatement ses lèvres sur celles de sa coéquipière. Les dernières réticences de la brune s’évanouirent et elle répondit à son baiser avec ardeurs. Les lèvres de Junior étaient charnues et chaudes sous celles de sa coéquipière. Elle l’embrassait fiévreusement en profitant des délicieuses sensations qui la parcouraient. Voulant approfondir encore plus cette étreinte le jeune homme caressa sa lèvre inférieure du bout de sa langue et celle-ci desserra les dents pour accéder à sa demande. La main de Tani monta s’enfouir naturellement dans les cheveux de son compagnon, enroulant ses doigts autour de ses soyeuses mèches brunes. L’échange dura un long moment, les deux partenaires savourant la chaleur de l’autre. Ils avaient rêvé de ce moment bien de nombreuses fois depuis quelques semaines mais jamais il n’avait imaginé que ça serait si intense, si délicieux. Lorsque le militaire s’éloigna à regret un gémissement franchit les lèvres de la jeune femme. Elle rougit avant de se rendre compte qu’elle était également à bout de souffle. Ils restèrent un moment à se regarder dans les yeux, front contre front, les mains de Tani toujours autours de sa nuque et celles de son coéquipier sous sa blouse autours de sa taille. Sentir les mains de son partenaire contre sa peau lui procurait de doux frissons.

Aujourd’hui tout avait changé et c’était vraiment pour le mieux.

Publicités

Version fanfiction.net : https://www.fanfiction.net/s/13492393/1/R%C3%A9union-de-famille

Remerciement

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, merci pour votre attention et j’espère que la lecture vous à plus. Si vous avez des remarques ou des suggestions rejoignez-nous sur les réseaux sociaux, envoyez un mail à l’adresse indiquée ou contactez-nous à travers le formulaire. C’est avec plaisir que je répondrais à toutes vos questions et que je dialoguerais avec vous dans le but de vous aider mais aussi de m’améliorer.

N’hésitez pas à vous abonnez-vous à mon blog

Cliquez pour recevoir directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception. Ainsi vous serez les premiers au courant de notre actualité, des histoires publiés mais aussi de nos dernières promotions et bons plans sur Etsy.

Laisser un commentaire

Recevez un cadeau dans votre boîte mail dans la semaine.

%d blogueurs aiment cette page :